De moins en moins dark, DARK DARK DARK

On savait que le quintette de Minneapolis avait prévu un nouveau passage en Europe et notamment en France un peu avant l’été. On sait maintenant que ce retour accompagne la sortie d’un EP qui s’intitule What I Needed. C’est également le nom de ce nouveau morceau, en forme de ballade ternaire d’une beauté simple et délicate :



Il semble qu’après Who Needs Who, le groupe ait décidé de creuser davantage le sillon pop pour produire une nouvelle ode au désir, au risque de s’éloigner encore de leur folk cosmopolite originelle qui leur avait offert un succès d’estime dans le milieu indé. Mais quoi qu’elle fasse, la bande de Nona Marie Invie n’en finit plus de nous séduire avec ses litanies doucereuses et ses envolées cotonneuses.



Même lorsqu’ils cèdent le pas, comme ici, à des structures banales, des mélodies évidentes ou des sonorités familières, les Dark Dark Dark ont l’art et l’élégance de réussir tout ce qu’ils entreprennent en donnant à leurs compositions une intime authenticité, garante de notre bienveillance conquise. Ils sont portés par une grâce ineffable qui nous oblige, à chaque fois, depuis Snow Magic, en passant par le parfait Wild Go, à céder à nos penchants les plus enfouis, ceux qu’on n’ose révéler au grand jour, notre sensibilité pop ! La voix de Nona Marie y est pour beaucoup. Son chant, soul ou adolescent, agit comme un timbre maternel, dans lequel on retrouve une familiarité apaisante et se retrouve soi-même.



Ô Nona, Nona, donne-nous encore et autant que tu veux de ta voix. Nous l’accueillerons toujours comme la visite impromptue d’un ami, comme la caresse d’une brise chaude aux premiers jours du printemps. Ô Nona, quand tu reviendras, nous serons là !

News - 25.04.2013 par Le Crapaud
 


News // 4 août 2010
Dark Dark Dark nous fera sombrer

Depuis 2008, année qui nous avait fait découvrir Dark Dark Dark, on n’a probablement que trop peu parlé de ces américains. Et pourtant, à chaque fois que l’on écoute The Snow Magic, leur unique album à ce jour, on se dit que vraiment on tient là un groupe qui ne souffre encore d’aucun gimmick dû parfois à une notoriété un peu trop envahissante. Une (...)



Chroniques // 1er novembre 2010
Dark Dark Dark

Quand j’écoute ce Wild Go, j’ai l’impression d’être en famille, ça sent bon le chien, la tarte aux pommes et le café de grand-mère. Comment ? Ce n’est pas très vendeur tout ça ? Êtes-vous donc nés à la ville et élevés à la bouffe sous atmosphère modifiée pour n’avoir jamais goûté de saveurs authentiques ? La maison Dark Dark Dark, c’est de la générosité, du (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 15 juillet 2020


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends