Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/indierockmag/www/config/ecran_securite.php on line 349
Le streaming du jour #1489 : Monolog - ’Conveyor’ | Indie Rock Mag

Le streaming du jour #1489 : Monolog - ’Conveyor’

Si Mads Lindgren est le Amon Tobin hardcore des années 2010 - comparaison que nous évoquait déjà le radical Merge en 2014 mais surtout en fait le génial Lift And Hold For Stolen de l’année précédente, entre IDM cybernétique et drum’n’bass organique - alors Conveyor est assurément son Foley Room, album mutant d’échantillonneur sonore dont les circonvolutions rythmiques, implosives et mitotiques, s’avèrent tout aussi atmosphériques que percutantes.

Avec ses respirations crépitantes entrecoupant des rouleaux-compresseurs fuligineux à la Autechre versant claustrophobique et ténébreux que surplombent des nappes ambient plus éthérées, le parfait Parse symbolise à merveille l’équilibre retrouvé sur cette nouvelle sortie cauchemardée pour le label Hymen Records, un équilibre quelque peu mis de côté sur le belliqueux When the Clouds Roll By paru le mois dernier chez Subtrakt avec un artwork à tomber (il faut dire que dans le genre vertigineux l’imagerie se pose là), un peu bourrin et régressif mais néanmoins jouissif à souhait pour les amateurs de breakcore 2.0.

Conveyor met ainsi le holà sur le déferlement épileptique des beats, à l’exemple de l’imposant Nyctophilia, de l’hypertendu et sursaturé Turmoil ou du crépusculaire I Will Return To You From The Abyss, typiquement le genre de morceaux qui donnent l’impression de s’entortiller et de convulser comme un reptile biomécanique jeté au flammes dont les reflets sur ses crochets à venin dégoulinants d’acide sulfurique les feraient paraître encore plus menaçants, une image qui incarne on ne peut mieux le mélange de froideur et de menace véhiculé par ces instrus vindicatifs et tourmentés aux progressions inexorables.

Des vestiges jazzy à la fin de For Elisa à l’ambient texturée de The Shakes ou du final Regain dont les tournoiements subsoniques évoquent une chorale de baleines de l’espace, c’est tout un parcours musical en mouvement perpétuel que concentre également ce 8ème long format en 16 ans, en témoignera bientôt notre compilation Twin Peaks où l’inédit lynchien de Monolog, Teufelsberg, se frottera sans complexe au drone abyssal de Lawrence English ou Dirk Serries, ainsi qu’à quelques artistes estampillés Denovali que le Danois vient de rejoindre au catalogue du label allemand avec un EP en collaboration avec Subheim à paraître à la fin du mois.


Streaming du jour - 13.02.2017 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Monolog sur IRM