Okkervil River - The Stand Ins

1. The Stand Ins, One
2. Lost Coastlines
3. Singer Songwriter
4. Starry Stairs
5. Blue Tulip
6. The Stand Ins, Two
7. Pop Lie
8. On Tour With Zykos
9. Calling And Not Calling My Ex
10. The Stand Ins, Three
11. Bruce Wayne Campbell Interviewed on the Roof of the Chelsea Hotel, 1979

2008 - Jagjaguwar

Sortie le : 9 septembre 2008

Okkervil River - The Stand Ins

Un an à peine après le très réussi The Stage Names, revoilà Okkervil River de retour dans les bacs avec onze nouvelles chansons issues des mêmes sessions que son prédécesseur. Chez beaucoup de groupes la simple évocation du terme de chutes de studio pourrait faire fuir plus d’un auditeur, pourtant chez un groupe prolifique et rarement décevant comme Okkervil River, c’est plutôt la curiosité qui prévaut. En quittant son autre groupe Shearwater qui vole maintenant de ses propres ailes emmené par son leader Jonathan Meiburg et en se consacrant totalement à Okkervil River, Will Sheff se retrouve désormais en pleine possession de ses moyens, doté d’une qualité d’écriture dont peu de ses contemporains peuvent se vanter de posséder. Même si The Stand Ins ne surprend guère, il confirme avec succès les nouvelles ambitions de son auteur qui a choisi d’apporter un soin particulier à ses mélodies pour gommer les aspérités d’un folk-rock autrefois plus rustique. Aidé d’une production foisonnante qui puise autant dans l’americana pure et dure (The Band, Springsteen...) que dans les standards Motown, Okkervil River nous offre encore une fois une poignées de chansons marquantes.

En évitant de tomber du côté Bright Eyes de la force avec l’emphase comme porte-drapeaux, Will Sheff a définitivement gagné notre fidélité, on est prêt à le suivre encore un petit bout de temps.


( Aurelien )

Will Sheff stands alone ?

On peut au contraire regretter l’époque pas si lointaine où Okkervil River se posait en alternative mélodique au folk-rock rêche et fervent de Neutral Milk Hotel, citait Tim Hardin et écrivait des albums au lieu d’accommoder ses fonds de tiroirs.

On le sait, The Stage Names avait d’abord été conçu comme un double album, et la démo de Starry Stairs avait d’ailleurs été offerte en bonus l’an dernier pour tout achat du disque sur iTunes. Logiquement, il s’agit avec ces cuivres étonnamment soul de l’un des morceaux les plus réussis de ce nouvel opus, et en dehors du superbe Lost Coastlines, "le meilleur des rejetés" a-t-on envie de dire, il ne reste plus que Singer Songwriter ou Pop Lie pour retrouver un peu de l’inspiration de l’album précédent, transition idéale vers une pop qui, une fois débarrassée pour de bon de la tension rageuse d’un Black Sheep Boy, ne sied plus guère à Okkervil River (cf. le raté Blue Tulip).

Cette baisse d’inspiration coïncidant avec la défection de Jonathan Meiburg parti se consacrer à son autre groupe Shearwater, auteur du superbe Rook en juin dernier, on ne sait pas trop quoi craindre ou espérer pour la suite...


( RabbitInYourHeadlights )

Disques - 23.05.2008 par JohnSteed
 


Les lendemains de tops sont toujours difficiles

La fin d’année, c’est la traditionnelle célébration des tops. Mais force est de constater qu’il toujours difficile de se réveiller le lendemain matin, le mal de tête est souvent présent. Il faut dire qu’à force de s’arracher les cheveux pour réussir à caser tous les albums qui nous ont passionnés l’année passée, on en ressort bien fatigué (...)



7 IRM Breaking News #21 : Okkervil River, Saroos, Bosnian Rainbows, Neko Case, etc.

Avant d’enchaîner sur une série de spéciales dont vous nous direz des nouvelles, back to the basics avec cette sélection de news à dominance pop/folk agrémentée de quelques pépites psyché. 1. Bosnian Rainbows (retro heavy pop) Sur les cendres de The Mars Volta, l’hyperactif Omar Rodríguez-López n’a pas tardé à faire naître un nouveau projet, ultra (...)



Chroniques // 8 septembre 2007
Okkervil River

A la fois digression sur le décalage entre la vie d’artiste et la réalité banale, et hommage référencé au folk-rock des années 70, The Stage Names, nouvel album d’Okkervil River confirme le talent de parolier acerbe et désabusé de Will Sheff.




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


vendredi 15 novembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends