Spain - The Blue Moods Of Spain

Comment ai-je découvert Spain ? C’est venu récemment et ce fut hasardeux... Ah oui ! Je cherchais des groupes dans la lignée des Stuart Staples, Minor Majority et autres Hobotalk, une envie soudaine de calme, de luxe et de volupté.


1. It’s so true
2. Ten nights
3. Dreaming of love
4. Untitled #1
5. Her Used-to-Been
6. Ray of light
7. World of blue
8. I lied
9. Spiritual

date de sortie : 30-11-1994 Label : Restless

Dans le lacis entrelacé de mes recherches, mon attention fut retenue par un profil myspace où le nom de Spain me narguait, arrogant face à mon ignorance, entre Damien Rice et Tindersticks.

The Blue Moods Of Spain... Ce titre élégant évoquait à lui seul tout un univers feutré. La pochette de l’album lui répondait de son bleu vêtue comme autant de volutes de fumée d’une ambiance calfeutrée.

Les neufs compositions de l’album s’écoulent au fil du temps et invitent tour à tour aux songes, à la mélancolie, aux amours déchus et aux (dés)illusions. Une odeur de Guerlain lancinante, André Breton et son subtil “Je vous souhaite d’être follement aimé”, combien de whisky vont passer dans ce canapé tout déchiré ?


Josh Haden construit pas à pas une atmosphère délicate et reposante empreinte de spleen sur une musique minimaliste aux couleurs de jazz indé. Le salon se transforme alors peu à peu en piano-bar pour faire place aux complaintes de cette voix suave, intime et ionisante.

Josh Haden est le leader de cette formation qui ne produira que trois albums en dix ans. Il en est l’auteur-compositeur et accessoirement il est également le fils du célèbre bassiste de jazz Charlie Haden. Dans The Blue Moods Of Spain il déballe pudiquement, notez l’oxymore, ses déceptions amoureuses au long de boucles sobres comme autant d’espaces-temps indéfinis. Ce temps n’est jamais figé, les éléments qui le composent se transforment et évoluent.

The Blue Moods Of Spain est le reflet du grand sablier où coule une étrange mélancolie à la fois discrète et distinguée.

Chroniques - 30.08.2006 par iansich
 


Josh Haden récompense les fidèles de Spain

Si le successeur du superbe The Soul of Spain fut une relative déception, la belle intensité feutrée, zébrée de claviers entêtants et d’amplifications discrètes, de la première moitié de disque résistant mal au ventre mou désespérément classique d’une seconde face en pilotage automatique (à l’exception du très beau You And I), on ne va pas cracher pour (...)



Chroniques // 16 octobre 2018
Spain

Après The Soul of Spain, partagé entre hymnes électriques et ballades plus introspectives, et la mélancolie alt-country de Carolina, c’est du côté de la mystique et du psychédélisme que vient fureter cette nouvelle réussite du groupe de Josh Haden, fidèle à son titre et au fameux symbole bouddhiste de l’univers, le mandala, qui orne sa (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 17 juillet 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends