;background-color:#">Tirzah - trip9love​.​.​.​ ?​ ?​ ?

1. F22
2. Promises
3. u all the time
4. their Love
5. No Limit
6. today
7. Stars
8. he made
9. 2 D I C U V
10. 6 Phrazes
11. nightmare

2023 - Domino

Sortie le : 5 septembre 2023

Z’avez pas vu Tirzah ?

J’avoue n’avoir nourri jusque là que très peu d’intérêt pour Tirzah, comme pour 95% des ces musiciens associés de près ou de loin au "contemporary r’n’b", trend infiniment surestimé par ces tabloïds musicaux (comment continuer de qualifier aujourd’hui de presse musicale Pitchfork, Stereogum ou même Les Inrocks chez nous ?) aux yeux desquels des minaudeurs du racolage mainstream aux millions de vues sur Youtube tels que Frank Ocean, Solange, FKA Twigs, James Blake et j’en passe de bien plus mauvais (e.g. The Weeknd) incarneraient l’excellence de la "pop moderne" (au même titre que Taylor Swift, Billie Eilish ou Drake pour taper large, c’est vous dire le niveau). Après tout, sans vouloir donner dans la nostalgie facile, on a les Lauryn Hill, Erykah Badu ou Leila qu’on mérite et le public des 20-30 ans vendu aux algos et aux exploiteurs d’artistes vendant du streaming à la louche comme iTunes ou Spotify l’a probablement bien cherché.

Mais revenons à nos moutons. Je ne saurais dire ce qui me rebutais vraiment chez Tirzah, ses vocalises de slacker jemenfoutiste, les effets poussifs et tape-à-l’oeil d’une production pourtant assurée par sa comparse Micachu aka Mica Levi, passionnante compositrice de cinéma depuis quelques années, ou le fait que son blaze me remettait systématiquement en tête un pénible tube de Nino Ferrer... mais il y avait tout de même quelque chose, une petite branche d’ADN commun avec la seule vraie soul triste de la musique moderne, celle du Bristol des 90s mais versant débraillée voire presque mal torchée (une esthétique du "négligé" qui plaît visiblement à cette jeunesse écolo/recycleuse pas forcément consciente que tout ça est très calculé, que ce soit dans la mode ou dans la musique). Tricky ne s’y était d’ailleurs pas trompé en invitant la Britannique à donner de la voix il y a 9 ans sur son Adrian Thaws en demi-teinte... et mon compère Elnorton non plus quelques années plus tard en chroniquant Devotion et en y décelant un avenir prometteur par-delà la somme de ses imperfections.

Avec trip9love​.​.​.​ ?​ ?​ ?, sur le papier rien n’a pourtant l’air de changer, si ce n’est un titre d’album un brin repoussant façon SMS de millennial biberonné à Reddit et 4chan. Et pourtant, cette fois, la sauce prend. Le secret ? Ce parti-pris encore plus minimaliste aux instrus et à la production, toujours assurée par Levi, de malmener les boucles de piano neurasthénique et lofi à coups de rythmiques brutes et répétitives proches du breakbeat, saturées et très en avant, un contraste qui réveille enfin la musique de Tirzah et la réveille elle-même au micro par la même occasion, la jeune femme délaissant peu ou proue cette pose mi-désinvolte/mi affectée au profit d’un chant plus naturel et spontané qui finit par vraiment la rapprocher de Tricky ou même du premier album d’Emika (bien que la référence demeure hors de portée), surtout quand la musique se fait plus tourmentée (des choeurs hantés de today aux larsens déglingués du spleenétique nightmare, en passant par les pianotages dissonants de he made).

Évidemment loin de mériter l’engouement que l’album est parti pour générer, mais une jolie surprise et c’est déjà pas mal.


( RabbitInYourHeadlights )


- 09.09.2023 par RabbitInYourHeadlights