Wastelanders - Cosmic Despair

Parfois cité dans nos pages à l’occasion de sorties signées Pleq, Thisquietarmy ou Yellow6, Basses Fréquences n’y avait jamais vraiment été mis à l’honneur comme il se doit. Monumentale erreur ?

1. The Beginning
2. Abstraction
3. Cosmic Despair
4. Expanding Mental Universe
5. The Crossing

date de sortie : 27-02-2012 Label : Basses Fréquences

L’écurie de Jérôme Moncada est en effet au même titre que SEM Label, Three:four Records ou Drone Sweet Drone l’une de ces rares et passionnantes exceptions françaises à s’aventurer sur le versant le plus exigeant de l’ambient et la seule jusqu’ici à bénéficier d’une reconnaissance internationale, la présence à son catalogue déjà bien fourni de pointures du genre telles qu’Aidan Baker, Yui Onodera, Celer, Locrian ou encore Nicholas Szczepanik n’étant sans doute pas étrangère à l’affaire.

Pour ouvrir les hostilités, nous aurions ainsi très bien pu nous intéresser à la récente collaboration entre le Lillois Julien Demoulin (aka Silencio, dont le nouvel album When I’m Gone en écoute ici même vient justement de paraître chez Three:four Records) et le Californien Alex Copeland aka IA, soit deux longues pièces d’ambient brumeuse et feutrée enregistrées entre Bruxelles, terre d’adoption de Demoulin, et Oakland, capitale musicale de la fameuse Bay Area de San Francisco à laquelle la paire rend ouvertement hommage avec ses drones de guitares et de voix trafiquées, émaillés de field recordings subtilement agencés.

Mais si The Bay, au risque de paraître monotone aux non initiés, vaut néanmoins le détour et en particulier pour ce ballet de flûtes solaire dont l’émergence saisissante en fin de parcours rappelerait presque, toutes proportions gardées, l’effet procuré 15 ans auparavant par l’épiphanie terminale du sublime Our Exquisite Replica Of "Eternity" de feu Gastr Del Sol (pas de chance, c’est la première piste qui nous est proposée à l’écoute via Bandcamp), c’est surtout Wastelanders et son bien-nommé deuxième opus (deux ans après la cassette Total Desolation ) qui nous aura impressionnés sur le label de Pertuis parmi les premières sorties de ce cru 2012.

Pas un hasard d’ailleurs si l’on citait Upgrade & Afterlife, sommet du duo formé par les visionnaires Jim O’Rourke et David Grubbs dans les années 90, au regard des sillons cosmiques tracés par Dean Costello (guitariste du trio grind Harpoon également croisé chez Diatribes ou Crazy Stallion) sur ces 5 titres aussi denses que majestueux. Car des canevas abstraits tissés par ses drones vaporeux et autres programmations stellaires sur fond (forcément) de basses fréquences grondantes ou de déferlantes de bruit statique, le Chicagoan parvient à tirer des émotions plus grandes que nature, jouant du trémolo de son orgue hésitant ou des méditations mélancoliques de sa guitare en apesanteur pour replacer l’humain au centre de ce grand infini métaphysique qui ne cesse de le questionner jusqu’au désespoir.


C’est tout l’exploit d’Expanding Mental Universe et The Crossing, pièces maîtresses d’un album qui verse peu à peu dans la mystique pour culminer sur une véritable transe tribale, toutes percussions en avant, avant de trouver l’illumination au bout d’un lancinant fil d’Ariane. Le genre de trip, en somme somme, dont on ne voudrait jamais plus redescendre.

Chroniques - 11.04.2012 par RabbitInYourHeadlights
 


Le streaming du jour #742 : Des Cendres à la Cave - 'Transmissions From The Heart Of Darkness, Part V : Elsewhere'

L’aventure prend fin sur DCALC et après les catacombes, les limbes ou autres vestiges technologiques (sans oublier cette échappée noisy dont on n’a pas assez parlé), le blog du côté obscur nous emmène ailleurs, aux confins du rêve et de l’imaginaire avec 8 titres-fleuves à l’atmosphère étrange et éthérée à télécharger librement via (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 21 octobre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends