Le streaming du jour #1697 : Chelsea Wolfe - ’Hiss Spun’

Sixième opus déjà pour la Californienne qui n’en finit plus d’arroser d’acide l’héritage de Siouxsie. Flirtant avec l’indus, le noise rock et la folk lo-fi sur The Grime And The Glow, tribal et dronesque sur l’incantatoire Apokalypsis, nimbé de cordes capiteuses et d’harmonies vocales sur un Unknown Rooms presque americana, dark wave aux entournures sur le superbe Pain Is Beauty aux incursions électro-rock et post-punk aussi vaporeuses qu’incandescentes, intense et doomesque sur le massif Abyss à la production néanmoins plus travaillée et contrastée que jamais, le songwriting fantomatique et tourmenté de la prêtresse goth rock du label Sargent House atteint finalement des sommets de ferveur magmatique sur ce bouillonnant Hiss Spun tirant le meilleur de chacun de ses prédécesseurs. A écouter très fort, et dans le noir.

Ici, complaintes vocales à fleur de peau, chants de sirènes pernicieusement éthérés voire même sur Vex le growl furieux d’Aaron Turner (Old Man Gloom, Isis, Greymachine...) se frottent aux dissonances des guitares (les tempétueux Spun et Scrape), aux distorsions d’irrépressibles murs de riffs apocalyptiques (16 Psyche), aux grondements sépulcraux de drones électriques viscéraux (Particle Flux, Welt) et aux martèlements tout aussi implacables (le radiant Static Hum) si ce n’est carrément épileptiques - sur l’envoûtant Offering - de la batterie entre deux relatives "éclaircies" doom ambient asphyxiantes et funestes (The Culling). Pour peu de s’y plonger corps et âme, ce sixième opus est peut-être bien le plus magnétique et puissant du lot et lorsque le tempo se fait plus caressant et la voix de Chelsea si triste et romantique qu’on aurait presque envie de l’étreindre pour la réconforter, c’est pour mieux percer nos retranchements et nourrir sa jumelle maléfique à nos jugulaires ensanglantées (Twin Fawn).


Enfin, une sortie de la louve de Sacramento ne serait pas vraiment ce qu’elle est sans une pincée de folk damnée, ici c’est Two Spirit qui fait le boulot, symbolisant au passage la dualité qui sous-tend l’ensemble des chansons du disque sous leurs atours bruyants et de la dame en général, entre séduction souffreteuse et malveillance insidieuse :


Streaming du jour - 21.10.2017 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Chelsea Wolfe sur IRM - Site Officiel

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


jeudi 15 novembre 2018


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends