lufdbf - One

A l’image du nom de ce duo bisontin, le premier album de lufdbf pourra d’abord sembler quelque peu hermétique. Mais à la façon dont on parvient finalement, renseignements pris, à décoder le mystérieux accolement des initiales de Thierry Lorée (compositeur, multi-instrumentiste, arrangeur, producteur) et Fred Debief (auteur, chanteur, arrangeur), ou du moins de leurs identités musicales Larsen Urbain et fdbf, One ne demande qu’à nous laisser entrer dans leur univers de blues synthétique dont l’apparence de narration distante et de froideur minimaliste cachent un abîme de bleus à l’âme.

1. Black Color
2. ...est un autre jour
3. Something
4. Oubli
5. Nine Hundred Miles
6. Monde
7. The Waking
8. Hollow Men
9. Eating Poetry
10. On revient sur ses pas

date de sortie : 01-02-2011 Label : Kreislauf

Un album difficile à cerner tant l’atmosphère y prévaut sur quelque style que ce soit, et strictement impossible à réduire à quelque somme d’influences, ici particulièrement disparates et tout juste bonnes à vous donner une vague idée de l’étrange et inquiétante ballade introspective qui vous attend à battre le pavé froid de quelque bas-fond gothique à la lueur vacillante des réverbères. On pourrait citer ainsi le Beck des tout débuts pour ce flow nonchalant d’entrée de jeu sur beat hip-hop discoïde et synthé lo-fi (Black Color), ou pourquoi pas Jon Spencer dont le blues saturé au groove rampant exploré en son temps sur Acme trouve un écho à sa mesure sur Nine Hundred Miles dont la scansion erratique en anglais n’est pas sans évoquer celle du New-Yorkais. Quant au gothic rock hypnotique de Bauhaus ou surtout de Love And Rockets dont l’ombre de la veine plus bluesy plane sur ces ambiances aussi glauques que feutrées, c’est en guise de bonus que le duo nous offre sa version de No Words No More signé par ces derniers :

MP3 - 8.1 Mo
lufdbf - No Words No More (Love And Rockets cover)

Le minimaliste faussement cold et la puissance d’évocation des Young Marble Giants ont également laissé des traces, tout comme la dynamique bipolaire des Pixies et son alternance d’indolence squelettique et de déferlement électrique sur ...est un autre jour dont la narration apathique en français révèle une poésie toute littéraire. Un goût pour les mots et leurs sonorités que l’on prendra même à jouer sur le terrain de feu Alain (Bashung), rien de moins, mais un Bashung qui aurait bouffé Black Sifichi au petit déjeuner avant de le régurgiter le temps d’un titre Monde aux beats sombres, basses pesantes et claviers crépusculaires à souhait. Car les mutations synthétiques de Rodolphe Burger ne sont pas non plus tombées dans l’Oubli, pas plus que Gainsbourg d’ailleurs à en juger par les allégories capiteuses de cette ode opiacée à l’abandon de soi.

Toutefois, qu’il s’agisse des dissonances drone émaillant un Something aux imprécations d’outre-tombe, des bourrasques doom soufflant sur Hollow Men, du dialogue cinématique entre guitare et contrebasse sur Eating Poetry ou de la valse-hésitation onirique sur boucle jazzy du claustrophobe On revient sur ses pas, lufdbf excelle jusqu’au bout dans l’art de brouiller les pistes pour mieux nous accrocher au fil de son récit philosophique et abstrait. Et lorsque résonnent comme suspendus au dessus des flots de saturation et des beats à la rigidité toute cadavérique, les échos électroniques cristallins de The Waking, c’est toute l’ambivalence de l’album qui se révèle enfin, celle d’un purgatoire nocturne pour son narrateur dont le réveil semble parfois si proche mais demeure pourtant définitivement hors de portée, à l’image de ses souvenirs et aspirations échappées en volutes sans espoir de retour.


A écouter sur Bandcamp et à télécharger librement via le netlabel allemand Kreislauf... sans oublier bien sûr de soutenir les artistes en cas d’affinité.

Chroniques - 12.04.2011 par RabbitInYourHeadlights
 


Articles // 14 janvier 2015
2014 sans prise de tête - Partie 7

Quelles sont les raisons qui nous font, chaque année, lire et relire les différents tops affolant webzines et presse spécialisée ? Si ces objectifs plus (la volonté de partager de nouveaux disques) ou moins (l’illusion d’être un défricheur) avouables rendent l’exercice de plus en plus raillé, j’y vois essentiellement l’occasion d’ordonner mes découvertes (...)



Le streaming du jour #1112 : lufdbf - 'Drei' & 'Pélieu'

Après deux années sabbatiques (ou presque !) qui auront permis au premier de sortir plus d’une quinzaine d’EPs sous l’alias Brou de Noix puis dans la foulée un album aux allures de best of, Fred Debief et Thierry Lorée n’ont pas fait leur retour à moitié, bien décidés à ne laisser inexplorée aucune des pistes ouvertes en 2011 par les excellents One et (...)



Chroniques // 23 janvier 2012
lufdbf

Signe des temps, à l’heure où se multiplient sur IRM les bilans thématiques pour permettre à chacun de trouver aisément son bonheur dans l’affaire, on en oublierait presque de revenir sur ces quelques albums que les cases même les plus fourre-tout ne parviennent pas à englober. Chanson française, hip-hop, électronica, blues, ambient, noise... Deux (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


samedi 19 octobre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends