Shearwater sort ses griffes

Les Texans ont pris pour habitude de nous régaler tous les deux ans depuis Everybody Makes Mistakes en 2002 et continueront sur cette belle lancée le 14 février avec Animal Joy. Un 7ème opus dont la pochette toutes griffes en avant nous met vraisemblablement sur la voie d’un son plus agressif qu’à l’accoutumée (pas de cordes ni de glockenspiels cette fois nous dit-on), dont la batterie percutante et les guitares rugissantes contrastent déjà nettement avec la voix de tête de Jonahan Meiburg sur le premier extrait Breaking The Yearlings à télécharger ci-dessous :


Un titre toujours aussi flamboyant mais aux contours plus dissonants qui semble avoir bénéficié des récentes expérimentations du groupe (cf. l’EP Shearwater Is Enron, ou le side projet Blue Water White Death associant Meiburg à Jamie Stewart de Xiu Xiu), passé pour l’occasion de l’écurie Matador au label Sub Pop.

Produit par Danny Reisch (White Denim, Okkervil River, Musée Mécanique) et mixé par Peter Katisle (The National, Interpol, Frightened Rabbit), le successeur de l’épique The Golden Archipelago comprendra 11 titres et verra notamment la participation de leur compère Andy Stack (Wye Oak) à la guitare, entre autres musiciens additionnels. Quant à la tournée déjà prévue dans la foulée, elle passera par le Grand Mix de Tourcoing le 4 avril et la Maroquinerie de Paris le lendemain (ajoutons également la date du 29 mars au Botanique pour nos amis bruxellois).

News - 06.12.2011 par RabbitInYourHeadlights
 


Le streaming du jour #262 : NPR - '2012 Winter Music Preview'

Avec pas moins d’une quinzaine d’avant-premières relayées par notre "streaming du jour" l’an dernier, on a appris à prêter un minimum de crédit aux coups de cœur de la grosse radio ricaine... ou à un tiers d’entre eux du moins si l’on en juge par ce classement à la consensualité douteuse (personne n’est parfait (...)



Chroniques // 19 janvier 2016
Shearwater

L’affection que l’on porte à une formation musicale ressemble finalement à une relation amoureuse en ce sens qu’elle autorise rarement les allers-retours. Autrement dit, lorsque les compositions d’un groupe que l’on apprécie particulièrement s’enferment dans un cocon trop paisible ou deviennent plus poussives, il n’est pas toujours aisé de revenir vers (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


samedi 7 décembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends