Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/indierockmag/www/config/ecran_securite.php on line 358
Le streaming du jour #1539 : Emilie Zoé - ’Dead-End Tape’ & Autisti - ’s/t’ | Indie Rock Mag

Le streaming du jour #1539 : Emilie Zoé - ’Dead-End Tape’ & Autisti - ’s/t’

Malgré tous nos efforts, l’actualité musicale est tellement dense qu’il nous arrive trop souvent de voir un artiste majeur passer entre les mailles des filets que nous tentons de resserrer au maximum. De fait, les découvertes tardives sont nombreuses et le seul argument de l’ancienneté de la sortie ne saurait justifier qu’on passe cette dernière sous silence.

Ancienneté toute relative s’agissant de ce Dead-End Tape sorti en mai 2016, qui intrigue d’emblée par son aspect graphique et la paire d’yeux presque exorbités de la chanteuse. D’emblée, cette pochette fait partie de celles qui retiennent notre attention. Et son contenu est à l’avenant.

Musicienne pour Anna Aaron de 2011 à 2014, Emilie Zoé s’est lancée dans une expérience solitaire en 2013 avec un premier EP intitulé Empty dont elle a pu rôder chacun des titres sur scène lors d’une tournée relativement conséquente. Désormais soutenue en live par Nicolas Pittet au chant et derrière les fûts, la Suissesse cultive sur disque - où elle est cette fois appuyée par le seul Louis Jucker - ce même esprit mêlant underground et lo-fi qui rend ses compositions encore plus authentiques.

Dead-End Tape n’est finalement que la fidèle transcription de cet univers à la fois tourmenté et planant mais surtout trop complexe pour abriter tous les questionnements relatifs à ces êtres qui refusent le surplace. On pense parfois à Sophie Hunger ou Laëtitia Sheriff (Last Night We Talked) voire même à Exploded View lors de ces moments de grâce où cette déconcertante mélancolie qui vient droit du cœur n’est pas sans rappeler celle de Jeff Buckley (The River).

Entre un spleen désenchanté qu’on déconseillera aux plus dépressifs - les arpèges hantés de I Cried In My Beard sont tout sauf un hymne à la joie - et une énergie rock à base de riff tranchant et percutant (Chop Me Up), Emilie Zoé ne sait trop que choisir, mais elle possède déjà l’étoffe de ces chanteuses telles que Jennifer Charles (Elysian Fields) ou PJ Harvey (I Found A Girl et sa ligne de guitare saccadée qui évolue vers une électricité et un chant habités) qui parviennent à nous faire perdre la totalité de nos repères avec quelques notes et à peine plus de mots.



Et puisque, comme nous le précisions en introduction, les mois ont défilé depuis la sortie de Dead-End Tape, Emilie Zoé et Louis Jucker, accueillant cette fois-ci le batteur Steven Doutaz, ont fondé une nouvelle formation baptisée Autisti dont le premier disque éponyme sort aujourd’hui même. Ce rock alternatif réveillant les relents grunge du début des années 90 peut rappeler des formations telles que Dinosaur Jr ou Mudhoney pour sa rage et la domination des guitares électriques incendiaires.


Streaming du jour - 21.04.2017 par Elnorton
... et plus si affinités ...
Emilie Zoé sur IRM
Autisti sur IRM