Christ. - Interview et concours de reprises : gagnez trois vinyles dédicacés

< english translation >


Peu d’artistes véritablement essentiels s’avèrent aussi tragiquement méconnus du grand public que Christ. - d’autant plus surprenant quand on sait que l’Écossais fut membre à part entière de l’une des formations les plus révérées de l’électronica de ces deux dernières décennies. Citons-la pour mieux éviter d’en parler par la suite, il s’agit de Boards Of Canada né du fameux collectif Hexagon Sun, mais le duo adepte d’une communication volontiers cryptique a suffisamment volé la vedette à notre bonhomme pour ne pas rappeler que rien, depuis Geogaddi, ne fut chez eux à la hauteur des trois albums sortis par leur ancien compère ces dix dernières années.

L’inspiration de Christopher Horne serait-elle donc intarissable ? Son prochain album Cathexis - Motion Picture Soundtrack, BO d’un moyen-métrage d’animation japonais réalisé en images de synthèse par le Suédois Stefan Larsson autour du concept d’intelligence artificielle "émotionnelle", devrait nous apporter une réponse cet été du côté du label Parallax Sounds et celle-ci s’annonce bonne à en juger par l’extrait ci-dessous :



Le concours de reprises


< deadline : 7/07/2012 à minuit >


Mais en attendant on peut déjà se féliciter de la générosité du musicien, qui nous offrira en fin d’année un inédit dans le cadre d’un grand projet organisé par IRM sur lequel nous reviendrons progressivement ces prochains mois (notamment via facebook), et nous a confié dans l’intervalle l’organisation du présent concours, avec à la clé trois vinyles dédicacés par ses soins de ses trois albums studio chez Benbecula, aujourd’hui quasi épuisés dans ce format.

Le principe est simple : enregistrer une reprise du morceau de votre choix dans la discographie de Christ., la plupart étant en écoute libre sur sa page Bandcamp, sans aucune contrainte musicale imposée. Drones, blast beats, wobbles, banjo ou clappements de mains, toutes les transgressions sont permises, et même chaudement encouragées. Beatmakers confirmés ou musiciens en herbe, tout amoureux de Christ. a la possibilité de soumettre la relecture de son choix à Mr. Horne lui-même, qui les écoutera avec attention et se chargera de les départager.

A compter d’aujourd’hui, vous avez donc un mois pour envoyer votre morceau au format WAV 16bit (44khz) à l’adresse christ.covercontest@gmail.com. Une sélection des meilleures reprises choisies par l’intéressé fera l’objet d’une compilation en libre téléchargement sur sa page Bandcamp, et les auteurs des trois plus réussies se verront attribuer un vinyle signé par le musicien, avec pour le premier la possibilité de choisir entre les copies de Metamorphic Reproduction Miracle (2003), Blue Shift Emissions (2007) et Distance Lends Enchantment To The View (2009), pour le second celle d’opter pour l’un des deux LPs restant, le dernier héritant du troisième.

Bonne chance à toutes et à tous !

- Edit : la deadline est repoussée au 22 juillet à minuit, on attend vos reprises !


Ce qu’ils pensent de Christ.


Anthony Merrill (patron du label Parallax Sounds) : Christopher Horne crée des sons électroniques beaux et pleins d’émotion, parfois sombres, plus bancals, rugueux et déformés mais toujours avec beaucoup de profondeur et de sentiment, et qui en même temps peuvent s’avérer mystérieux, minimalistes ou même ambient. La musique qu’invente Christ. possède une sorte d’atmosphère magique. Beaucoup de gens pensent que son univers est à certains égards similaire à celui de BoC mais il a son propre style et un son unique. L’œuvre de Christ. est très sous-estimée, mais il continue de publier de la musique de qualité à plein temps. Pour moi, la musique de Christ. est tout aussi bonne sinon meilleure et beaucoup plus prolifique que celle du duo BoC quelque peu en relâche.

POulbO (musicien électro) : Je pense que sa musique est immense, mélodique, atmosphérique, évoquant quelque part de la nostalgie, une tristesse enfantine... j’aime beaucoup ça !

Have Faith In Sound (blog consacré aux musiques électroniques) : J’ai particulièrement apprécié l’album Blue Shift Emissions mais le simple fait de ne citer qu’une seule sortie met indéniablement de côté le reste de l’œuvre de l’artiste, qui reste de très bonne qualité et mérite d’être reconnue davantage. Christ. extériorise nos émotions les plus enfouies, sa musique profonde et immersive a incontestablement séduit HFIS, espérons que d’autres sorties sont à prévoir incessamment sous peu !


Pour l’occasion, nous avons également posé quelques questions à Christ., concernant notamment son actualité résumée ici.


L’interview


Indie Rock Mag : Ton nouvel album prévu pour cet été sera la bande originale d’un moyen-métrage d’animation japonais intitulé Cathexis. Comment es-tu arrivé sur ce projet, quel en est l’histoire en quelques mots et en quoi t’a-t-il attiré ?

Christ. : J’ai d’abord découvert le travail de Stefan lorsque Benbecula m’a envoyé sa vidéo pour l’une de mes faces-B (One Sunny Cloudy Day). Ça s’appelle Yuki, et ça représente des enfants interagissant avec un arbre robotique étrange aux allures organiques. C’est vraiment granuleux, et bizarre. Très beau et mélancolique.


Quelques années plus tard, il a réalisé Polygone Grafitti qui accompagne Odyssey 31 extrait de l’album Distance Lends Enchantment To The View. A ce stade, je me suis intéressé à un projet auquel il semblait revenir à propos d’AUJIK, le peuple d’une société ayant pleinement intégré la technologie et la nature sur les plans à la fois physique et spirituel. J’aime les choses étranges, exotiques, et ça m’a parlé. Il m’a contacté avec l’idée de travailler ensemble sur un projet plus développé concernant AUJIK et leurs divers rituels et interactions avec leur technologie, et ça sonnait comme une approche différente de la composition musicale qui m’a pas mal excité... Nous avons travaillé très étroitement sur ce projet, et en cela la musique a autant inspiré la création des visuels que ces derniers ont influencé la tonalité générale de la musique. Nous avons tous deux commencé à partir de zéro, plus ou moins à la même époque, et nous sommes nourris l’un l’autre durant le processus.


Le trailer de Cathexis  :


Cathexis - Motion Picture Soundtrack verra le jour sur la structure bristolienne Parallax Sounds (2muchachos, 93MillionMilesFromTheSun, Acid Mothers Temple). Après une demi-douzaine d’années passées chez Benbecula qui a mis la clé sous la porte après la sortie de Distance Lends Enchantment To The View, a-t-il été difficile de retrouver un label digne de confiance ? Comment Anthony Merrill t’a-t-il convaincu ?

J’ai été approché par un certain nombre de labels durant ces quelques années après que Benbecula a fermé ses portes, Parallax inclus. À l’époque, j’avais été pas mal occupé et impliqué dans d’autres choses que la musique. Essentiellement, je n’avais rien de particulièrement cohérent qui puisse s’emboîter au sein d’un album, et je le leur ai clairement fait savoir. L’idée à l’origine n’était pas de sortir l’album comme une entité séparée du film, mais Stefan et moi en avons discuté, j’ai posté un message nonchalant sur facebook, et Anthony est entré en contact avec moi. C’est un type plutôt direct, chose que j’apprécie, et il offrait quelque chose d’assez similaire à ce que j’avais connu auparavant avec Benbecula. J’aime les trucs déjà publiés sur son label, et j’apprécie qu’il soit concentré sur la musique. Je me sens en bonne compagnie en publiant sur Parallax.

On ne trouve pas trace de Delicass Harmonium et Yugo 77 sur ton Bandcamp, sera-t-il possible un jour de remettre la main sur ces raretés publiées par ton propre label Hyperact dans la deuxième moitié des années 90 ?

Ah, la question à un million. On me la pose souvent celle-là. Le problème, c’est que ces albums ont été enregistrés il y a plus d’une décennie. Même en me penchant sur mes sorties les plus récentes, je me prends à penser qu’il y a peut-être des petites choses que je ferais différemment aujourd’hui, et ce sentiment est amplifié par la distance temporelle qui me sépare de l’enregistrement en question. Parfois, tu dois mettre un point final et aller de l’avant. Ces albums ont tous deux été enregistrés sur un quatre-pistes, et la qualité du son n’est pas très bonne, donc ils auraient besoin d’être au moins remastérisés... Je ne sais pas où sont les masters à cet instant, et je ne suis pas certain que si je commençais à les dépoussiérer, je n’aurais pas envie de m’impliquer et de commencer à changer des choses... pour faire court la réponse est donc "probablement pas". Le simple fait d’obtenir l’autorisation pour une bonne partie des samples serait un cauchemar en soi.

Mis à part ces deux premiers LPs et quelques maxis (dont un récent split avec l’Américain Fieldtriqp), l’intégralité de ta discographie est en libre écoute sur Bandcamp, et téléchargeable pour trois fois rien (une livre pour les EPs et deux pour les albums, après une vente flash à 0,5 livre chacun à la fin du mois de mai). As-tu abandonné l’idée de vivre de ton art ou penses-tu comme beaucoup de mélomanes en ces temps de questionnement autour du numérique que la musique est faite pour être "partagée" ?

J’essaie de ne pas trop penser au "business de la musique"... le truc c’est que si tu vends des copies physiques de tes disques, il y a la production, la distribution et toutes ces choses pour lesquelles tu dois payer... l’argent que les petits labels et les artistes indépendants obtiennent à partir de tirages relativement limités ne pèse pas bien lourd. Dans de nombreux cas, il sert plus ou moins à financer le prochain projet qui se présente à l’horizon. Ces sorties de Benbecula sont de toute évidence épuisées désormais, alors c’est une façon de les rendre disponibles à un prix raisonnable... De par la façon dont fonctionne Bandcamp, même à ces prix très bas, j’aurais tendance à gagner un peu plus par exemplaire que je ne le ferais avec la vente physique de vinyles ou de CDs, donc tout le monde y gagne. La vente flash a été assez folle... comme tu dis, j’ai fixé des prix dramatiquement bas pour une quinzaine de jours. La réponse a été inattendue autant qu’écrasante. Je suppose que ça dit quelque chose à propos du modèle actuel du business de la musique.

Tu as remixé ces dernières années deux artistes que l’on pourrait considérer comme des "héritiers" de ton univers onirique peuplé de beats sur coussins d’air, de glitchs voltigeurs et de synthés en clair-obscur : Zoon Van Snook et Alias. Mais y a-t-il des musiciens que tu aimerais tout particulièrement voir remixer tes morceaux à leur tour, ou pourquoi pas participer à ce concours de reprises ?

N’importe qui. J’entends tellement de musique que j’adore sur les forum, Soundcloud et tous ces trucs. Je suis juste curieux d’entendre les interprétations des autres. Il y a tellement de gens là dehors à faire des trucs surprenants, avant-gardistes - des gens qui devraient avoir la possibilité de toucher une plus large audience. Je mettrai probablement quelques-unes des bonnes reprises sur Bandcamp, avec l’espoir d’attirer un peu d’attention sur les producteurs impliqués. Comme je l’ai dit sur facebook, glockenspiels, cornets à pistons, Commodore 64... ouais... absolument tout le monde.


Un grand merci à Christ., ainsi qu’à Appaloosa et Have Faith In Sound pour les traductions.


Articles - 06.06.2012 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Christ. sur IRM - Myspace - Bandcamp