David Grubbs toujours aux avant-postes

Sans David Grubbs, on ne le dira jamais assez, pas de math-rock, de grunge ni de post-hardcore, pas de Slint, de Tortoise, d’Evangelista, peut-être pas même de post-rock. Quatre ans que le musicien américain, compagnon de Jim O’Rourke au sein des extraordinaires Gastr Del Sol dans les années 90, n’avait pas sorti de véritable album solo, très exactement depuis le superbe A Guess At The Riddle qui l’avait vu faire un pas de plus vers la "pop" en 2004, épaulé par Matmos et Adam Pierce qui sévissait déjà depuis quelques années sous le nom de Mice Parade.

Il y avait bien eu entre-temps quelques enregistrements plus expérimentaux, notamment deux collaborations très ambientes avec la poétesse Susan Howe ( Thiefth et Souls Of The Labadie Tract ) sorties sur son propre label Blue Chopsticks (la seconde date de mai dernier), deux autres pour des installations avec la plasticienne Angela Bulloch, compilées en 2005 sur l’EP Two Soundtracks For Angela Bulloch, ainsi qu’un projet arrivant à son terme pour une autre installation, Leaving, par un certain Anthony McCall cette fois, bref l’ex Bastro et Squirrel Bait ne chômait pas mais on désespérait tout de même un peu de le retrouver avec un album qu’on prendrait plaisir à écouter sur l’autoradio ou au casque perdu dans la foule du métro.

Et justement, à en croire ce court extrait du prometteur An Optimist Declines en écoute sur myspace, Grubbs, toujours basé à New York, semble délaisser la direction plus ouverte et abordable de son précédent chef-d’oeuvre pour revenir avec son nouvel opus An Optimist Notes The Dusk (voir le tracklisting), paru le 23 septembre dernier toujours sur le label Drag City, au genre de mélodies déconstruites qui ont fait sa réputation de compositeur d’avant-garde. Nous à Indie Rock Mag on a beau préférer sa veine plus mélodique même avec Gastr Del Sol, un génie reste un génie et on ne se privera pas pour autant d’aller voir ce que ça donne en concert puisque le bonhomme passera par la France pour 5 dates à la fin du mois, avant de revenir pour un concert unique en janvier :

- le 21 octobre au Montévidéo, Marseille
- le 22 octobre au Ground Zero (Vaise), Lyon (avec Hervé Boghossian et François Virot)
- le 23 octobre au Lieu-Commun, Toulouse
- le 24 octobre à L’Epicentre, Cherbourg
- le 25 octobre au Carré Bellefeuille de Boulogne-Billancourt, avec Why ?, Son Lux et Richard Youngs dans le cadre d’un festival BBMix à ne surtout pas manquer
- le 18 janvier aux Instants Chavirés de Montreuil

News - 15.10.2008 par RabbitInYourHeadlights
 


David Grubbs

Vieillissement, doute, faux-semblants... autant de thèmes qui s’entremêlent et influencent les compositions même de ce nouvel opus de David Grubbs, disque cyclothymique dont le blues électrique au bord de l’extinction semble contempler la Mesa de sa propre existence, ce plateau aride entouré d’un vide qu’il a lui-même creusé, hésitant à remplir le (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


jeudi 17 octobre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends