Interview Analove My Log : 2. VFO89

Si vous suivez nos publications les plus récentes, vous n’êtes pas sans savoir que notre webzine s’associe à l’événement Analove My Log qui se déroulera ce dimanche 3 mai, à 18 heures (midi à Montreal), en live sur Twitch. Quinze artistes affiliés au label Chez.Kito.Kat se produiront alors pour des sets de 15 à 30 minutes. Et comme nos mots sont parfois insuffisants pour offrir à ces artistes l’auditoire qu’ils méritent, nous avons décidé de leur laisser la parole en leur soumettant un court questionnaire. Jusqu’à dimanche, nous effectuerons donc un focus sur quelques-uns des artistes programmés.

Avec sa braindance Warpienne - la suite de l’interview permettra de confirmer l’influence du label britannique - le Bruxellois VFO89 avait marqué les esprits l’an passé à l’occasion de la sortie du très abouti Shewz, défendu par Chez.Kito.Kat. En fin d’année, cette fois chez les Barcelonais de Evel Records, il publiait l’EP Drunk Bot dans un registre plus technoïde, toujours inspiré par Richard D. James.

- Quels artistes ont particulièrement influencé ton parcours musical ?

Mon parcours musical est assez éclectique. J’ai commencé a faire des scènes au collège dans un groupe de reprises de rock, puis j’ai fait du hip hop pendant une paire d’années avant de découvrir vraiment le DJ-ing avec les potes et enfin la production électronique. Du coup, les influences sont diverses et variées.
Pour les plus écoutées, je dirai Assassin, les Beastie Boys et Nirvana, mais mes plus gros coups de cœurs sont électroniques : Aphex Twin en tête de liste, Squarepusher bien sûr, mais aussi Brian Eno, Boards Of Canada, etc... Récemment, je prends une claque à chaque fois que le label Analogical Force sort un EP, et je suis notamment un gros fan de James Shinra.

- Peux-tu nous partager un coup de cœur artistique qui, d’après toi, reste trop confidentiel ?

Confidentiel, je sais pas, mais Hallucinogen EP de KELELA sorti sur Warp en 2015, je crois, est une vraie tuerie. Dans un autre registre, le label HYPNUS Records est pour moi un des trucs les plus pointus en techno que j’ai écouté ces dernières années. En plaisir coupable, y’a toujours un petit Fabe dans le coin de ma tête.

- Comment imagines-tu adapter ton set à cette "réalité virtuelle" ?

Je construis mes sets en fonction des morceaux que j’ai sur le feu et en fonction d’une ambiance que j’ai envie de jouer en général. Il n’y a jamais rien de trop précis ou de décidé, j’assemble mes tracks qui sont cohérentes ensemble et je m’adapte. Je rajoute des éléments pour tout relier et apporter le dynamisme voulu. La plupart des tracks pour les live sessions ne sortiront jamais, car ce n’en sont pas vraiment du coup, alors live stream ou live concert, c’est pareil pour moi.

- Est-ce que le confinement t’a permis d’avancer sur de nouveaux projets ? Quelle est ton actualité musicale à venir ?

Disons que tout le monde est touché par le confinement, les clubs, les labels, les artistes et le public, du coup les gens ont forcément plus de temps pour s’investir dans les projets personnels. Il y a une sorte d’émulation collective à la maison j’ai l’impression. De mon côté, j’ai sorti 3 podcasts pendant cette période, et j’ai bossé sur les prochaines sorties de mon label ANTIPATTERN.DPT.
Sinon, j’ai une track qui sort le 30 avril sur une méga-compilation pour E.L.M Collective, un label anglais, un morceau sur une VA pour le C12, qui est un gros club bruxellois et également sur une autre compilation pour les potos de Collectif Chanoirs, toujours sur Bruxelles. Pour du plus long format, je travaille sur un EP qui sortira sur mon propre label dans le courant de l’année, ainsi que mon deuxième LP pour la famille Chez.Kito.Kat Records.


Interviews - 29.04.2020 par Elnorton


Analove My Log # 5 : Revivez le festival en replay !

Dimanche dernier se tenait la cinquième édition d’Analove My Log, événement rassemblant, entre deux continents, une dizaine d’artistes affiliés au label Chez.Kito.Kat. Vous avez pu découvrir les interviews de sept d’entre eux tout au long de la semaine passée, et certains ont même pu profiter des concerts, se saisissant de la possibilité d’échanger en (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


jeudi 24 septembre 2020


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends