Original Folks - Common Use

Profitant du retour des beaux jours et d’un week-end passé à Strasbourg, c’est dans une petite brasserie que s’est offert à moi l’un de ces rares moments inattendus pour lesquels notre instinct trouve la bonne idée de nous guider.

1. Daze
2. Modern Drive
3. Gone With the Weather
4. Holy Ghost
5. Passer-by
6. Golden Age Voir la vidéo Original Folks - Golden Age
7. Lucy
8. Riding Shotgun
9. Well
10. Six-wired Bird of Paradise
11. Six-wired Bird of Paradise (instrumental)
12. Everybody Knows it

date de sortie : 06-04-2009 Label : Herzfeld

Une fois le seuil de la porte timidement franchi, je commande le menu du jour avec une légère appréhension mais suis chaleureusement accueilli. On m’installe confortablement au coin d’une table en me servant l’apéritif local. Je profite de ce moment pour admirer le décor qui me rappelle vaguement ces auberges que l’on voit dans les vieux films américains. Les amuse-gueules ont rapidement l’effet escompté, il est clair que malgré la brièveté en bouche, tout est fait pour appâter et séduire la clientèle. Mon appétit est aiguisé, et c’est gêné par une subite et abondante production de salive que je rétorque :

" Garçon ! La même chose s’il vous plaît ! "

C’était sans compter sur les volontés du maître des lieux, un certain Jacques Speyser, et du banquet qui nous a été préparé. Et si ce dernier réserve quelques surprises, c’est à présent avec la plus grande confiance que j’attache ma serviette autour de mon cou.

Vous l’aurez sûrement compris, ce n’est pas d’une expérience culinaire dont il est réellement question mais bien d’une charmante découverte musicale effectuée, alléché par les deux courtes ballades aux douces mélodies qui entament ce premier album de Original Folks. Et c’est une fois croqué ce Common Use que l’on s’aperçoit que celui-ci a par bonheur été tardivement cueilli, un fruit délicieusement mûr à double titre. Une maturité obtenue en premier lieu car l’album qui nous parvient est né d’une période de latence de plusieurs années durant lesquelles de multiples enregistrements et les configurations diverses de la formation strasbourgeoise se sont succédés. Mais une maturité qui a su s’obtenir également grâce la richesse d’un passé, celui de son leader, fort de l’expérience de plusieurs escapades solitaires sous diverses appellations telles que The Non Stop Kazoo Organization ou Grand Hotel. Un parcours qui amène finalement cet alsacien à recourir à une démarche collective pour nous proposer cet album vivant et incontestablement marqué par les années écoulées. Douze compositions au total dont on imagine aisément le sort qui leur a été réservé durant ces périodes de doutes probables, et qui après de multiples tortures ont su revêtir leurs allures définitives.

Common Use est un recueil d’épisodes de sensibilité folk, parfois très brefs, marqués par le chant chaleureux et apaisant de Jacques Speyser et accompagnés de multiples guitares majoritairement acoustiques répandant leurs belles notes cristallines. Et si quelques passages tendent à lorgner sur les rythmiques plus joyeuses de la pop (Gone with the Weather), l’ensemble est avant tout habité par une certaine mélancolie et une légère noirceur empruntées au rock qui lui octroient un charme irrésistible. On retiendra notamment Riding Shotgun, morceau le plus long de cet album et parfait exemple de cette seconde facette plus électrique qui s’installe en cœur de disque et se prolonge avec Well. Il est difficile de ne pas évoquer également Six-wired Bird of Paradise et notamment sa fine relecture instrumentale qui parvient sans le moindre mot à mettre un peu plus encore nos émotions à fleur de peau.

Les sept membres à l’origine de ce projet et apparaissant sur la pochette de ce premier album ne sont aujourd’hui plus que cinq. De ce passé il reste une trace inscrite au marqueur indélébile avec l’apparition du titre Lucy (écrit et interprété par Pierre Walter aujourd’hui aspiré vers d’autres horizons). Original Folks nous offrent le témoignage d’une époque qui est déjà derrière eux, avec cet opus long d’une demi-heure seulement. Un ensemble d’enregistrements soignés qui aurait probablement perdu de sa cohérence et de sa signification s’il avait été étoffé par de plus récentes créations et qui se suffit largement à lui-même. Une véritable cohésion a su s’instaurer entre des hommes qui, espérons le, saurons préserver cet acquis pour nous offrir une suite du même acabit !

Chroniques - 11.04.2009 par Pol
 


Articles // 18 janvier 2010
L'Overd00's : 2009

L’overd00’s du Forum Indie Rock ici retranscrite par la rédaction est le fruit de deux mois passés par nos membres à dresser le bilan de la décennie qui vient de s’achever. Tout au long des semaines à venir, nous allons vous faire replonger dans le meilleur des années 2000’s, 11 articles qui viendront fleurir la Une du Mag, résultat d’une élection (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


vendredi 15 novembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends