Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/indierockmag/www/config/ecran_securite.php on line 290
Le streaming du jour #316 : Bengalfuel - ’Amdurer’ | Indie Rock Mag

Le streaming du jour #316 : Bengalfuel - ’Amdurer’

Au rayon de ces talentueux stakhanovistes du drone dont le labeur semble se suffire à lui-même, Lou DiBenedetto et Joe LiTrenta ne sont pas les moins confidentiels. Une série de quatre EPs chez Hibernate, autant d’albums en libre téléchargement via Bandcamp et leur propre label Lizard Breakfast Recordings, une poignée de formats courts en prime et tout ça rien que pour l’an dernier, il y aurait là de quoi laisser planer le doute sur la crédibilité artistique et la pertinence de leurs créations. Pour un Aidan Baker, combien d’habiles faussaires qui déroulent album après album la même recette toute faite ?

Néanmoins, mettons fin sans plus tarder aux supputations des sceptiques pour qui prolificité rime d’office avec facilité, car les New-Jersiens qui retiennent aujourd’hui toute notre attention n’ont rien de dilettantes : de miniatures dub techno en soundscapes monolithiques, multipliant les expérimentations rythmiques ou les incursions vocodées proches de la future soul, les protégés de Wil Bolton qui ont fait leurs armes sous les pseudonymes de Dentist et Doc Deem n’ont pas leurs pareils pour brouiller les pistes.

Le drone imposant cultivé sur le tout récent Amdurer s’adjuge toutefois notre préférence, tour à tour solaire, plus malaisant ou carrément déliquescent à l’image de la pochette gothique et rougeoyante (en lieu et place des fleurs ou chats habituels) de ce nouvel opus délivré contre un simple clic. Au détour d’un morceau, un martèlement sous-jacent de beats aux effluves industriels (Egress), sur un autre, les rythmiques se font plus disjointes, simples craquements montés en boucles poussiéreuses (Midge), ailleurs une certaine spiritualité perce le voile trouble des nappes analogiques (le bien-nommé Robust Christmas Music) mais ce que l’on retient de l’univers du duo, c’est finalement sa dimension fantomatique, à son paroxysme sur un Meghan ouvertement dark ambient dont les tonalités spectrales finissent par s’insinuer dans nos synapses pour mieux les éradiquer dans un déferlement terminal de basses fréquences sismiques, à écouter très fort pour s’imaginer l’effet d’un Tim Hecker sous Xanax :


Streaming du jour - 27.02.2012 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Bengalfuel sur IRM - Bandcamp