Le streaming du jour #1538 : 10th Letter - ’Reloaded’

On connaissait 10th Letter pour l’électro hip-hop dopé à la bass music et mâtiné de rétrofuturisme à synthés, de drum’n’bass et de sonorités ethniques dEscape From ATL en hommage à John Carpenter, pour le psychédélisme nettement plus atmosphérique et déconstruit du tout aussi fascinant (si ce n’est plus) The Revenge lorgnant sur l’afro-jazz, le folklore asiatique ou même l’ambient, eh bien cette fois c’est rien de moins qu’un croisement ambitieux mais jamais prétentieux entre les univers des labels Warp, Mush ou encore Brainfeeder que nous propose Jeremi Johnson, ou quand le futur du passé reste celui du présent.

Le beatmaker d’Atlanta, dont la participation à notre compilation Twin Peaks promet d’être tout aussi surprenante, nous parle pourtant d’échos cyberpunk aux atmosphères de SF du côté obscur qui ont bercé son enfance dans les 90s, mais ces dystopies ressemblant de plus en plus à la réalité outre-Atlantique, pas étonnant que le rétrofuturisme des opus précédents se soit mué ici en futurisme tout court. A en croire 10th Letter, Reloaded est une bande-son instrumentale pour la période que nous vivons, et si Aphex Twin ou Squarepusher étaient encore capable de petits concentrés hallucinogènes de schizophrénie IDM sous acide tels que ce faramineux Deep Reality final, l’époque en question ne serait pas tant celle du "c’était mieux avant" pour les passionnés d’électronique aventureuse et audacieuse.

D’emblée System Crash associe ainsi futurisme déstructuré et surtension, une dynamique qui se mêle au jazz et au glitch-hop sur l’extraordinaire Reload flirtant sans complexe avec le Dialogue du grand Thavius Beck (influence encore plus évidente sur les électrisants Apex Predator et Virtua Bandit), tandis que les plus baroques et syncopés Gorilla Glue et Zamza’s Lair ont autant à voir avec l’électro-hip-hop martial voire épileptique de ce dernier qu’avec les étranges rêveries cosmico-organiques d’un Flying Lotus.

Relents de cuivres et de guitares wah-wah des soundtracks blaxploitation sur les groovesques Mirage et Segata’s Theme, techno texturée sur Mnemonic Trigger et Scanner, dubstep cérébral sur Arms Racer, d’n’b dense et warpienne avec l’acidifié Missile Command et même breakcore cybernétique le temps d’un Deadlock que Richard D. James n’aurait pas non plus renié... ce qui impressionne avant tout c’est pourtant moins cette maîtrise d’une diversité d’influences érudites que la virtuosité dont fait preuve l’Américain à les fondre les unes dans les autres pour faire de Reloaded un véritable récit de science-fiction sans images, dont l’atmosphère urgente, surréelle et hallucinée ne quitte jamais le premier plan. Bluffant !


Streaming du jour - 20.04.2017 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
10th Letter sur IRM