Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/indierockmag/www/config/ecran_securite.php on line 349
Le streaming du jour #1389 : offthesky - ’Silent Went The Sea’ | Indie Rock Mag

Le streaming du jour #1389 : offthesky - ’Silent Went The Sea’

On ne parle décidément pas assez d’Eilean, label ambient français qui a déjà vu passer dans ses rangs les élégants et passionnants Dag Rosenqvist, Aaron Martin (tous deux échappés du fabuleux duo From The Mouth of the Sun), James Murray, Boomruin ou Wil Bolton pour n’en citer que quelques-uns, perpétuant l’héritage éthéré des 12k, Home Normal, Hibernate/Rural Colours, Dronarivm ou encore Experimedia, autant de structures ayant justement hébergé avant lui le projet de Jason Corder qui nous intéresse aujourd’hui.

Et ça tombe bien parce qu’on ne parle pas assez non plus d’offthesky, dont les nappes ambient-folk scintillantes et légèrement claustrophobiques qui firent les belles heures de feu SEM Label, autre structure française que le monde entier nous enviait (enfin, à l’échelle des amateurs d’ambient, électro-acoustique et autres expérimentations analogiques) ont aujourd’hui nettement gagné en luxuriance instrumentale, en amplitude de production et en acuité narrative.

L’immensité océanique, qui inspire la cover mais également les textures et paysages sonores de cette première sortie de l’Américain sur le label de Mathias Van Eecloo (Monolyth & Cobalt, c’est lui), trouve d’emblée un écho pour le moins fascinant dans les résonances du percussionniste Brian Archinal sur l’ouverture magnétique Insofar, In So Far. Une dimension aquatique qu’alimentent les distos et la reverb du radiant Pacific, tandis que les pulsations étouffées (sur le final folky de l’onirique Diamond Day ou plus loin sur Form Light) et les cordes frottées - on retrouve notamment l’excellent violoncelliste Danny Norbury au line-up - contribuent à donner une stature dramaturgique de plus en plus prégnante à cette descente en eaux profondes à mesure que l’album approche le cœur du mystère (cf. la tension orchestrale de Be Still).

Sur Neath, un violoncelle proéminent perce ainsi le voile du silence pressurisé pour mieux révéler la féerie quelque peu inquiétante des chœurs de l’Indo-Américaine Shilpi Gupta (Halcyon Blur), une ambient organique riche en field recordings mutants incarnant le foisonnement insoupçonné de ces abysses immaculées (Form Light) que l’explorateur ne fait probablement qu’imaginer au gré de ses divagations enfiévrées de plongeur soumis au mal des grands fonds. Enfin, le drone opératique du monumental Instance Infinite, bientôt submergé par les trémolos des violons, des percus cristallines et des pianotages en aigu, finit de nous convertir à cette mystique des profondeurs.

Si Eilean rec., dont il s’agit déjà de la 38ème sortie en deux ans, a prévu de s’auto-effacer après 100 références, on espère donc qu’offthesky avec déjà près d’une trentaine de LPs au compteur continuera de jouer les tour opérateurs pour nos oreilles curieuses bien au-delà de cette échéance.


Streaming du jour - 19.08.2016 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Offthesky sur IRM - Site Officiel