Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/indierockmag/www/config/ecran_securite.php on line 358
Trashcan Sinatras - Wild Pendulum - Indie Rock Mag

Trashcan Sinatras - Wild Pendulum

1. Let Me Inside (Or Let Me Out)
2. Best Days on Earth
3. Ain’t That Something
4. Autumn
5. I Want to Capture Your Heart
6. All Night
7. The Neighbours’ Place
8. The Family Way
9. I’m Not the Fella
10. What’s Inside the Box ?
11. Waves (Sweep Away My Melancholy)
12. I See the Moon

2016 - Red River Entertainment

Sortie le : 13 mai 2016

Wild Pendulum, machine à remonter le temps ?

Tout ce que l’on pourrait reprocher au merveilleux sixième opus du combo de Glasgow, ce serait de mettre la barre trop haut, trop vite. Vertigineux de luxuriance dans un tourbillon de chœurs vaporeux et d’arrangements troublants, harpe et violons capiteux, vents enivrants et cuivres exaltés en tête, terrassant d’élan débonnaire sous l’impulsion de la section rythmique des frères Douglas, Let Me Inside (Or Let Me Out) est en effet la chanson la plus emballante entendue cette année et de loin, digne d’un Love ou d’un Colin Blundstone, le chant aidant.

Autant dire que si la dimension féérique du final de ce joyau pop persiste sur les romantiques Best Days On Earth et I Want To Capture Your Heart à la candeur très Beach Boys 70s (la berceuse I’m Not The Fella n’aurait pas non plus démérité sur l’un des albums de Noël anachroniques de la bande à Brian Wilson), et son étonnante profusion sonore sur le lyrique Autumn perfusé à Paul McCartney ou au second plan d’un Ain’t That Something croisant la mélodie d’un hymne classic rock à la Springsteen et le baroque choral des Zombies de la grande époque, les ballades qui constituent comme à l’accoutumée l’ossature du successeur dIn The Music (7 ans déjà...), financé par le groupe via Pledge Music faute de label doté de paires d’oreilles dignes de ce nom, nous réservent ensuite dans le sillage de l’entraînant All Night une douce descente qui pourrait s’apparenter sans une attention soutenue à du déroulage quelque peu paresseux.

Heureusement, sachant Francis Reader et ses compères à leur meilleur dans la quiétude et la mélancolie (cf. Weightlifting sur l’album du même nom ou Leave Me Alone l’EP Snow pour ne citer que deux des nombreux classiques cotonneux émaillant les 26 années d’une carrière dont la discrétion n’a d’égale qu’une regrettable sous-exposition dans les médias), les écoutes successives finiront par rendre justice à l’americana violoneuse de l’émouvant The Neighbours’ Place emmené par une guitare de troubadour et un piano rondelet, au magique What’s Inside The Box dont les désarmantes harmonies vocales apportent un peu de féminité à l’univers déjà parfaitement délicat des Écossais sur fond de cordes frémissantes et de cuivres à la Go-Betweens, au Nilssonesque Waves (Sweep Away My Melancholy) ou même à la sentimentalité plus épurée du superbe final I See The Moon.

Pour résumer, entre classic rock, romantisme pop, spleen automnal et circonvolutions instrumentales et mélodiques renouant avec l’inspiration baroque de l’époque A Happy Pocket, la pendule des Trashcan Sinatras pointe plus que jamais sur les 7 glorieuses de la pop allant en gros de 66 à 72 et c’est tant mieux en ces temps de cynisme éhonté et d’abêtissement à outrance du format chanson.


( RabbitInYourHeadlights )


CD - 18.05.2016 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Trashcan Sinatras sur IRM - Site Officiel - Myspace