Charles Murdoch - Point

Si Charles Murdoch a sorti en ce mois de décembre son premier LP, ce n’est pour autant pas la première fois qu’il s’invite dans les colonnes de notre webzine.

1. Nothing For You
2. Frogs
3. Straws
4. Open
5. Back To It
6. Fray
7. Wash
8. Privacy

date de sortie : 11-12-2015 Label : Future Classic

Il y a trois ans, les quelques morceaux publiés sur sa page Soundcloud lui valaient en effet un premier coup de projecteur, avant que, l’année suivante, nous ne regrettions une absence de prise de risque sur son premier EP intitulé Weathered Straight.

En découvrant la multitude d’invités vocaux, nous pouvions d’emblée redouter que Point ne vienne s’inscrire dans la lignée de cette dream-pop agréable et réussie mais relativement convenue qui était proposée sur la première parution discographique du brisbanais.

Disons-le tout net : Point oscille entre la promesse d’ambiances Warpiennes 2.0 et l’hétérogénéité d’une chill-out qui s’éparpille. Cela dit, l’Australien ne prend pas l’auditeur par surprise et, dès le début du disque, il propose deux titres qui permettront à ceux qui sont allergiques à toute tentative de racolage, aussi discrète soit-elle, de zapper l’écoute de cet opus. En effet, la ligne vocale syncopée de Frogs, pour ne citer qu’elle, semble davantage rechercher à transmettre un plaisir immédiat plutôt qu’à séduire les oreilles les plus exigeantes.

Nous pourrons retrouver le sentiment de s’adonner à un plaisir coupable sur Back To It dont, là encore, la piste vocale est consensuelle, mais l’expertise de Charles Murdoch permet, en renonçant à tout artifice dans les arrangements, de maintenir l’ensemble du côté du bon goût.


Le savoir-faire de l’Australien est indéniable et Point contient ainsi de vrais bons moments, à situer entre le Untrue de Burial (Nothing For You) et le Swim de Caribou (Wash), tout en n’occultant pas quelques accointances avec l’univers de Plaid. L’onirisme et la dimension aérienne entrent parfois en collision avec des rythmiques plus immédiates et percutantes, créant alors l’effet de surprise dont l’absence était regrettable sur Weathered Straight.

En somme, entre post-dubstep, IDM et deep-house, Charles Murdoch refuse de choisir, ce qui assure à la fois la richesse et les limites d’un Point inspiré et très agréable, mais trop dispersé pour que nous pensions à le primer en cette fin d’année. Cela constituera néanmoins une galette vers laquelle nous pourrons nous retourner lorsque le besoin d’être réconforté se fera ressentir.

Chroniques - 28.12.2015 par Elnorton
 


Le streaming du jour #860 : Charles Murdoch - 'Weathered Straight EP'

Après avoir longtemps posté ses compositions sur sa page SoundCloud, c’est finalement presque par hasard que le travail de Charles Murdoch aura été repéré par un label.




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


samedi 14 décembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends