Redjetson + iliketrains - Café de la Danse (Paris)

le 3/06/2006

Redjetson + iliketrains - Café de la Danse (Paris)

Quelques jours après la sortie remarquée de leur 1er album "PROGRESS, REFORM ", les Anglais d’iLiKETRAiNS commencent leur tournée française par une escale parisienne, en compagnie de leurs camarades et compatriotes de Redjetson. Et malgré cette affiche prometteuse, soit deux des plus sérieux espoirs britanniques d’une scène que l’on pourrait qualifier de post-rock, le Café de la Danse est loin d’être rempli, en ce samedi soir. C’est vraiment dommage, mais ce fut l’occasion de vivre ce concert, tous assis et bien installés pour un moment unique, et tant pis pour les absents. Une place dans la fosse près de la scène aurait été toutefois plus à mon goût.

Arrivés en tenues décontractées, jeans, T-Shirts ou chemise entrouverte pour le chanteur, les membres de Redjetson commencent idéalement avec un ‘Divorce’ épique et tout en relief. La triplette de guitaristes assurent les montées en puissance au rythme du bassiste et du batteur fort efficaces. Le son est vraiment parfait et impressionnant, que ce soit au moment des passages calmes ou des superbes déflagrations sonores. Mais la plus belle impression est celle laissée par le chanteur Clive Robert Kentish avec sa voix sombre et mélancolique qui ajoute une profonde intensité à chaque titre joué, un peu à la manière d’un certain Ian Curtis. Il suffit de l’entendre chanter notamment sur le glacial et pourtant attirant ‘Perseverence works’ pour s’en convaincre. Mais ce n’est rien comparé avec une version envoûtante et lumineuse de ‘This city moans’, sûrement leur meilleur titre à ce jour.

Le groupe dégage une belle énergie sur scène, toujours remuant, autour du chanteur suspendu à son micro. Le sextet nous a offert en plus deux nouvelles compositions bien convaincantes dont une avec un melodica qui m’a fait bel effet. Le set peut se terminer de la plus belle manière avec le progressif et magnifique ‘Pieces go missing’ en rappel, d’une dizaine de minutes, qui se termine dans un déluge de larsens. La barre est placée haute pour la suite.

Dés la montée sur scène des membres d’iLiKETRAiNS en veste de cheminots, il est facile de deviner que le groupe s’est créé son propre univers. Il joue une toute autre carte qui met en avant le côté visuel et contemplatif de leur musique. Pour cela, le groupe a choisi d’illustrer chacun de ses titres en projetant des films en noir et blanc à l’aide d’un vieux rétroprojecteur, sur un petit écran (qui aurait gagné à être mieux placé et plus grand à mon avis). Soucieux du moindre détail, le groupe semble tout vouloir maîtriser et le réussit parfaitement. Un des membres s’occupe notamment durant tout le concert des projections, allant même jusqu’à contrôler à la main le défilement des bobines de film en jouant sur les effets et en se synchronisant sur la progression des mélodies comme sur le génial ‘TERRA NOVA’ qui voit une descente de skieurs se faire image par image, au rythme des coups de batterie. On peut noter aussi l’importance pour le groupe d’écrire l’ensemble de ses textes en majuscules avec des ‘i’ minuscules, pour ceux qui ne l’auraient pas remarqué.

La musique du groupe est lancinante et hypnotique mais évidemment chargée d’électricité, prête à exploser à tout moment. Le chanteur guitariste Dave Martin y pose sa voix au timbre chargé d’émotions dans la lignée de Nick Cave, dont le captivant ‘ROOK HOUSE FOR BOBBY’ en est la belle et parfaite illustration sur fond d’images d’une partie d’échecs en hommage au champion Bobby Fischer. Le groupe se singularise aussi par l’utilisation récurrente d’un cornet à pistons qui ajoute une touche mélancolique voire oppressante comme sur l’émouvant ‘THE ACCiDENT’. Mais le sommet de ce concert fut sans conteste ’STAiNLESS STEEL’ accueilli par quelques cris de joie mérités qui a permis au guitariste feu follet de se déchaîner et de s’amuser avec sa planche aux multiples pédales et potentiomètres, pour un long final à perdre le souffle.

Pour le dernier titre de cette agréable soirée, l’ambiance est détendue et collégiale, avec la montée sur scène des membres de Redjetson pour participer aux chœurs de ‘THE BEECHiNG REPORT’. Le public pouvait remercier les deux groupes à l’unisson, se disant que l’avenir leur appartenait ...

Liens :

http://www.redjetson.co.uk
myspace Redjetson

http://www.iliketrains.co.uk
myspace iLiKETRAiNS


( darko )

 


On recommande également :


Les Rejetson n'ont pas jeté toutes leurs armes

C’était en 2005, les Redjetson en compagnie d’iLiKETRAiNS devenaient les nouveaux fleurons d’une scène post-rock anglaise quelque peu moribonde. De nombreux espoirs étaient placés en eux suite à leur remarquable premier album New General Catalogue sorti un an plus tard dans nos contrées. Quelques années ont passé, le groupe a sorti 2 nouveaux EPs (...)



Chroniques // 18 mai 2009
Redjetson

Chant du cygne transformé en claque phénoménale, Other Arms pourrait bien ne pas seulement enterrer Redjetson mais le rock à guitares tout entier.




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 13 novembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends