Velkomin til Ísland #5 - We Made God

En marge des Coachella, Glastonbury et autre Route du Rock qui rythment les étés des globe-trotteurs mélomanes, un autre festival - plus au nord - s’inscrit chaque automne dans l’agenda des curieux : les Iceland Airwaves. Loin des étendues champêtres, auxquelles le climat islandais est peu propice en cette saison, le festival, qui a vu le jour en 1999 dans un hangar de l’aéroport de Reykjavík, ne cesse de prendre de l’ampleur, et a finalement envahi le quartier 101 qui se transforme pendant 5 jours en une fête de la musique géante, la qualité garantie en prime. Avec une programmation éclectique, mêlant artistes locaux et étrangers, Arab Strap, Fleet Foxes ou encore Mumford & Sons - pour ne citer qu’eux - sont annoncés cette année. A l’approche des festivités, IRM se met à l’heure islandaise pour vous présenter des pépites à (re)découvrir, qu’elles soient programmées ou non.

Ils n’avaient plus rien sorti depuis près de 6 ans et réapparaissent aujourd’hui, avec une programmation aux Iceland Airwaves et un album, le troisième, en préparation. "Ils", ce sont les quatre acolytes de We Made God, qui sont, derrière ce nom audacieux, les auteurs de deux LP, As We Sleep (2008) et It’s Getting Colder (2011) ainsi que d’un EP (Fragments, 2011) de très bonne facture, et dont le retour en cette fin d’année méritait bien une présentation dans nos colonnes.

A l’écoute de la discographie de We Made God, on entre très vite dans un univers post-quelque chose - parfois -rock, parfois -métal, qui ne respire pas vraiment la joie de vivre. Le ton est ainsi donné dès Gizmo, ouverture dAs We Sleep qui est probablement l’un des titres les plus contemplatifs du groupe. Ici, si les nappes vaporeuses donnent un certain relief c’est surtout le chant qui prend aux tripes avec cette complainte décharnée, pour un rendu qui se rapproche parfois d’Explosions In The Sky. Le errements atmosphériques restent toutefois relativement rares dans la discographie, et lorsqu’on en trouve ils sont généralement accompagnés de guitares erratiques et embrasées, comme sur Deir Yassin où les vocalises élégiaques accompagnent les guitares abrasives pour un final totalement habité.
Ce chant presque lyrique - dans son sens littéraire - sait également se muer en hurlements désespérés, parfois gutturaux, qu’illustrent Sub Rosa ou encore The Color, le premier ayant des accents rock de la fin des années 90 quand le second est davantage orienté métal, l’inquiétante introduction de guitare laissant place à une fin pesante.


C’est d’ailleurs dans cette direction que le quatuor a semblé s’être engouffré pour son deuxième opus où, à l’exception d’un titre introductif The Start Is A Finish Line apportant, presque, une lumière d’espoir, We Made God va continuer à jouer avec les guitares acérées et les nappes soniques et affirmer plus encore ce dialogue entre chant abattu et cri rageur. Glossolalia regroupe ces facettes : une introduction vocale, puis une vocifération et enfin un chant apaisé. De même, on retrouve cette dualité entre lassitude et sursaut de révolte sur We Have Lost The Battle, We Have Lost The War.
Mais, et ce point est plus qu’appréciable, les Islandais ne se contentent pas ici d’appliquer une recette éprouvée, ce qui évite à l’auditeur de tomber dans l’ennui. Oh Dae-Su, par exemple, inspiré par le film Old Boy, va utiliser des samples en coréen et superposer les couches soniques pour obtenir une montée en puissance contemplative aux inspirations shoegaze. L’album se termine sur les très proches II et III, deux titres post-rock complémentaires.
Fragments, sorti quelques mois plus tard seulement s’inscrit dans la même lignée que cet It’s Getting Closer dont il pourrait presque être le teaser, sans être dispensable pour autant, constituant un triptyque tout à fait intéressant et peut-être même la production la plus aboutie du groupe.

Un troisième album, dont on ne sait que peu de chose sinon son nom, Beyond The Pale, est attendu d’ici la fin de l’année. Après cinq années de silence, il sera intéressant de voir l’évolution de We Made God.


Articles précédents :
- Velkomin til Ísland #1 - Ösp Eldjárn
- Velkomin til Ísland #2 - Kælan Mikla
- Velkomin til Ísland #3 - Án
- Velkomin til Ísland #4 - Malneirophrenia


Articles - 24.09.2017 par spydermonkey
... et plus si affinités ...
We Made God sur IRM

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


jeudi 15 novembre 2018


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends