Neneh Cherry sonne le temps des cerises et du free jazz

On attendait le retour de Neneh Cherry du côté de cirKus, son collectif trip-hop "familial" emmené par Cameron McVey, mais pas vraiment dans le registre avant-jazz que nous promet son association avec The Thing, aventureux trio scandinave emmené par le saxophoniste suédois Mats Gustafsson et le batteur norvégien Paal Nilssen-Love que l’on a plutôt l’habitude d’entendre aux côtés des Thurston Moore, Otomo Yoshihide ou Jim O’Rourke.

Et pourtant, leur collaboration sur The Cherry Thing, album de reprises pas comme les autres prévu pour le 18 juin chez Smaltown Supersound, était plus évidente qu’il pourrait le paraître à qui n’aurait pas connaissance de l’origine du nom du trio, emprunté au trompettiste Don Cherry qui n’est autre que le beau-père de la chanteuse, décédé prématurément en 1995.

Collaborateur privilégié d’Ornette Coleman, Albert Ayler ou encore Charlie Haden, cette figure du world jazz dont The Thing reprenait déjà les compos il y a une douzaine d’années figure logiquement au rang des artistes réinterprétés par la bande, au même titre justement que Coleman mais également quelques sommités proto-punk tels que les Stooges ou Suicide, ces derniers avec Dream Baby Dream, capiteuse face-B du second éponyme de 1980 dont la progression ici plus feutrée n’en gagne pas moins en intensité grâce aux saillies free jazz du saxo de Mats Gustafsson et au chant toujours aussi habité de Neneh Cherry :


... ou encore quelques artistes plus actuels, à l’image de Martina Topley-Bird dont le fabuleux premier album et les chansons avec Tricky avaient déjà marqué cirKus de leur sensualité troublante, et de MF Doom avec une version d’Accordion (extrait du premier opus de Madvillain produit par Madlib) transfigurée par les sombres imprécations de la Suédoise qui nous rappelle par la même occasion à ses talents de rappeuse jamais démentis depuis le séminal Raw Like Sushi (89) :


Enfin, deux compositions originales viendront compléter le tracklisting, l’une signée par Neneh Cherry en personne (Cashback) et l’autre par Mats Gustafsson (Sudden Movement). En attendant, on se quitte sur ce remix de Four Tet qui a défaut d’originalité semble avoir attiré davantage de visibilité sur ce projet singulier, premier signé par la chanteuse sous son propre nom depuis Man, son grand succès de 1996.

News - 18.05.2012 par RabbitInYourHeadlights
 


Des cerises sur le gâteau de Neneh Cherry et The Thing

Malgré sa belle ambition de mêler les vénéneuses arabesques vocales de la chanteuse de cirKus et le jazz en liberté de la bande au saxophoniste Mats Gustafsson, The Cherry Thing manquait peut-être un peu de folie pour véritablement enthousiasmer les admirateurs du trio scandinave. Bonne nouvelle toutefois pour ces derniers, c’est le grand Jim (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mardi 11 décembre 2018


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends