Floating Points sort de l’ombre

Ne vous fiez au titre de son nouvel EP Shadows, les ombres du Londonien Floating Points jouent certes sur des atmosphères en clair-obscur mais usent de sonorités nettement plus accueillantes.

Révélé l’an dernier chez Ninja Tune et à la tête d’un petite troupe de 16 musiciens par un double single orchestral et jazzy dans la mouvance du Cinematic Orchestra, c’est sur son propre label Eglo Records fondé en 2008 que Samuel T. Shepherd nous propose depuis hier ces cinq titres en vinyle ou digital, disponibles par ailleurs à l’écoute via Deezer ou Spotify.

Un "format court" de 37 minutes tout de même dont la sensibilité jazz sert cette fois un univers plus électronique, aux confins d’un house en suspension et d’un dubstep racé, mais qui ne rechigne pas pour autant à sortir les violons avec modération le temps d’une pièce maîtresse de 8 minutes aussi légère qu’ambitieuse :


Déjà auteur de l’artwork de l’EP et des visuels scéniques de l’Anglais, c’est à Will Hurt que l’on doit cette vidéo générée en temps réel au rythme des beats et des claviers de Sais, un titre dont la version dub avait été quant à elle révélée sur 10" au printemps dernier, à l’occasion du Record Store Day.

Récemment mis en avant par Four Tet sur son FabricLive au regard d’une admiration réciproque, Sam Shepherd fait partie au même titre que Kwes ou Slugabed de cette nouvelle génération de beatmakers anglais pour qui l’éclectisme est une véritable religion : producteur, arrangeur, remixeur ou encore DJ remarqué jusque sur les scènes de Chicago ou de Detroit, le bonhomme n’en continue pas moins d’étudier la médecine, une façon sans doute de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier.

Ainsi, on ne commettra pas l’erreur de rattacher l’univers de Floating Points au seul dubstep mais s’il fallait un sauveur à cette scène déjà moribonde dans son versant plus délicat pour contrebalancer les tabassages ténébreux de Melamin & Wicked Sway, Balkansky ou Hecq, on vous conseillerait sûrement de miser vos billes sur ce talentueux jeune homme dont on attend toujours un véritable premier opus chez Ninja Tune ou ailleurs.

News - 22.11.2011 par RabbitInYourHeadlights
 


Ninja Warriors 2011 : The Death Set vs. Stateless

Première étape dans notre petit tour d’horizon des sorties Ninja Tune de l’année, un label qui entre ses visionnaires de toujours (Luke Vibert bientôt de retour sous son alias Wagon Christ, Amon Tobin dont l’actu sera particulièrement chargée en fin de semestre à commencer par son très attendu nouvel album ISAM ), ses valeurs sûres (Daedelus, Fink), ses (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


vendredi 6 décembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends