Le streaming du jour #398 : Heart Heart Julia - ’Dreams Of Ways Of Killing Her EP’

Deux morceaux seulement pour cette cassette ultra-limitée du trio emmené par l’Américain Justin Bieler, mais la poignée d’exemplaires s’étant écoulée avant même la sortie officielle de l’objet, profitons de la générosité du label I Had An Accident qui nous offre via Bandcamp, et en libre téléchargement qui plus est, ces deux étranges pièces oniriques dont les expérimentations éthérées tranchent assez radicalement avec les télescopages free noise du saisissant Fables, dernier album en date aux allures de grande échappée post-tout.

Car si Julia LaDense, cette mystérieuse Julia que la formation semblait appeler de tous ses vœux avant même qu’elle n’en devienne une architecte à part entière en 2009 au terme d’une poignée de featurings et de collaborations plus informelles, nous habitue pour sa part à des sorties nettement plus sombres et bruitistes du côté de l’écurie qu’elle co-dirige avec Bieler, que ce soit en solo ou tout récemment au côté de l’Espagnol Mantichora, elle officie sur cet EP à mille lieues de la noise conceptuelle et du dark ambient glauque qu’on lui connaît, touchant à une forme d’abstraction autrement délicate et poétique sous l’impulsion également du troisième larron George Dutton.

En témoigne d’entrée le nébuleux Night Fall, dont le magma mutant et largement improvisé de guitares flottantes, larsens discordants, carillons cristallins et autres collages sonores fusionnés en boucles atonales se trouve magnifié par les vocalises entêtantes de la Canadienne DenMother, elle-même croisée en mars sur trois des rêveries analogiques de l’EP 416 signé par l’énigmatique Ectoplasm - génial soundscaper de Toronto rompu aux synthés vintage et aux beats post-industriels (cf. notamment l’impressionnant Winter, premier LP cinématique qui se terminait l’an dernier par un remix gothique et sursaturé de Julia LaDense) sur lequel on aura amplement l’occasion de revenir, son extrême prolificité aidant.

Dreams Of Ways Of Killing Her, ou comment accoucher du chaos une sensation d’harmonie qui n’en renie pas pour autant l’ambiguïté de ses origines, et c’est également le cas du lancinant Benjamin/Sunday Morn sur lequel la prosodie tourmentée de Justin, à la frontière du chant et du spoken word, semble hésiter à révéler son dessein morbide, tiraillée entre la mélancolie d’une guitare lo-fi aux accords mélodiques et les basses fréquences anxiogènes d’un bourdonnement de plus en plus pénétrant.


En bonus, une relecture psychédélique à souhait de Heart Heart Julia par Ectoplasm :


Streaming du jour - 19.05.2012 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Julia LaDense sur IRM
Ectoplasm sur IRM - Bandcamp
Heart Heart Julia sur IRM