Oiseaux-Tempête - From Somewhere Invisible

1. He Is Afraid And So Am I Voir la vidéo Oiseaux-Tempête - He Is Afraid And So Am I
2. In Crooked Flight On The Slopes Of The Sky
3. We, Who Are Strewn About In Fragments
4. Weird Dancing In All-Night I
5. Weird Dancing In All-Night II
6. The Naming Of A Crow
7. Out Of Sight Voir la vidéo Oiseaux-Tempête - Out Of Sight

2019 - Sub Rosa

Sortie le : 18 octobre 2019

Ouragan de corbeaux pour Oiseaux-Tempête

Moins contemplatif et nomade que ses prédécesseurs, ce nouvel opus du groupe post-rock parisien à géométrie variable déroule dans une constante alternance de tension et d’affliction le genre d’atmosphère de fin des temps, entre désolation et foi en de meilleurs lendemains sans nous autres humains mangeurs de mondes qui sait (Out Of Sight), que les plus belles sorties de l’écurie Constellation d’il y a 15 ou 20 ans avaient su graver dans nos cœurs à jamais.

Est-ce la présence musicale lancinante de deux des plus illustres instrumentistes du label canadien, soit Radwan Ghazi Moumneh de Jerusalem In My Heart au buzuk et surtout Jessica Moss d’A Silver Mt. Zion au violon électrique ? La sourde menace des cuivres et des synthés sur He Is Afraid And So Am I ? Le spoken work habité de G.W. Sok de The Ex, déjà croisé à la narration d’un morceau dAl-’An ! et dont le blues vocal entre fatigue et frustration répond au spleen des deux Montréalais en un crescendo mystique et désespéré sur le parfait The Naming Of A Crow ? Les drums tribaux de Jean-Michel Pirès (Mendelson) qui rythment par intermittence la marche de la fatalité au gré des dissonances saturées de guitares apocalyptiques (We, Who Are Strewn About In Fragments) ? Ou peut-être les interludes instrumentaux d’orchestre rock plombé (In Crooked Flight On The Slopes Of The Sky) dont les synthés désagrégés doivent sûrement beaucoup à Mondkopf, guest récurrent devenu membre à part entière du groupe ?

Toujours est-il que le propos des multi-instrumentistes Frédéric Oberland et Stéphane Pigneul (dont on apprécie tout autant les envolées krautrock du Réveil des Tropiques) n’avait jamais semblé aussi affuté sous cette identité, d’une intensité toute cinématographique sans pour autant caresser l’auditeur dans le sens du poil, au point de tutoyer les cimes hallucinées des Swans de The Seer ou The Glowing Man sur les deux Weird Dancing In All-Night, micro-épopée psyché de purgatoire qui bourdonne et larsène dans un déferlement de cuivres décadents, de flûte stridente et de drones incandescents.

A découvrir ce soir sur la scène de la Maroquinerie en release party pour le public parisien, avec tout ce beau monde sur scène et Jessica Moss en ouverture - et vous savez déjà tout le bien que l’on pense des échappées solo capiteuses et hantées de la dame !


( RabbitInYourHeadlights )






Disques - 17.07.2019 par RabbitInYourHeadlights
 


Bilan 2015, un casse-tête chinois - part 7 : Albums #50 - #41

Toujours depuis Shanghai où les vacances du nouvel an chinois me laissent encore moins de temps que d’habitude pour alimenter ces colonnes, je ne m’avoue pas vaincu. Oui, ceci est un bilan de l’année 2015. Oui, nous sommes en février 2016. Oui, un peu de recul c’est bien aussi, parfois... ça pourrait peut-être même éviter à certains de claquer un (...)



Le post-rock de Frédéric D. Oberland déploie ses ailes

Oiseaux-Tempête. Avec un nom pareil, qui ne jurerait pas avoir affaire à la dernière incarnation des Montréalais de l’Hotel2Tango ? Eh bien non pourtant, malgré la participation d’un Américain aux fûts déjà entendu chez Beach House ou Marissa Nadler, cette nouvelle constellation post-rock nous vient essentiellement de Paris, fief de son leader Frédéric (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 20 novembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends