Le streaming du jour #503 : Krallice - ’Years Past Matter’

Se poser en très grand nom de la scène black metal US et s’offrir le luxe de la surprise... c’est tellement Krallice !

On ne l’attendait pas vraiment ce nouvel album ! Du moins pas maintenant, pas aujourd’hui... Ses deux têtes pensantes (boulimiques de travail, doit-on le préciser) ayant l’air déjà bien occupées : Colin Marston, bassiste (joueur de stick chapman en fait) aux allures de harpiste chevelu surdoué au sein de Behold... The Arctopus et membre permanent de la nouvelle formation de Gorguts, semblait cette fois plus prompt à se concentrer sur Dysrhythmia avec Test of Submission, sorti il y a quelques jours chez Profound Lore. Mick Barr de son côté continuait paisiblement à asséner sa guitare de démanchés vertigineux (insipides diraient certains) en solo et dernièrement en compagnie du saxophoniste Jon Irabagon et du batteur Mike Pride, dans un registre plus free-jazz noisy qu’à son habitude, plus exigeant notamment que le duo épileptique déjà très spécial formé avec Zach Hill en 2006 ( Shred Earthship ) et reconduit en 2007 ( Volume 2 ), et que ses différentes pérégrinations hermétiques et schizophrènes (Orthrelm, Octis, Ocrilim...).

Autant dire qu’à la première écoute de ce Years Past Matter les fans ne seront pas dépaysés. Les repères sont là, six morceaux pour une heure et quarante petites secondes de black metal moderne, technique, massif, épique, atmosphérique et un savoir-faire qui n’est plus à prouver en matière de martellement d’esgourdes. La maîtrise des instruments est comme d’habitude imparable, impressionnante même pour les plus réticents à la démonstrativité, au service de mélodies étirables à souhait. Violence et majesté sont encore une fois au programme. On ne retrouve pas Krallice au pays des merveilles mais plutôt dans le prolongement de leur voyage sur des terres désolées, en fusion...

Difficile de hiérarchiser la discographie mais Years Past Matter peut probablement déjà être considéré comme l’un des meilleurs, bon compromis entre Dimensional Bleedthrough (2009) et Diotima (2011). Alors ? Sortir cet album si rapidement, avec l’effet de surprise, en autoproduction... C’était pour quoi ? Nous donner la baffe en revers plutôt qu’en aller simple ? C’est réussi messieurs, merci... ça fait mal !


Streaming du jour - 01.09.2012 par Riton
... et plus si affinités ...
Krallice sur IRM - Bandcamp
Dysrhythmia sur IRM - Myspace

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


vendredi 22 mars 2019


Sulfure Festival

surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends