Kouma - Brazilian Blowout

Constitué en 2004 pour fédérer un ensemble d’individus animés par la volonté de promouvoir les musiques improvisées, innovantes et marginales, le Grolektif s’est par la suite enrichi en créant des lieux (comme le Périscope à Lyon) et un label (Grolektif Productions) auquel se sont greffés de nombreuses formations musicales originales prêtes à défendre l’ouverture de la pop au savoir et les liens ténus entre improvisations jazzeuses et compositions rock’n’rollesques. C’est pour parler du nouvel album de Kouma, un des trios emblématiques du collectif, que nous sommes allés voir du côté de chez eux. Sorti au début de ce mois d’avril, Brazilian Blowout est un digne héritier de ce mélange des cultures, à côté duquel nous ne voulions pas passer.

1. EVTEV
2. Nevada Breakdown
3. Pound Zero
4. Fundoshi
5. Brazilian Blowout Voir la vidéo Kouma - Brazilian Blowout
6. Casse Brique
7. Frichti

date de sortie : 03-04-2014 Label : Carton Records

Les formations trio tournant autour de ce qu’on pourrait appeler le jazz-core se multiplient ces temps-ci, c’est le résultat d’une génération bercée au métal et nourrie aux musiques improvisées et sans doute aussi la preuve de son efficacité. Ici, avec le sax baryton de Romain Dugelay à l’origine d’une basse granuleuse, vrombissante poussant parfois des hurlements rugueux ; la guitare de Damien Cluzel, elle aussi tirée des ténèbres (guitare baryton), puissamment saturée, plaquant ses accords dissonants, difficiles, dérangeants, labyrinthiques et la batterie de Léo Dumont, massive, lourde, au profit d’une vigueur franche et virile, le trio fabrique des enclumes et les fait résonner, des blocs d’un marbre froid traversés de lamelles métalliques.

Si la formule semble déjà connue, Kouma la transcende en voyageant de ci de là parmi les genres et les références, en gardant toujours en tête une intention ardente. Prenez Nevada Breakdown par exemple, il s’ouvre sur une montée au marteau-piqueur simulant la progression inéluctable d’une migraine chronique, et débouche sur une rythmique funky accompagnée d’un clavier cheap aux clusters tenaces. Avec Pound Zero c’est un riff métal qui est convoqué, ou noise rock (à la Shellac), sur Fundoshi, on fait un clin d’œil au math rock, histoire d’appuyer la référence souvent citée par leur jazz mathématique.



Le morceau Brazilian Blowout est sans doute le plus ambitieux, qui pose sur un rythme soutenu une ambiance tendue et l’entrecoupe de turbulences grind. Un cut-up décalé que la vidéo qui l’accompagne illustre bien (attention grosse production !) :



Casse Brique est un autre exemple de leur capacité à construire des morceaux complexes, sur une alternance de basses fréquences et de dissonances suraiguës, de ruptures rythmiques, d’accélérations et de crescendos. Un magma brutal et obstiné qui ne se laisse pas facilement aborder, mais qui se déploie à force de courage en une myriade d’étoiles filantes à la traine de feu.

En fin de course, on fait les comptes : Brazilian Blouwout présente des plans hardcore bien envoyés, de riches idées, des intentions qui sentent bon, mais la violence frontale répétitive s’use un peu à force, les motifs mélodiques ne sont pas toujours extraordinaires, et le son peine parfois à les soutenir. On n’est pas toujours convaincu non plus par le clavier, on se serait bien contenté des trois instruments principaux.

Kouma (et le Grolektif), un groupe (et un collectif) à suivre donc, en espérant qu’à la prochaine sortie ils aient inventé de nouveaux itinéraires que nous n’aurions jamais pensé parcourir un jour. Curieux, nous attendons la suite !


Chroniques - 28.04.2014 par Le Crapaud
... et plus si affinités ...
Kouma sur IRM