Le streaming du jour #1386 : Odd Nosdam - ’Sisters EP’ & ’Small Ax EP’

S’il perpétuait les lames de basses viscérales et autres reflux de synthés analogiques surabondamment texturés dont le beatmaker de cLOUDDEAD a fait sa marque de fabrique jusque dans ses productions pour Sole ou Serengeti, l’EP Trish tendait il y a trois ans vers une abstraction mélodique aux allures d’écho de rêve éveillé qui tranchait assez radicalement avec la dynamique abstract minimaliste des plus belles réussites de ses chefs-d’œuvre en long format, Burner (2005) et Level Live Wires (2007).

Un hommage mystique et majestueux à la regrettée Trish Keenan de Broadcast dont le chant immatériel venait hanter le final éponyme de sa chaleureuse mélancolie, et que l’on considère toujours par chez nous comme l’un des tout meilleurs courts formats de la décennie... mais si son successeur Sisters n’atteint pas toujours les mêmes sommets, il se prévaut assurément d’un capital nostalgie assez irrésistible. Cousins pas si lointains des Kill Tone, Up In Flames et autre Fat Hooks (sans oublier la géniale intro On) sur Level Live Wires, l’accrocheur Bow They Will !!! réveille ce groove noisy aux basses ronflantes sur fond de cymbales cliquetantes tandis que le très beau Ten Echoes révèle par une nuit d’orage la part de lumière de nos pathétiques moments d’abandon à coups de battements syncopés et de chœurs susurrés.

Côté slow Burners, Burrow et Profane Bong Sue ressuscitent les décollages stratosphériques aux nappes de bruit blanc éthérées des faramineux Untitled, la voix de Jessica Bailiff en moins sans qu’en pâtissent en rien ces intenses ascensions cosmiques à combustion lente. Quant aux collages onirico-ésotériques de l’EP précédent, ils perdurent sur le court Center aux idiophones et samples chamaniques, le scintillant Endless 432 (sous influence évidente du talentueux Teebs en featuring) qu’illumine une harpe électroniquement modifiée et surtout les liturgies ambient d’un morceau-titre qui tient autant d’Enya que de la messe du dimanche matin (il faut s’habituer mais après une paire d’écoutes on en est tout aussi béat que ces chorales de cathédrale à ciel ouvert), Strng Day So Freee !!! assurant enfin le break ludique plein de blips martiens et de percus hypnotiques dans la lignée d’un T.I.M.E. Soundtrack qu’on oublie trop souvent dans l’irréprochable discographie du Californien :



Et pour ceux que ces neuf pépites n’auraient pas tout à fait su combler, un détour par la page Bandcamp du co-fondateur d’Anticon (qui traîne désormais ses guêtres du côté de Leaving Records) nous permet d’en rajouter une couche avec trois outtakes de haute volée, d’un J aux beats très deep et mélodie de synthé évanescente - réminiscents de son instru de Banks Of Marble sur l’immense Live From Rome du compère Tim Holland - jusqu’au planant Small Ax en passant par le Boards-of-Canadien Daytons, qui vient nous rappeler les atomes crochus de David Madson avec les rêveries distordues des Écossais (qui avaient choisi les synthés 80s sur un remix de Sisters dispensable en bonus de l’EP ci-dessus) :


Streaming du jour - 08.08.2016 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Odd Nosdam sur IRM - Myspace

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


samedi 17 août 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends