2013 : les artistes font leur bilan - Part 1

Ils ont fait l’actu cette année sur IRM, à leur tour de nous parler de leur cru 2013 ! Jusqu’à l’heure des bilans et dans l’idéal sous forme d’un top 3 des albums, EPs, rééditions, concerts ou autres évènements qu’ils retiendront avant toute autre chose de ces 11, bientôt 12 derniers mois, les choix des artistes, patrons de labels et autres activistes des scènes indépendantes de tous horizons géographiques et musicaux nous mèneront de découvertes en confrontations de points de vue, l’occasion également de revenir en quelques mots sur leurs propres sorties qui ont toutes marqué à divers degrés l’équipe d’IRM cette année.


Romain Barbot

(aka Saåad - France)

... nous aura ensevelis dès janvier sous les chapes de matière noire de l’excellent Orbs & Channels (désormais sold out et téléchargeable à prix libre) avant d’organiser via son label BLWBCK quelques-uns des voyages expérimentaux les plus marquants de l’année, des imposants reflux kosmische de Stitched Vision à l’électro post-gothique de Vampire Slayer en passant par l’odyssée spatiale de y0t0, l’ambient fantasmagorique de ZENИTH et le sombre éther drone de Sundrugs ou Postdrome.



Son bilan 2013 :

Par dessus tout cette année je retiendrais le Festival Echos (Le Faï, France) organisé par l’association Dôme. J’ai eu la chance de participer à cette première édition avec mon projet SAÅAD, mais au-delà de mon expérience personnelle, je pense que tous ceux présents ont pris la même gifle. 6 heures de drone improvisé dans un lieu incroyable où le son est envoyé par 3 trompes géantes sur une falaise qui le diffuse ensuite sur plus de 120 hectares dans un écho monstrueux. Indescriptible… Je ne manquerai pas la deuxième édition c’est certain.

Au niveau des sorties impossible pour moi de faire un top 3, en vrac cette année j’ai particulièrement apprécié le dernier Oneohtrix Point Never, le Floating Coffin de Thee Oh Sees qui doivent être les disques que j’ai le plus écoutés après le catalogue BLWBCK. Je retiendrais aussi le Ruiner de Lee Noble, l’album de Geddes Gengras sur Umor Rex, et le Sol Levit d’EUS qui sont fabuleux.



Patrick Bezian

(Preacherz of the Savage Truth - France)

... était apparu dans notre rubrique "streaming du jour" avec son compère Matthieu Mullet pour l’OST crépusculaire du film de zombies décalés Bizon, agrémentée depuis de 3 morceaux supplémentaires à découvrir ici.



Son bilan 2013 :

- Album : Russian Circles - Memorial. J’ai découvert les Russian Circles cette année avec leur EP Station qui date déjà de 2008, et j’attendais avec impatience de pouvoir écouter Memorial, le dernier album sorti il y a quelques jours à peine. L’album est surprenant, déjà par le format des titres, assez courts. Le son est juste énorme, c’est vraiment un groupe démentiel. (autres nominés : How To Destroy Angels - Welcome Oblivion et Nine Inch Nails - Hesitation Marks )

- Découverte indie : Stolearm - Glasslight Schwarzfaçade. Temporairement montpelliérain pour quelques mois encore, j’ai eu le plaisir de faire la connaissance de Lucien Dall’Aglio, responsable et compositeur du projet Stolearm. Au delà des sensibilités musicales partagées au cours de nos rencontres, j’ai vraiment apprécié la froideur du son du LP et la qualité impressionnante du mix et du mastering.


- Live : SUUNS (Montpellier, Rockstore, Novembre 2013). On peut pas dire que j’ai eu l’occasion de faire beaucoup de concerts cette année, mais découvrir un groupe dont tu ne connais rien est toujours une expérience intrigante. Les Canadiens de SUUNS étaient mes cobayes ce soir-là et ont magnifiquement réussi a provoquer les réactions que j’attends lors d’un concert.



André Consciência

(aka Babalith - Portugal)

... promeut sans relâche les scènes gothiques et dark ambient portugaises par le biais de ses labels et collectifs Korvustronik et Abismo Humano (on citera notamment pour cet automne les très belles réussites d’Advent Mechanism et Close Encounters Of The Holocaust), entre deux sorties mystiques et ténébreuses de son alter-ego Babalith chez ses collègues anglais de Sombre Soniks, ou encore au sein des spationautes ambient d’Obscuro Quasar et Monte 6.



Son bilan 2013 :

- Chelsea Wolfe - Pain Is Beauty

Refined alternative pop-rock mixed with mature and polished soundcapes resulting on a ghostly journey. The self-released banshee-artist Chelsea Wolfe brings the style to its most genuine and integrated state.

L’épure du pop-rock alternatif mêlée à la maturité des paysages sonores donne naissance à un voyage fantomatique. Artiste-banshee autoproduite, Chelsea Wolfe élève le style à son plus haut niveau d’authenticité et d’assimilation.


- Ólafur Arnalds - For Now I Am Winter

The master of emotions’ latest release. As always, an island of beauty compared only to Ólafur Arnalds’ other releases. A bird-song of joy, frailty and rememberance in the darkest night.

La dernière sortie du maître de l’émotion. Comme toujours, une île de beauté avec pour seule comparaison ses précédents albums. Un chant d’oiseau plein de joie, de fragilité et de souvenirs dans la nuit la plus sombre.

- How To Destroy Angels - Welcome Oblivion

The album that surprised the public when HTDA was misunderstood before both by the Nine Inch Nails fans and the Coil fans.

L’album qui a surpris le public alors que HTDA était mal compris à la fois des fans de Nine Inch Nails et des fans de Coil.



Sascha Lemon

(aka LPF12 - Allemagne)

... a multiplié comme à l’accoutumée les très belles sorties en libre téléchargement cette année, des cryptes dark ambient de Subliminal Beasts ou Sanctuary à l’IDM stellaire de Signals From The Season Of Dust en passant par l’électronica cosmogonique de The Continent Of Abandoned Places ou du récent Rising Through Barricades.



Son bilan 2013 :

- Number 3 : Totakeke - Digital Exorcist. An intelligent piece of electronica, very complex and diverse. A demanding listening-experience.

Une pièce d’électronica intelligente, très complexe et variée, pour une expérience d’écoute exigeante.


- Number 2 : Lagowski/Geomatic - Cosmochemistry. A mind-altering trip into a deep sound-universe. Dark, exciting, pulsating.

Un voyage psychotrope dans les profondeurs d’un univers sonore très deep. Sombre, excitant, pulsatoire.

- Number 1 : Nine Inch Nails - Hesitation Marks. Trent is the master, at least for me. And his new album proves it again. No boundaries, no limitations, pure art and emotion.

Trent est le maître, du moins pour moi, et son nouvel album en est une nouvelle preuve. Pas de frontières, pas de limites, de l’art et de l’émotion à l’état pur.



Steven Miller

(aka Unsung - US, Ouest Virginie)

... nous a ressorti des tiroirs pas plus tard que le mois dernier un bijou d’alt rap aérien enregistré quelques années plus tôt en compagnie de Brandt Dykstra, après avoir édité en CD chez Choose My Music Records le tout aussi planant You Will Face Seven Beasts. Enfin, cette collaboration jazzy et coolissime avec Witness nous a laissé une impression plus que prometteuse :



Son bilan 2013 :

- Spark Master Tape - The #SWOUP Serengeti

At first I didn’t want to give this guy a shot. Another pitch-shifted mystery rapper ? After Flylo’s Captain Murphy release, which is absolute perfection, I didn’t want to hear anyone else even attempt what he pulled off. The first song off of The #SWOUP Serengeti changed my mind completely. Intense string and vocal samples swell and rise to the lone voice shouting "I said I’m young Spark Master". All of the beats are incredible to drive around to. PS : Run The Jewels by El-P and Killer Mike was in my top 3, but what rap fan doesn’t already know about that ?

Au début, je ne voulais même pas donner un chance à ce type. Un autre mystérieux rappeur au flow pitché ? Après le Captain Murphy de Flying Lotus, perfection absolue du genre, je ne voulais pas entendre qui que ce soit d’autre ne serait-ce qu’essayer de reproduire ce que FlyLo avait mené à bien. Et pourtant le premier morceau de The #SWOUP Serengeti m’a fait changer d’avis du tout au tout. Samples vocaux et orchestraux intenses gonflent et s’élèvent jusqu’à cette voix solitaire qui lance "I said I’m young Spark Master". Tous les beats sont incroyables pour conduire en bagnole. PS : Run The Jewels d’El-P et Killer Mike était aussi dans mon top 3, mais quel fan de rap ne le connait pas déjà ?

- Zeroh - Bred : A Dedication [ndlr : que notre ami Spoutniks avait également repéré]

Zeroh is an original. He doesn’t follow anyone else. I heard him for the first time this year on Jeremiah Jae’s Black Jungle Radio album, which is incredible, and HAD to find more work from him. The first album I found by Zeroh was an album called Tape, which is one of the more experimental hip hop albums I’ve heard. I love rappers that take leaps to new plateau’s in their music. This is one of the rare artists I will continually seek out every single track or b-side that’s available.

Zeroh est un original. Il n’imite personne. Je l’ai entendu pour la première fois cette année sur le Black Jungle Radio de Jeremiah Jae, qui est incroyable, et il me fallait absolumment trouver d’autres disques de ce type. Le premier que j’ai dégotté était un album intitulé Tape, tout simplement l’un des albums hip-hop les plus expérimentaux que j’ai pu entendre. J’adore les rappeurs qui visent le niveau supérieur dans leur musique. Il est l’un des rares dont je recherche continuellement chaque nouveau single ou face-B disponible.

- Nym - Trembling In The Stone

I can’t say enough positive things about Nym. He is the only artist I’ve listed that I have the privilege of knowing personally. This guy’s work is a constant inspiration. He is by far one of my favorite producers and this album is simply a flawless affair. Listen to Et Moi, the man is a beast. Every time I listen to this album I feel like I’m in a Quentin Tarantino film.

Je ne pourrai jamais dire assez de bonnes choses sur Nym. Il est le seul artiste cité ici que j’ai le privilège de connaître personnellement. Le travail de ce gars est une constante source d’inspiration. Il est de loin l’un de mes producteurs favoris et cet album est tout simplement sans faille. Écoutez Et Moi, le type est une bête. A chaque fois que j’écoute ce disque j’ai l’impression d’être dans un film de Quentin Tarantino.



Photo : Sascha Lemon (LPF12).


Articles - 14.11.2013 par RabbitInYourHeadlights

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 19 août 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends