Mélange borderline pour Judah Warsky

Clavier de Turzi il y a encore quelques années sur l’incandescent B avant que son leader ne décide de faire cavalier seul sous le nom de Turzi Électronique Expérience avec un Éducation en demi-teinte l’automne dernier, c’est aujourd’hui sur le label Pan European Recording (Koudlam, Jonathan Fitoussi...) que reparaît Judah Warsky pour un premier album en solo.

Painkillers & Alcohol feront donc bon ménage pour le Parisien à compter du 5 mars à en juger par les deux titres introductifs qui se dévoilent en vidéo depuis quelques semaines. Éponyme, le premier surprend en traînant son psychédélisme stellaire à la fois massif et minimaliste du côté du songwriting aussi fragile que lyrique d’un Mercury Rev, la voix nasillarde et chancelante de Mathieu aka Judah n’étant pas sans rappeler celle de Jonathan Donahue :


... tandis que le second, Asleep In The Train, assume pleinement ses influences krautrock à coups d’envolées synthétiques sombres et hypnotiques payant tribut à Kraftwerk ou Neu ! sur fond de rythmiques débitées au hachoir électronique :


Pour autant, pas question ici de tomber dans cet écueil revivaliste qui plombait les titres les plus datés de son ancien compère Romain Turzi : Judah Warsky a les compos bien campées en 2012 et l’on n’a plus qu’à espérer que la suite soit du même acabit.


Photo tirée du clip de Jamie Harley, Asleep In The Train.

News - 18.02.2012 par RabbitInYourHeadlights
 



indie rock mag - IRM des musiques actuelles


dimanche 8 décembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends