Le streaming du jour #609 - T.Saul - ’Ear Movies Vol. 1’

Lorsque l’on intègre la mention "Vol. 1" à l’intitulé d’un album, cela appelle forcément une suite. Si l’on ignore encore l’intervalle temporel nous séparant de celle-ci, une chose est sûre, vous aurez prochainement des nouvelles de T.Saul de manière plus large. Mais pour l’heure, sa dernière sortie est suffisamment passionnante pour que nous lui consacrions l’exclusivité des débats.

Les membres d’Earthling n’ont jamais apprécié d’être rattachés au courant trip-hop. L’étiquette était trop réductrice et, lorsqu’en 1997, leur label refuse de sortir le passionnant Humandust, Tim Saul et Mau mettent leur duo en sommeil. Avant la sortie surprise, il y a deux ans, d’un troisième opus, les artistes avaient ainsi eu l’occasion de diversifier leurs influences musicales.

C’est durant cette période que Tim Saul s’orientera vers des compositions très cinématographiques dont la majorité sera utilisée par le septième art. Leur direction plus aérienne et basée sur un usage intensif de cordes détonnera en comparaison du trip-hop d’Earthling et suffira à comprendre que les influences et affinités musicales du groupe étaient bien plus diverses que l’on aurait pu le soupçonner.

Difficile de ne pas penser à Rob Dougan ou Craig Armstrong en écoutant ce disque et les magnifiques arrangements de cordes qui le composent (Widescreen Confessional ou Meet Me On Deserted Tracks par exemple). L’utilisation de ces dernières sur Loners Make The Best Watchers rappellent aussi le Air de la belle époque. La progression des morceaux, avec des effets de montagnes russes et des changements de rythme abrupts, donne un effet de puissance à chacune des unités de l’album. L’ensemble, toujours très cinématographique, constitue une invitation pour un voyage onirique. Quelques réminiscences des productions hip-hop de l’artiste sont perceptibles ici et là avant d’être particulièrement claires sur le titre final Oblique d’Amour.

Ear Movies Vol. 1 est l’album d’un artiste assumant ses diverses influences. Pour preuve, le trip-hop, longtemps rejeté par le groupe, fait aujourd’hui partie des "tags" choisis par T.Saul pour décrire son travail.


Streaming du jour - 16.12.2012 par Elnorton
... et plus si affinités ...
T.Saul sur IRM

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 16 décembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends