Entretiens à Twin Peaks : #55 - John E Cab

Retrouvez chaque semaine dans nos pages les interviews de quelques-uns des contributeurs à la future compil’ Twin Peaks d’IRM. Aujourd’hui, c’est au tour du producteur, emcee et instrumentiste ricain, j’ai nommé John E Cab, de se prêter au petit jeu des questions lynchiennes. John E Cab, c’est une vieille connaissance pour nous puisqu’on le kiffe depuis longtemps ; nous avons donc été très honorés qu’il accepte de participer à notre projet. Il nous a fait cadeau de Fifteen Fifty, une piste qui peut déjà s’écouter sur notre teaser Welcome To Twin Peaks, l’occasion pour nous d’en toucher deux mots avec lui, de vous parler de ses excellentes sorties des années passées, mais aussi de ses nombreux projets à venir.

En 2014, Do What They Say nous avait littéralement scotchés ! Sorti avec I Had An Accident Records, John E Cab avait délaissé un temps son pote Ill Clinton et le collectif philadelphien Us Natives pour lâcher un premier album solo et accessoirement une petite merveille ! Il avait fallu 7 ans pour que ce projet kaléidoscopique voie le jour. Sept ans pour accoucher d’un album magique, multiple dans sa forme un peu comme une série de films 8 mm, mais un album foncièrement personnel sur le fond un peu comme des vignettes faites de joies et de douleurs et surtout un immense travail d’orchestration et de samples. Depuis cette date, nous guettions chacune des sorties estampillées John E Cab : The Subway Theory Sessions, puis Lambsburg avec Ill Clinton nous ont régalés. Mais dernièrement le gars s’est fait plus discret, n’apparaissant qu’en featuring de luxe sur les albums de ses potes, alors quand John E Cab a accepté de participer à notre projet de compilation, ça a été la fête à IRM ! Surtout que son Fifteen Fifty est un florilège de ce que le Philadelphien est capable de faire. Une piste cinématographique pour un titre en 3 parties fait d’émotions contradictoires qui ratisse dans toutes les directions et avec lequel toutes les ambiances Lynchiennes se ressentent. Un télescopage musical à nul autre pareil dont seul John E Cab a le secret ! Mais assez de blabla et place à l’interview de John E Cab qui vous parle de Twin Peaks et de son travail qui a lui aussi été grandement influencé par David Lynch.




L’interview



IRM : Comment résumerais-tu ton rapport à Twin Peaks ? A l’univers de Lynch en général ?

John E Cab : Je pense que Twin Peaks reflète le moment où j’ai grandi. Étrangement, David Lynch est allé à l’Université de Philadelphie, et l’a décrite comme bizarre et corrompue. J’ai conduit un taxi là-bas pendant des années la nuit, et je pense que cette ville a tout à fait le genre de noirceur sous-jacente que Lynch capture si bien dans ses films. Il y a beaucoup de recoins sombres et introspectifs dans Twin Peaks et dans l’œuvre de Lynch en général. Blue Velvet est un classique et probablement son film que je préfère.



Ton personnage préféré dans la série ?

Gordon Cole est à pisser de rire.

Une scène qui t’a particulièrement touché... ou fait flipper ?

J’ai toujours apprécié les séquences oniriques dans la Red Room. Avec Lynch c’est toujours tellement surréaliste. Sinon la scène du restaurant où Cole crie sur la serveuse est hilarante.



Tu as enregistré un morceau incroyable pour notre future compilation Twin Peaks, quel aspect de la série t’a inspiré ? Toute anecdote est bienvenue !

Merci, j’apprécie. J’ai récupéré beaucoup de sons de la série, choisi plusieurs tonalités et juste vibré avec elles. J’ai essayé d’amener le morceau d’un endroit à l’autre en changeant de tempo et d’ambiance. Il y a un riche paysage sonore derrière la série et le film, alors j’ai essayé de le suivre autant que possible et de le mélanger. Twin Peaks a des scènes où la tension s’étire vers une sorte d’horreur imminente tapie dans l’ombre. Mais il y a aussi beaucoup de jazz et de soubassements plus sereins derrière ces différentes scènes. J’ai passé au granulizer beaucoup de bouts de musique chopés ici et là, je les ai joués sur les pads et j’ai ajouté des instruments et drums puis déglingué un peu les changements de rythme et la mécanique du morceau. Avant le mixage, j’ai ajouté un tas d’éléments joués live. Le seul regret que j’ai est de ne pas avoir ajouté plus de percus. Mais sinon ouais, la riche dimension texturée de la bande-son de Twin Peaks a été une bonne influence.

Tu as eu vent de quelques-uns des musiciens impliqués dans ce projet. Duquel es-tu le plus curieux d’entendre la contribution ?

Oui, j’ai entendu parler de certains des artistes américains et de quelques autres dans la liste. Je n’ai pas écouté beaucoup de nouveautés dernièrement, alors désolé si j’esquive cette question. Je suppose que j’attends juste avec impatience d’écouter la compil en entier et de découvrir qui a fait preuve de créativité et d’une approche enthousiasmante du sujet.

Un album vers lequel tu reviens quand il te faut ta dose de Garmonbozia ?

Hmmm, je suppose que je choisirais Warriorz par M.O.P. ou quelque chose dans le genre. J’aime m’éclater sur quelque chose d’amplifié avant de travailler. Je mets le Wu-Tang ou M.O.P. et je fais péter la baraque en buvant du café pendant dix ou vingt minutes avant de commencer à bosser. Ça pourrait être n’importe quoi ceci dit. Ça dépend des jours. Je pourrais regarder John McEnroe gueuler sur les arbitres pendant quelques minutes.



L’année dernière tu as été assez discret, on t’a seulement vu proposer quelques contributions (sur Last Known Lifeforms, Leaves avec Purple Dialect ou plus récemment V for Vigoda avec Vas), alors qu’en 2014-2015, tu avais sorti plusieurs bons albums sur ton label US Natives Records (Do What They Say, The Subway Theory Sessions ou Lambsburg avec Ill Clinton). Quelques mots sur ces sorties ? D’autres projets sur les rails ?

En terme de musique, l’an dernier j’ai complété quelques projets avec des artistes. Capo et moi avons enregistré un LP intitulé The Void Above . Ce projet est actuellement en post-production. Je l’ai entièrement produit, mais je n’ai pas participé au mixage et au mastering. Jimmy a refilé le projet à Scott Stallone, alors je suis excité à l’idée d’entendre comment ça sonnera une fois terminé. J’ai aussi travaillé sur de super morceaux avec Slaughter Rico. The Chosen One est un single de son prochain album ; je pense que la vidéo est sortie. [elle est là, ndlr] J’ai quelques morceaux de plus sur cet album qui, je pense, va sortir très bientôt. Avec Us Natives on travaille sur une compilation du nom de Stereocilia. Ill Clinton et moi on espère pouvoir la sortir en vinyle cette année. Plusieurs morceaux sont déjà prêts à être mastérisés, du coup on travaille aussi là-dessus en parallèle. Il y a également de très bons MCs là-dessus, aussi bien de différentes époques que des nouveaux venus que les gens je pense vont vraiment adorer, et quelques légendes old school. Cette compilation a beaucoup de grands morceaux, et parce qu’elle va sortir en vinyle, c’est vraiment nécessaire de veiller à ce qu’elle soit fantastique. Malheureusement, depuis peu, j’ai été distrait de la musique par mon travail et j’ai passé beaucoup plus d’heures à l’hôpital et immergé dans mes recherches. Cependant, ce cheminement m’a conduit à un travail de perception intéressant concernant le traitement du signal et la parole/musique chez les personnes présentant une perte auditive neurosensorielle. Donc, avec de nouvelles opportunités viennent de nouveaux chemins pour la créativité. En arrière-plan, je prépare également un autre voyage instrumental qui devrait vraiment faire vibrer les gens je pense et qui a d’intéressantes petites bizarreries de timing et de perception, donc la musique est toujours là en dépit du reste, et je suis toujours heureux d’avoir une pause de temps en temps pour mieux revenir aux affaires.




John E Cab sur Bandcamp / Facebook / Twitter / Soundcloud / Site officiel Us Natives




Original english version


IRM : How would you describe your relationship with Twin Peaks ? With the work/world of David Lynch in general ?

John E Cab : I think Twin Peaks is akin with the time I grew up in. Strangely David Lynch went to College in Philadelphia, and he described it as bizarre and corrupt. I drove a taxi there for years at night, and I think that city has the sort of brooding undertone that Lynch captures so well in his movies. There are a lot of dark and introspective turns in Twin Peaks and in Lynch’s work in general. Blue Velvet is a classic and probably my favorite of his films.



Your favorite character in the series ?

Gordon Cole is a real pisser.

A scene that particularly moved - or scared - you ?

I always dug the red room dream sequences. Lynch always keeps it surreal. The diner scene where Cole is shouting at the waitress is hilarious as well.

You recorded an unbelievable track for our forthcoming Twin Peaks compilation, what aspect of the series inspired you ? Any anecdote about that ?

Thanks, I appreciate that. I tracked out a lot of audio from the series and picked several tones and just vibed with them. I tried to take it from one place to another and switch up the tempo and the mood. There is a rich soundscape behind the series and the movie, so I tried to track as much as possible and mix it up. Twin Peaks has scenes where there is a drawn out tension and a lurking sort of brooding imminent horror. But it also has a lot of jazz and mellow undertones behind the different scenes. I ran a lot of the bits I grabbed through granulizers and played them out on the pads and added some instruments and drums then messed with the timing changes and automation afterwards. Before the mixing I added a bunch of live elements. Only regret I have is not adding more percussion. But yeah there is a rich texture to the Twin Peaks audio that was a good influence to draw from.



You heard about some of the musicians involved in this project. Which one are you the most curious to hear the contribution from ?

Yes, I heard of some of the US artists and a few others on the list. I haven’t been listening much to new music lately, so forgive me if I fudge this question. I guess I just look forward to hearing the compilation and who got creative and approached it from a dope place.

An album you often listen to when you need all your Garmonbozia ?

Hmmm, I guess Warriorz by M.O.P. or something along those lines. I like to rock out to something that is amped before I go to work. I’ll turn up Wu Tang or M.O.P. and blast the house out drinking coffee for ten or twenty minutes before I start digging. It could be anything though. Depends on the day. I might watch John McEnroe scream at umpires for a few minutes.



Last year, you were rather discreet, we have seen you offer some contributions (Last Known Lifeforms, Leaves with Purple Dialect or more recently V for Vigoda with Vas), whereas in 2015/14, you had released many good albums with US Natives Records (Do What They Say, The Subway Theory Sessions or Lambsburg with Ill Clinton). A few words about them ? Some other projects on the way ?

In terms of music this last year I completed a few projects with some artists. Capo and I did a whole LP entitled The Void Above. That project is currently in post-production. I produced all of it but did not partake in the mixing and mastering. Jimmy took the project to Scott Stallone, so I’m excited to hear how that sounds after all is said and done. I have been working on some great tracks with Slaughter Rico. The Chosen One is a single on his upcoming album ; I think the video is out there. [editor’s note : here] I have a few more tracks on that album, which I believe is coming in the near future. Us Natives is working on a compilation called Stereocilia. Ill Clinton and I hope to put it out on vinyl this year. Several of the songs are ready to be mastered, so we are working on that in the background. There are some really great MC’s on there as well from different eras and some new cats that I think people will really dig, some old school legends too. That compilation has a lot of great material, and because it’s going to be on vinyl, there is really a sense that we need to make sure it is undeniably dope. Unfortunately of late I have been sidetracked from music by my job and have spent many more hours in the hospital and immersed in research. However that avenue has led me to some interesting perceptual work concerning signal processing and speech/music in people with sensorineural hearing loss. So with new opportunities come new avenues for creativity. In the background I am cooking up another instrumentalist journey that I think people will really vibe with and has some interesting timing and perception quirks to it, so the music is there despite other business at hand, and I am always happy to get a break and get back to it again.




Un grand merci à John E Cab. Son morceau intitulé Fifteen Fifty peut déjà s’écouter sur Welcome To Twin Peaks EP et paraîtra sur notre compilation Twin Peaks au printemps.


Interviews - 27.04.2017 par Spoutnik
... et plus si affinités ...
John E Cab sur IRM - Bandcamp