Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/indierockmag/www/config/ecran_securite.php on line 358
Le streaming du jour #477 : The Ebertbrothers - ’Engine Eyes EP’ | Indie Rock Mag

Le streaming du jour #477 : The Ebertbrothers - ’Engine Eyes EP’

Après une poignée d’albums, d’EPs et d’enregistrements live livrés à l’écoute via Soundcloud, les frères Axel et Michael Ebert étaient finalement sortis l’an dernier de l’obscurité des clubs underground berlinois grâce au parcimonieux label Mindwaves-Music, joyau tout aussi méconnu de la capitale allemande.

Le disque en question, Susten Pass, y dévoilait derrière l’imagerie cabaret/fantasy un brin douteuse de sa pochette un talent certain pour le futurisme interlope d’une IDM downtempo aux structures tantôt cabossées ou carrément détraquées, dont les synthés parfois légèrement gothiques aux entournures se laissaient aller plus d’une fois aux rêveries digitale d’une ambient en clair-obscur.

Proprement gargantuesque, l’album se voit donc aujourd’hui prolongé sur le même label par l’EP Engine Eyes, partagé entre compos originales et relectures de morceaux choisis par des invités triés sur le volet. Côté remixes pour commencer, le Danois Karsten Pflum passé par Mindwaves il y a deux ans tout juste avec Slaphead Faun s’attaque au stellaire Black String à coup d’arêtes rythmiques post-industrielles, tandis que ses compatriotes de Badun, au gré des abstractions spectrales et pullulantes caractérisant leur impressionnant s.o.t.s, déconstruisent le fabuleux Sympathy Changes pour mieux en dompter les cadences capricieuses.

Entre les deux, enfin, le prolifique finlandais Lackluster se chargeait d’offrir quelques dérèglements synaptiques aux ombres mouvantes de l’inquiétant Feature Film. L’occasion de toucher un mot du déstructuré Dead End Junction qui ne facilite pas vraiment la communication nerveuse entre le cerveau et les membres, à l’inverse de l’ultra-minimaliste Rusty Black Bike parfait pour dodeliner de la tête au rythme de son étrange usinage tout en séquences oxydantes, ou du final Learning To Walk également sous le signe des machines et de leur émancipation martiale :


Quant au single d’ouverture Sunset Carchase, il roule des mécaniques à la façon d’un petit cousin darkwave d’Autechre, illustré par le graphisme cyber-goth du duo déjà bien réputé pour ses visuels scéniques :


Streaming du jour - 06.08.2012 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
The Ebertbrothers sur IRM - Site Officiel