Le streaming du jour #696 : The Green Kingdom - ’Dustloops : Memory Fragments’

Apprécié pour le fourmillement électro-acoustique de ses rêveries instrumentales faites de bribes de mélodies scintillantes et de flots de fields recordings concassés et loopés jusqu’à l’abstraction, Mike Cottone a choisi le label de ses débuts officiels pour prendre nos attentes à contrepied et sortir son album le plus rythmique à ce jour, entre dub-ambient et techno cotonneuse.

Il faut dire que le bonhomme est originaire de Detroit, influence plutôt discrète jusqu’ici mais qui s’impose nettement sur ce nouvel opus édité par l’excellent SEM Label, une demi-douzaine d’année après un éponyme dont les boucles pulsées d’acoustique réverbérée et de fragments sonores agglomérés avaient posé les jalons délicats et ouatés d’une esthétique creusée disque après disque jusqu’à la parfaite doublette de l’an dernier, Egress chez Nomadic Kids Republic et Incidental Music chez Tench.

Du premier d’ailleurs affleuraient déjà quelques beats étouffés sous les guitares cristallines et autres nappes épurées, mais rien qui eut pu laisser présager de l’orientation très ambient-techno de ce Dustloops dont les beats profonds lorgnant par moments sur le downtempo (le sensuel On Golden Swamp et sa basse acid jazz, l’onirique Seebreeze et ses faux-airs d’IDM sur coussin d’air à la BoC), doublés de kicks syncopés et de samples de voix lascives aux effluves oldschool (green being, ambin5) offrent une dimension encore plus deep et hypnotique aux abstractions texturées de The Green Kingdom.

Ainsi de prime abord, entre deux flux cosmiques dont les glitchs organiques embrasent les denses entrelacs synthétiques (rustloop, dustloop2), ou autres interludes plus flâneurs et contemplatifs (Film Day, l’acoustique herrloop caressant guitares et claviers sur un lit de poussière statique), le dub narcotique d’undrwtr ou le vortex binaire de Night Clatter ne manqueront pas de surprendre les inconditionnels du projet avant d’imposer leur maîtrise de l’espace aux amateurs du genre comme aux néophytes, signe d’une indubitable réussite pour cette première véritable incursion techno de l’Américain.



Streaming du jour - 16.03.2013 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
The Green Kingdom sur IRM - Site Officiel - Bandcamp - Myspace

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 21 août 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends