Le streaming du jour #546 : Christ. - ’Cathexis - Motion Picture Soundtrack’

C’est un tel plaisir de retrouver la patte inimitable du beatmaker écossais trois ans après Distance Lends Enchantment To The View qu’il nous aura été impossible de résister à l’envie de vous faire découvrir ce quatrième opus à la veille de sa sortie officielle chez Parallax Sounds. Embarquez donc avec nous sans plus attendre pour l’écosystème utopique des AUJIK où technologie bio-mécanique et mystique pastorale font bon ménage au son des beats sur coussin d’air, des synthés vintage et autres drones hypnagogiques.

On ne reviendra pas ici sur l’injustice médiatique dont fait l’objet depuis 10 ans l’ex Boards Of Canada inexplicablement passé entre les gouttes du succès, ou sur la genèse de cette bande originale indissociable de celle du moyen-métrage d’animation du même nom signé par le Suédois Stefan Larsson, tout cela ayant fait l’objet d’un véritable feuilleton dans nos pages cet été. Place donc à l’album en lui-même, particulièrement attendu par les fervents admirateurs que nous sommes, et qui brille d’emblée par sa capacité à évoquer ses propres images mentales tout en donnant envie de découvrir celles qui l’ont inspiré.

Ainsi les voix en japonais des personnages au second plan du très ambient et contemplatif Eternity In Our Lips And Eyes, puis de l’interlude I Have No Mouth renouant avec ces nappes "gondolées" qui caractérisent l’univers hautement onirique du musicien, font-elle en ouverture l’effet de véritables field recordings, guides cotonneux pour nos oreilles redevenues vierges au moment d’aborder avec autant d’appréhension que de fascination ce territoire à la fois étrange et familier. Néanmoins, l’intrication des pistes rend l’immersion immédiate et bien qu’aucun beat à proprement parler ne résonne jusqu’à l’impressionnant Zeroth Law, la mélancolie cristalline d’Indrid Cold et ses exhalaisons de géant endormi en font le plus confortable des cocons utérins où se lover entre deux saisons.

Zeroth Law, parlons-en d’ailleurs puisqu’il réussit l’exploit de transcender la signature de Christ. avec ses beats pneumatiques investis d’une souplesse presque jazz et ses envolées analogiques aux distorsions ensorcelantes. Il en sera de même en fin de parcours avec les syncopations du parfait Kardashev Type One et ses rêveries rétro-futuristes à mi-chemin des troncs moussus grouillants de vie et des cieux étoilés :


... mais dans l’intervalle la féérie saturée d’un Twynned aux battements presque cardiaques, les cascades de blips stellaires du bien-nommé Singular couché sur un lit de beats crépitants aux allures de promenade dans la neige en terrain boisé ou encore les pulsations en échos d’un Ehaye enchanteur comme un chœur de chimères des fonds marins (auquel répondront bien vite les drôles de barrissements martiens du très zen We Two Are One) avaient eu tôt fait de nous désarmer pour de bon devant tant d’évidence et de singularité mêlées : un trait de personnalité unique qui contribue au moins autant que son talent de soundscapist à faire de Christ., et ce depuis déjà 10 ans, le plus captivant des musicien électro en activité.



English translation :


It is such a pleasure to come across Scottish beatmaker’s inimitable hand again, three years after the release of Distance Lends Enchantment To The View, that we’ve been unable to resist the urge to introduce you to this fourth installment one day ahead of its official publishing by Parallax Sounds. So embark with us without further delay to the AUJIK’s utopian ecosystem, where bio-mechanical technology and pastoral mysticism go hand in hand to the sound of air-cushion beats, vintage synths and hypnagogic drones.

We will not come back here on the media injustice that the former Boards Of Canada has been through for more than ten years now, inexplicably playing hide-and-seek with success, and neither on the genesis of this soundtrack tightly linked to the animated movie of the same name directed by Swedish filmaker Stefan Larsson, all of which have been well documented in our pages during this past summer. So let’s talk about the album itself, particularly awaited by long-time admirers as we are, a record that shines from the very beginning by its ability to evoke his own mental images while giving us the envy to discover those that inspired it.

Thereby, the Japanese voices of characters in the background of the contemplative opening track Eternity In Our Lips And Eyes, and then of the interlude I Have No Mouth reviving these warped layers of synths that characterize the highly dreamlike universe of Christ., act as fluffy field recordings guiding our ears reverted to virgin when accosting such a territory both familiar and strange with mingled apprehension and fascination. However, the intricacy of the tracks makes immediate immersion and although no proper beat show itself until the quite impressive Zeroth Law, the translucent melancholy of Indrid Cold and its sleeping giant’s exhalations make the most comfortable uterine cocoon to coil up into between two seasons.

Zeroth Law, let’s talk about it since it manages to transcend Christ.’s very own signature with its pneumatic beats invested by a kind of jazz-like flexibility and its flights of analog distortions. We’ll feel the same way by the end of the record, listening to the syncopations of the perfect Kardashev Type One and its retro-futuristic dreams halfway between starry skies and mossy tree trunks teeming with life... but in the meantime, the saturated magic of Twynned’s cardiac beats, the cascades of stellar blips that irrigate the aptly-named Singular lying on a bed of beats crackling like footsteps in the snow deep in the woods, and the echoing pulsations of Ehaye as enchanting as a chorus of oceanic chimeras (to which quickly respond the Martian trumpeting of a quiet zen We Two Are One) didn’t take long to disarm us for good before such a mix of evidence and singularity : a unique personality trait that contributes at least as much as his talent for beatmaking to make Christ., for a full decade already, the most captivating electronic musician around.


Streaming du jour - 14.10.2012 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Christ. sur IRM - Myspace - Bandcamp

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


dimanche 18 août 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends