Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/indierockmag/www/config/ecran_securite.php on line 349
Entretiens à Twin Peaks : #5 - Crookram - Interviews | Indie Rock Mag

Entretiens à Twin Peaks : #5 - Crookram

Retrouvez chaque semaine dans nos pages les interviews de quelques-uns des contributeurs à la future compil’ Twin Peaks d’IRM. Tout aussi mystérieux que la série de David Lynch et Mark Frost, notre invité d’aujourd’hui, Chris Angelovski aka Crookram nous a envoyé en exclu la cover de son prochain album faute d’avoir pu mettre la main sur la moindre photo du beatmaker néerlandais, auteur en 2010 du génial Through Windows.

Si l’on n’avait parlé que brièvement à l’époque de ce bijou d’abstract cinématographique au groove prismatique et baroque dans un article consacré aux héritiers des Avalanches, nul doute que l’on y reviendra en fin de décennie tant le disque s’est taillé depuis une place de choix tout en haut de notre playlist de chevet. C’est dire si l’on attend avec impatience ce Butterflies dont il nous fait la joie de parler en fin d’entretien, après avoir largement digressé sur le son dans Twin Peaks, la library music et les musiciens brésiliens d’antan.


L’interview



IRM : Comment résumerais-tu ton rapport à Twin Peaks ? A l’univers de Lynch en général ?

Crookram : J’étais encore un ado impressionnable à la première diffusion de Twin Peaks dans les années 90. Et je pense que c’était la période parfaite pour me trouver totalement absorbé par quelque chose comme Twin Peaks. Je me souviens avoir regardé le premier épisode sur un coup de tête, je n’avais jamais entendu parler de David Lynch avant ça. Simplement, la série passait à l’heure où je regardais la télé et j’ai immédiatement été fasciné. C’était si intense et différent de tout ce que j’avais pu voir auparavant, surtout à l’époque. Je suis un fan de Lynch depuis.

Ton personnage préféré dans la série ?

Wow il y a tellement de personnages géniaux, difficile de répondre à ça. Je suppose que je vais choisir l’Agent Cooper parce qu’il est presque toujours présent, et pour moi il est un peu comme la glue qui maintient tout le reste ensemble.

Une scène qui t’a particulièrement touché... ou fait flipper ?

C’est une question assez difficile compte tenu de la quantité de trucs intensément bizarres qui s’y passent. (sourire) Mais je pense que ce sont les séquences de rêve de Cooper qui ont eu le plus d’impact pour moi dans l’établissement du ton de la série. Comme par exemple le rêve où MIKE et Laura Palmer parlent à l’envers, mais c’est inversé de nouveau pour sonner "normal". Quel génie, ce concept ! Ça suppose que quelqu’un ait d’abord écrit la version inversée des mots en phonétique, puis que les acteurs aient prononcé ce charabia de façon à ce qu’il soit encore un peu intelligible après avoir été ré-inversé en post-prod, etc. Je ne peux qu’imaginer combien ils ont dû travailler là-dessus. J’aime ce genre de dévouement au détail pour ce qui n’est essentiellement qu’une petite partie de la série. Mais cet exemple symbolise pour moi ce qui fait que Twin Peaks se démarque des autres séries de l’époque.



Tu as enregistré un morceau pour notre future compilation Twin Peaks, quel aspect de la série t’a inspiré ? Une anecdote à ce sujet ?

J’avais justement échantillonné le bout de conversation inversé dont je parlais plus tôt il y a de nombreuses années, et il attendait là, intact, dans ma bibliothèque de samples faute de savoir comment l’utiliser. Et voilà que votre projet Twin Peaks débarque... (sourire) Alors me voilà à charger de nouveau ce sample après toutes ces années, et immédiatement toute l’ambiance de mystère et de bizarrerie qui avait toujours fait partie de mon expérience Twin Peaks m’a de nouveau envahi. Partant de là, le reste est venu presque tout seul.

Tu as eu vent de quelques-uns des musiciens impliqués dans ce projet. Duquel es-tu le plus curieux d’entendre la contribution ?

Oh mec, je ne pourrais vraiment pas dire. Il y a tellement d’artistes dont je n’ai pas entendu parler (rien de péjoratif là-dedans, c’est juste que je vis sous un rocher) que je n’ai aucune idée de ce à quoi m’attendre. Je suis simplement enthousiaste vis-à-vis de chacun d’entre eux ! (sourire)

Un album vers lequel tu reviens quand il te faut ta dose de Garmonbozia ?

Je suppose que tu veux parler de quelque chose que j’écoute quand je suis victime d’un crise particulièrement aigue de Garmonbozia ? Principalement de la library music, mais il y a trop de grands artistes dans ce genre pour les nommer tous. J’ai une liste toujours plus imposante de morceaux de library music favoris pour m’apaiser l’esprit. J’aime aussi la musique brésilienne des années 70 comme Marcos Valle, Arthur Verocai, Hareton Salvanini etc. Et plus récemment, mon ami musicien Alexander von Mehren a sorti un album appelé Aeropop plein de mélodies légères, chaudes, façon library music, parfait pour élever les esprits et chopper de bonnes vibrations. Je l’écoute beaucoup aussi. Oh et sans oublier le dernier album des Avalanches, simplement incroyable en tous points.

En 2016, tu as travaillé sur la suite tant attendue de Through Windows, un nouveau long format prévu pour l’an prochain. Peux-tu nous en dire plus à ce sujet ?

Je travaille en effet sur un nouvel album intitulé Butterflies, que je prévois de sortir au premier semestre 2017 en vinyle et en numérique. C’est un album-concept sur l’idée de se reconnecter avec l’innocence de mes années d’enfance. Un temps où les choses magiques et fantastiques ne paraissaient pas aussi impossibles qu’elles ont l’air de l’être aujourd’hui. A mesure que je vieillis, la société semble devenir chaque jour plus cynique et brutale, et il est facile de se perdre dans cette atmosphère de négativité. Je fais donc cet album pour me rappeler que l’enfant à l’intérieur de moi est bien vivant, mais qu’il me faut lui donner plus d’attention. (sourire)
La version numérique sera disponible via Bandcamp, et je pour le vinyle je prévois de passer par Qrates. Une fois l’album quasiment terminé, je mettrai à jour mon site crookram.net avec tous les détails.




Crookram sur Bandcamp / Facebook / Soundcloud




Original english version



IRM : How would you describe your relationship with Twin Peaks ? With the work/world of David Lynch in general ?

Crookram : I was still an impressionable teenager when Twin Peaks was first aired back in the 90s. And I feel that was the perfect period for me to become totally engrossed in something like Twin Peaks. I remember watching the first episode on a whim basically, I had never heard of David Lynch before. It just happened to be on when I was watching tv and I was fascinated immediately. It was just so intense and mindblowingly different than anything I had ever seen before, especially back then. Been a Lynch fan ever since.

Your favorite character in the series ?

Wow there are so many great characters, that is hard to answer. I guess I would go for Agent Cooper because he is almost always there, and he is kind of like the glue that holds everything together for me.

A scene that particularly moved - or scared - you ?

That is a pretty difficult question considering the amount of intensely freaky stuff going on (smile). But I think Cooper’s dream sequences made the most impact for me in establishing the tone of the series. Like for example the dream where the character MIKE and Laura Palmer are talking in reverse but it’s turned around again so that it comes out "normal". What a genius concept ! That involved somebody first having to write the reverse version of the spoken words phonetically, and then the actors pronouncing this gibberish in such a way that it is still somewhat intelligible when re-reversed in post, etc. I can only imagine how much work must have gone into that. I love that kind of dedication to detail for what is essentially only a small part of the series. But that example encompasses for me what made Twin Peaks stand out compared to other series at that time.

You recorded a track for our forthcoming Twin Peaks compilation, what aspect of the series inspired you ? Any anecdote about that ?

I had actually sampled the reverse talking bit I mentioned earlier many years ago, and it’s been sitting there in my sample library untouched because I never could figure out how to use it. And now your Twin Peaks project comes along... (smile) So I load up that sample again after many years, and immediately the whole vibe of mysteriousness and weirdness that was always part of my Twin Peaks experience floods back over me once more. From there on the rest just came together almost by itself.

You heard about some of the musicians involved in this project. Which one are you the most curious to hear the contribution from ?

Oh man, I really couldn’t say. There are so many artists that I have not heard of (not to their discredit at all, it’s just that I live under a rock) that I have no idea what to expect. I am simply enthusiastic about each and every one ! (smile)

An album you often listen to when you need all your Garmonbozia ?

I suppose you mean something I listen to when I am afflicted with a particular bad case of Garmonbozia ? Mainly library music, but there are too many great library artists to name them all. I have an ever growing playlist of favorite library tracks to soothe my soul with. Also I love ’70s Brazilian music like Marcos Valle, Arthur Verocai, Hareton Salvanini etc. And more recently, my musician friend Alexander von Mehren has made an album called Aeropop full of light, warm, library-esque melodies, which is great for lifting spirits and getting into good vibes. I listen to that a lot as well. Oh and can’t forget the latest Avalanches album, it’s simply amazing in every way.

In 2016 you’ve been working on the long-waited follow up to Through Windows, a new full length album coming out next year. Can you tell us more about it ?

I am indeed working on a new full length album called Butterflies, which I plan to release in early to mid 2017 on vinyl as well as digitally. It’s a concept album themed on the idea of reconnecting with the innocent spirit of my childhood years. A time where magical and fantastical things were not so impossible as they seem now. As I get older society seems to become more gritty and cynical by the day, it’s too easy to lose yourself in that negative vibe. I am making this album because I want to remind myself that my inner child is alive and well but I need to give it more attention. (smile)
The digital release shall be available through Bandcamp, and for the vinyl I plan to crowdsource it through Qrates. When the album is nearing completion I will update my website crookram.net with all the details.


Un grand merci à Crookram. Son morceau intitulé But Sometimes My Arms Bend Back (cf. vidéo ci-dessus) paraîtra sur notre compilation Twin Peaks au printemps prochain.


Interviews - 10.12.2016 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Crookram sur IRM - Myspace - Site Officiel - Bandcamp