Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/indierockmag/www/config/ecran_securite.php on line 349
Entretiens à Twin Peaks : #6 - 10th Letter - Interviews | Indie Rock Mag

Entretiens à Twin Peaks : #6 - 10th Letter

Retrouvez chaque semaine dans nos pages les interviews des contributeurs à la future compil’ Twin Peaks d’IRM. Aujourd’hui, ce sera un détour par les States et Atlanta avec Jeremi Johnson aka 10th Letter pour nous faire oublier le Sud dégueulasse (comme on dit) et en inventer un plus aventureux et génial.

2016 aura été riche et réussi pour 10th Letter, car avec deux albums, le producteur a juste signé coup sur coup deux petits chefs-d’œuvre. D’abord Escape from ATL, cette relecture de John Carpenter et de son Escape from New York transposée dans un Atlanta post-nucléaire à grands coups d’expérimentations rétro-futuristes pour un album fait d’électro-chip et de hip-hop complexe ! Et puis et surtout The Revenge (qui sort en vinyle très bientôt chez nos amis de A Night On Canopy), un petit bijou d’une densité sonore incroyable. Ses ambiances fines, délicates, texturées à l’excès nous ouvrant des portes vers le méditatif et la perfection, l’album est un symphonie moderne, du grand art pour un beatmaker (mais faut-il encore le qualifier ainsi ?) qui comptera dans les années à venir et dont l’univers de David Lynch et en particulier celui de Twin Peaks a grandement influencé le travail.


L’interview



IRM : Comment résumerais-tu ton rapport à Twin Peaks ? A l’univers de Lynch en général ?

Jeremi Johnson : Ma relation avec Twin Peaks est singulière. J’ai vu le film Fire Walk with Me il y a de nombreuses années, une fille avec qui je sortais à l’époque me l’avait fait découvrir. Je me souviens avoir été en phase avec l’aspect onirique de ce film, car à l’époque, je trippais sur les projections astrales et comment les provoquer, alors j’ai vu ce film au parfait moment de ma vie. Jusque-là, je connaissais seulement les premiers travaux de Lynch, c’est-à-dire Eraserhead et j’étais déjà un grand fan. Pour moi, Twin Peaks, ça a été comme découvrir un nouveau quartier dans une ville où j’aurais déjà vécu depuis des années.

Ton personnage préféré dans la série/le film ?

Mon personnage favori doit être Margaret Lanterman, la femme à la bûche. Elle était connectée avec tout le truc. Elle savait des choses, ou alors c’est la bûche qui savait... C’était mon personnage préféré.

Une scène qui t’a particulièrement touché... ou fait flipper ?

J’ai deux scènes préférées. D’abord dans le film Fire Walk with Me, cette scène dans le salon de Laura où Donna et elle sont allongées sur des canapés et où Laura tient un monologue sombre sur les anges. Et puis la scène du dernier épisode de la série où Dale rencontre une Laura possédée. J’adore ces scènes.





Tu as enregistré un morceau pour notre future compilation Twin Peaks. Quel aspect de la série t’a inspiré ? Une anecdote ?

J’ai été surtout inspiré par la partie de la bande-son composée par Lynch lui-même. J’aime les moments de la BO où les personnages de la Loge Noire interviennent dans l’histoire, ou lorsque BOB se montre. J’ai essayé d’exploiter un peu de cette folie pour mon morceau. J’ai voulu que ma contribution soit à la compilation ce que ces moments bizarres étaient à la série.

Tu as eu vent de quelques-uns des musiciens impliqués dans ce projet. Duquel es-tu le plus curieux d’entendre la contribution ?

Non, en fait je ne connais personne, et c’est ça qui est excitant ! Ce sera l’occasion de découvrir de nouveaux artistes et peut-être que ce sera l’occasion pour eux de découvrir ce que je fais.

Un album vers lequel tu reviens quand il te faut ta dose de Garmonbozia ?

Sûrement Death Grips ou les premiers Mobb Deep.

En 2016, tu as sorti deux albums, Escape From ATL et l’excellent The Revenge. Quelques mots à leur propos ? D’autres projets sur les rails ?

Ouais, Escape From ATL est un peu mon ode à John Carpenter et à ses BOs. C’est aussi un hommage à Atlanta, un conte imaginaire inspiré par cette ville. The Revenge est mon dernier album en date, je l’ai enregistré avec la violoncelliste et multi-instrumentiste Saira Raza, et Dan Friedman à la guitare. Il s’agit d’une fable inspirée par l’histoire vraie de Yasuke, un samouraï africain dans le Japon du 16ème siècle. Le premier est plus un album d’électro upbeat, l’autre se veut un album de jazz. Actuellement, je travaille sur plusieurs projets différents dont un EP qui sortira prochainement et d’autres trucs drogués dans l’univers de The Revenge. Stay tuned !






10th Letter sur Bandcamp / Facebook / Site Officiel / Soundcloud



Original english version



IRM : How would you describe your relationship with Twin Peaks ? With the work/world of David Lynch in general ?

Jeremi Johnson : My relationship with Twin Peaks is interesting. I saw Fire Walk with Me many years ago. A girl I was dating at the time put me on to it. I remember being really into the dream aspect of it. At the time I was really deeply into the study of astral projection and how to induce them, so I saw that movie at the perfect time. Until then I had only known Lynch’s earlier work i.e Eraserhead and I was already a huge fan. Twin Peaks was like discovering a new neighborhood in a city you’ve lived in for years.

Your favorite character in the series/the movie ?

My favorite character has to be the Log Lady. She was just hip to the whole thing. She had the knowledge, or the log did... She was my favorite character.

A scene that particularly moved - or scared - you ?

My favorite scenes are when in Fire Walk with Me Laura and Donna are hanging out in Laura’s living room and Laura goes into that dark monologue about angels, and the scene when Dale meets Evil Laura in the Dark Lodge. I love those scenes.

You recorded a track for our forthcoming Twin Peaks compilation, what aspect of the series inspired you ? Any anecdote about that ?

I was mostly inspired by Lynch’s part of the score. I would always love the parts of the soundtrack when the Dark Lodge characters would intervene in the story, or when Bob shows up. I tried to harness some of that madness for my track. I wanted my contribution to be that weird moment.

You heard about some of the musicians involved in this project. Which one are you the most curious to hear the contribution from ?

I actually don’t know anyone, which is exciting ! It’s an opportunity to learn about new artists and maybe they’ll even check my stuff out.

An album you often listen to when you need all your Garmonbozia ?

Probably Death Grips or some early Mobb Deep.

In 2016 you released two albums, Escape From ATL and the extraordinary The Revenge. A few words about them ? Some other projects on the way ?

Yeah, Escape From ATL was kind of my ode to Carpenter and his score work/body of films. It’s also an ode to Atlanta. Kind of this imaginary tale based around the city. The Revenge was an album I just released that I made with cellist/multi instrumentalist Saira Raza and guitarist Dan Friedman. It’s a tale based on the true story of Yasuke, an African samurai based in 16th century Japan. One’s a more upbeat electronic based record. The other is basically a jazz record. I’m working on a few different things at the moment. An EP is fast approaching as well as some more drug from the world of The Revenge. Stay tuned !




Un grand merci à Jeremi Johnson. Son morceau intitulé Fire Trance paraîtra sur notre compilation Twin Peaks au printemps prochain.


Interviews - 12.12.2016 par Spoutnik
... et plus si affinités ...
10th Letter sur IRM