Interview Analove My Log : 3. Bertrand Ricciuti

Si vous suivez nos publications les plus récentes, vous n’êtes pas sans savoir que notre webzine s’associe à l’événement Analove My Log qui se déroulera ce dimanche 3 mai, à 18 heures (midi à Montreal), en live sur Twitch. Quinze artistes affiliés au label Chez.Kito.Kat se produiront alors pour des sets de 15 à 30 minutes. Et comme nos mots sont parfois insuffisants pour offrir à ces artistes l’auditoire qu’ils méritent, nous avons décidé de leur laisser la parole en leur soumettant un court questionnaire. Jusqu’à dimanche, nous effectuerons donc un focus sur quelques-uns des artistes programmés.

Durant l’événement Analove My Log, Bertrand Ricciuti ne produira pas de musique. Ses productions crèveront pourtant l’écran. En effet, celui qui pratique le "vjing" depuis 2000 accompagne visuellement certains sets des artistes de Chez.Kito.Kat.

Si la pratique est sans doute obscure pour certains de nos lecteurs, le Lorrain considère le "vjing" "comme un boeuf de jazz", précisant la manière dont il effectue ces manipulations visuelles : "j’utilise des boucles de vidéos que j’ai en stock depuis longtemps, d’images à moi ou de matières revisitées. L’idée est que ces vidéos deviennent à chaque vjing de nouvelles matières évoluant en lumière, en vitesse et, pendant le live, les effets pilotés en midi par mon clavier créent vraiment le rythme et les transitions".

Bertrand Ricciuti sera à l’oeuvre pendant les sets de S.H.I.Z.U.K.A. et Dog Bless You, dont il connaît parfaitement les univers. Musicien à l’origine, il s’appuie sur son expérience pour créer des ponts entre son et images, assumant même certaines dissonances potentielles puisqu’il revendique la spontanéité de son travail de vjing. Voilà qui constitue donc une occasion supplémentaire d’apprécier les sets de deux figures majuscules du label, certains que nous sommes de découvrir des ponts - parfois étroits - entre leurs modulations hantées et les visuels apoca-épileptiques et immersifs concoctés par Bertrand Ricciuti.

- Quels artistes ont particulièrement influencé ton parcours ?

Adolescent j’ai été embarqué dans l’univers étrange et onirique de David Lynch. Mes premiers projets de projections vidéo live ont plutôt été sous l’influence de Chris Cunningham, ses clips et projections live pour Aphex Twin ont marqué mon esthétisme sur le long terme.

- Peux-tu nous partager un coup de cœur artistique qui, d’après toi, reste trop confidentiel ?

Sans aucun doute le réalisateur canadien Guy Maddin. Un pur créateur de poésie, dans ses longs et courts métrages, mais également dans ses installations vidéo. Il a cette manière unique de rendre hommage à toute l’histoire du cinéma dans ses œuvres, qui peuvent être dure à suivre, mais qui m’enchante dans leurs formes.

- Comment imagines-tu adapter ton set à cette "réalité virtuelle" ?

D’habitude, je prépare mes sets vidéo en écoutant les morceaux de l’artiste, et en discutant avec lui, car je projette principalement pour des gens que je connais et que j’aime. J’organise en amont mes banques d’images et mes presets d’effets, des fois le jour même dans les loges, ce qui me vaut souvent la colère de mes comparses. Ensuite vient le moment du live, ou je pilote mon logiciel Arkaos via un clavier midi et j’improvise. C’est très grisant cette énergie live, même si elle peut être source d’erreurs, il faut vite réagir.
Dans ce contexte confiné, le travail est plus précis, je travaille sur les sets vidéo qui m’ont été envoyés et je peux donc prendre le temps de m’appliquer.
Pour le set vidéo du musicien S.H.I.Z.U.K.A., j’ai fait appel à une chorégraphe danseuse, Sarah Grandjean, qui s’est filmée sur sa musique dans la forêt. Je peux ensuite triturer la vidéo et on crée à trois, à distance, un ovni sensoriel.
Je suis très chanceux de m’être abonné à la fibre optique récemment, ça me permet de vrais échanges rapides avec les artistes.

- Est-ce que le confinement t’a permis d’avancer sur de nouveaux projets ? Quelle est ton actualité à venir ?

Oui, j’ai beaucoup de télétravail, mais tout mon temps libre est consacré aux projets vidéo. J’ai mis en place des avant-premières sur Youtube avec mon collectif Low Motion, où j’invite des musiciens, vidéastes et créateurs à produire une œuvre inédite. Cette initiative permet de réunir les forces vives confinées, avec une avant-première mensuelle.


Interviews - 30.04.2020 par Elnorton


Partenariat : cinquième édition le 3 Mai pour "Analove My Log"

Certains secteurs de notre vie - culturelle, notamment - semblent en suspens, mais les artistes dynamiques parviennent néanmoins à trouver des alternatives à cette situation inédite de confinement. Aussi, le label Chez.Kito.Kat Records, bien connu des habitués de ces colonnes, proposera le dimanche 3 Mai 2020, en live sur Twitch, la cinquième (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 10 août 2020


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends