Interview Analove My Log : 4. Klusā Daba

Si vous suivez nos publications les plus récentes, vous n’êtes pas sans savoir que notre webzine s’associe à l’événement Analove My Log qui se déroulera ce dimanche 3 mai, à 18 heures (midi à Montreal), en live sur Twitch. Quinze artistes affiliés au label Chez.Kito.Kat se produiront alors pour des sets de 15 à 30 minutes. Et comme nos mots sont parfois insuffisants pour offrir à ces artistes l’auditoire qu’ils méritent, nous avons décidé de leur laisser la parole en leur soumettant un court questionnaire. Jusqu’à dimanche, nous effectuerons donc un focus sur quelques-uns des artistes programmés.

Nous poursuivons notre série d’interviews d’artistes programmés ce dimanche à l’événement Analove My Log en prenant des nouvelles du duo parisien Klusā Daba. L’EP Landscape, sorti en septembre 2019, constituait un formidable voyage d’une vingtaine de minutes dont l’efficace ambient noise lorgnant sur une dance industrielle (Bodego) se révélait aussi envoûtante (Fos Saol) que délicieusement brutale (Zatisi).

- Quels artistes ont particulièrement influencé votre parcours musical ?

On est des grands fans de toutes les sorties du label Noton, devenu Raster-Noton, et notamment de Ryoji Ikeda. Son travail est d’une finesse remarquable. Il utilise des formes d’onde basiques mais il en fait toujours quelque chose d’hyper intéressant, précis et ses arrangements sont impeccables. Et plus récemment, on est très intéressé par les artistes qui essayent de produire de la dance music en se passant des drums. Il y a notamment Lorenzo Senni ou Barker qui se prêtent à l’exercice. C’est très intéressant comme travail car il faut trouver une nouvelle manière d’introduire du groove sans aller vers la simplicité que peuvent être les drums.

- Pouvez-vous nous partager un coup de cœur artistique qui, selon vous, reste trop confidentiel ?

Il y a Akihiko Matsumoto qui mériterait clairement un coup de projecteur. Il débite un volume de tracks incroyable, ce qui lui permet d’enrichir très régulièrement sa chaîne Youtube avec des lives. Il vend aussi ses plugins M4L qui sont tous plus fous les un que les autres. Dernièrement il est parti dans un délire "synthwave", chose que l’on voit assez rarement avec un système modulaire.

- Comment imaginez-vous adapter votre set à cette "réalité virtuelle" ?

On a essayé de produire quelque chose d’assez différent, loin des dancefloors, et à écouter dans un contexte particulier. C’est différent de ce qu’on peut produire avec notre live habituel mais c’était justement le but de l’exercice.

- Est-ce que le confinement vous a permis d’avancer sur de nouveaux projets ? Quelle est votre actualité musicale à venir ?

On arrive au bout d’une bonne série de tracks qui verront bientôt le jour sur des labels et compilations diverses. Et, bien entendu, on attend comme tout le monde la réouverture des clubs pour pouvoir proposer notre live !


Interviews - 30.04.2020 par Elnorton


Partenariat : cinquième édition le 3 Mai pour "Analove My Log"

Certains secteurs de notre vie - culturelle, notamment - semblent en suspens, mais les artistes dynamiques parviennent néanmoins à trouver des alternatives à cette situation inédite de confinement. Aussi, le label Chez.Kito.Kat Records, bien connu des habitués de ces colonnes, proposera le dimanche 3 Mai 2020, en live sur Twitch, la cinquième (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


jeudi 4 juin 2020


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends