Mon année 2014 en 100 albums - Part 1

Mes favoris de l’année écoulée triés sur le volet à l’instant T, 10x10 albums tous genres confondus et quelques bonus à la fin (meilleurs EPs, labels, etc.), voilà ce qui vous attend dans cette série qui réduira faute de temps les commentaires au strict minimum (les deux tiers des disques mentionnés ayant été chroniqués dans les pages d’IRM, vous savez où aller).

Rien de plus, rien de moins qu’un témoignage parmi tant d’autres et pourtant, pour moi, très possiblement la dernière occasion de rendre compte d’un cru musical sillonné au maximum de mes envies et de mes possibilités, avant de devoir réduire la cadence par la force des choses et les hasards de l’existence. Ce n’est pas un adieu bien sûr, pas même un au revoir mais l’excitation le dispute à la nostalgie au moment de passer en revue cette sélection circonscrite avec les pires difficultés, preuve s’il en est que toutes ces musiques que l’on aime par ici ont encore tellement à offrir, n’en déplaise aux éternels blasés.





100. V​/​Vm - The Death Of Rave (A partial flashback) (Autoproduction)


"Témoin d’une culture de communion entre les êtres réduite aujourd’hui à une somme de solitudes, celle des grands rassemblements électro underground de la fin des années 80 et de la première moitié des années 90 en Angleterre et notamment à Manchester qui vit grandir ce précurseur de l’hantologie, Leyland Kirby apparaît ici reclus dans ses souvenirs, décrépissant avec eux à mesure que les générations s’approprient ces moments de vie pour en faire une mythologie privée de chair et de réalité."


< lire la suite >





99. Owen Pallett - In Conflict (Domino)


Owen Pallett au bout de son ambition maximaliste et mélangeuse, toujours sur le fil du trop-plein jusqu’à flirter avec la flamboyance rythmique échevelée d’un Dan Deacon sur Infernal Fantasy entre deux instrumentaux d’inspiration symphonique interprétés par le FILMharmonic Orchestra tchèque (Brian Eno se chargeant d’une partie des guitares et synthés). Il fallait du courage pour sortir un album pareil en ces temps de cynisme, entre introspection et emphase, combativité et regrets, lyrisme orchestral et mécanique new wave, colère contenue et romantisme contrarié.


< lire l’avis d’Elnorton >





98. Jérôme Chassagnard - Inner Dialog (Hymen Records)


L’un des trop rares grands albums IDM de cette année 2014, habité par les nappes de synthés oniriques, le piano nostalgique et autres distorsions futuristes du maître d’œuvre d’Ab Ovo et de The Prayer Tree, qui use avec parcimonie de field recordings embrumés et de beats hachurés menus pour donner corps sans lassitude aucune au dialogue intérieur des émotions enfouies dans les replis de sa mémoire.





97. Blueprint - Respect The Architect (Weightless Recordings)


Trois ans après le décevant Adventures In Counter-Culture, dernier opus paru chez Rhymesayers, bien m’en a pris de suivre les conseils de Spoutnik et renouer avec Blueprint pour cette deuxième sortie sur son propre label. L’Américain au flow toujours aussi confiant se fait en effet une nouvelle jeunesse à coups de samples soul aux boucles addictives - quelque part entre DJ Premier et J Dilla - sur ce disque très personnel aux accents de ferveur désarmants. Le morceau-titre est fabuleux.


< lire l’avis de Spoutnik >





96. André Foisy - The End Of History (TQA Records)


"André Foisy en solo, c’est le retour à cette mystique des marécages poisseux qu’on connaissait à Locrian du temps des sorties chez Utech, mais en plus dépouillé encore, comme l’histoire sans images d’un no man’s land déserté par toute vie où il ne resterait plus rien à raconter, où l’on n’aurait plus qu’à attendre de sombrer dans les eaux saumâtres de l’après-monde au son des derniers orages fuyant au loin l’appel du grand néant."


< lire la suite >





95. Blemishes - Libido (Ana Ott)


"Les impros cacochymes tirant sur l’ambient névrotique de ce quatuor basé à Cologne cachent la même passion maladive pour les digressions décadrées d’Ornette Coleman et fascinent autant qu’elles désorientent. Une cacophonie étonnamment feutrée dont même les pics de démence semblent au bord du désœuvrement, stridences rongées de l’intérieur par une furieuse envie de s’arracher la peau en la frottant contre les cordes martelées de la basse ou les clés malmenées du saxo."


< chronique >





94. Mike Cooper - New Globe Notes (NO=FI Recordings)


"Les slides hawaïens d’opiomane et autres percussions tropicales se dissolvent presque entièrement dans les rêveries abstraites et psychédéliques du génial guitariste australien de 72 balais, bruitisme drogué, bandes magnétiques malmenées, percussions organiques, instruments dépaysants et pulsations électroniques d’un autre temps se mêlant aux field recordings plus ou moins trafiqués sur ce dernier opus en date placé sous le signe du mysticisme insulaire et de l’expérimentation vintage."


< chronique >





93. Shivers - Shivers (Miasmah)


Sous l’impulsion de Rutger Zuydervelt aka Machinefabriek aux machines saturées, le clarinettiste Gareth Davis et le batteur Leo Fabriek réinventent le doom jazz à coups de synthés fantasmagoriques, de transes tribales hypnotiques et d’abcès électriques en mutation sur cet hommage explicite aux premiers films de Cronenberg et à la SF hallucinée des années 80, qui a le bon goût de ne jamais tomber dans l’emphase horrifique.





92. En Nihil & Crowhurst - En Nihil & Crowhurst (Autoproduction)


"Collaboration comme Jay Gambit les affectionne, En Nihil & Crowhurst c’est une bonne grosse tranche de harsh noise atmosphérique et insidieux, avec son crescendo de tension stridente et futuriste en face A puis son monolithe sismique tout aussi malaisant en face-B : une recette (?) abrasive et viciée qui a fait ses preuve chez le Californien et qui nous en met une fois de plus plein les tympans pour pas un rond."


< lire la suite sur DCALC >





91. Raz Ohara - Moksha (Album Label)


Croisé au chant chez Apparat dont le superbe Walls ne serait pas tout à fait le même sans la voix d’éphèbe du Danois sur Holdon ou surtout Headup, Patrick Rasmussen aka Raz Ohara en remontre aisément au maniéré James Blake sur ce troisième album solo qui fait enfin de la soul électronique un art de l’élégance et de la suspension, dans le sillage des rêveries somatiques de Leila période Courtesy Of Choice.


< lire la suite >


Articles - 23.12.2014 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Leyland Kirby sur IRM - Bandcamp
Owen Pallett sur IRM
Blueprint sur IRM
Jérôme Chassagnard sur IRM
Crowhurst sur IRM - Bandcamp
Mike Cooper sur IRM
Raz Ohara sur IRM
Blemishes sur IRM
André Foisy sur IRM - Bandcamp
Shivers sur IRM
En Nihil sur IRM

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


samedi 15 décembre 2018


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends