Konejo - Snapping Back In

1. Endtro (why’d you do that)
2. Burning Bridges
3. Wandering on the Edge
4. Leave Me in Peace
5. Ignored
6. Unravelling Fate
7. Escaping Attraction
8. Long Distance Backstabber
9. Customs Purgatory
10. Neglect
11. Daily Routine, Daily Root Out
12. Culture Gap
13. Messing with Chemistry
14. Two-Faced
15. Innocents (Were We Really ?...)
16. Wired to Fail
17. Down Memory Lane
18. Here in the Dark

2020 - Autoproduction

Sortie le : 14 novembre 2020

Konejo

Déjouons immédiatement les éventuelles théories du complot, celles-ci étant en vogue, et affirmons cette évidence : cette chronique de Konejo dans nos colonnes n’est due à rien d’autre qu’à son talent, sa capacité à mêler d’innombrables samples à des beats singuliers et lignes de basse synthétiques s’avérant si naturelle et impressionnante à la fois qu’il trouvera peu de partenaires pour évoluer dans la même cour. Et peu importe, donc, si Snapping Back In est sorti du même cerveau qu’un nombre considérable de chroniques dans nos colonnes depuis une douzaine d’années.

Passée cette nécessaire introduction, il sera inévitablement difficile de condenser la richesse de cet univers en quelques phrases, tant le producteur a intégré de détails - une centaine de samples méconnaissables et manipulés avec soin s’intègrent habilement autour de beats efficaces et minimalistes - sur les 18 titres de cet album s’étirant sur 53 minutes. Il n’y a pas de recette dans l’univers de Konejo mais quelques composantes récurrentes, malgré tout. Les arrangements de cordes soignés soutiennent régulièrement des rythmiques ambitieuses et une ligne de basse, de piano ou des samples vocaux servent d’écrin à un ensemble oscillant entre abstract hip-hop, dark ambient et musique cinématographique.

Des samples de cordes entêtants sur Burning Bridges, soutenus par une voix contemplative, à la délicieuse ritournelle mélancolique de Here In The Dark, en passant par d’innombrables sommets parmi lesquels Wandering on the Edge et son piano en contrepoint, les chœurs évanescents et renversants derrière les beats mécaniques de Unravelling Fate, le sample de basse du Melody Nelson de Serge Gainsbourg façon Portishead sur le remix de Karmacoma à l’occasion d’un Long Distance Backstabber faisant la part belle aux abstractions, les constructions à tiroirs autour d’un gimmick au piano entêtant d’un Neglect ravivant la tension suggérée des morceaux les plus en retenue de DJ Shadow, les cordes transcendantes et rythmiques fascinantes d’un Two-Faced aux influences trip-hop, témoin de l’ambition de cet album, ou encore l’alléchante austérité de Down Memory Lane, l’immersion est totale d’une extrémité à l’autre du disque.

Konejo se permet même, privilège des habiles producteurs, un clin d’oeil à sa propre discographie à l’occasion d’un Daily Routine, Daily Root Out métamorphosant un sample déjà utilisé sur l’EP Matchmade Screens et dont la seconde vie le conduit cette fois à évoluer dans un registre cinématographique.

Croisement inespéré entre les univers de Rob Dougan, U.N.K.L.E. et, évidemment, Ennio Morricone, Snapping Back In constitue une heureuse surprise, l’abstract hip-hop cinématographique et hanté de Konejo s’avérant aussi riche qu’ambitieux. Assurément, la présence de l’album dédié au maestro italien dans nos colonnes n’a rien à voir avec une quelconque complaisance.


( Elnorton )


Disques - 08.11.2020 par Elnorton
 


Les meilleurs crus de 2020 : Partie 2/4

Tant de choses ont été dites sur cette année 2020 si particulière alors que nous manquons cruellement de recul pour analyser les enjeux et conséquences des bouleversements qui en découleront. Et, musicalement, 20-20 aura été un millésime tout à fait correct. Autant s’attarder dessus. Suite du classement des meilleurs LPs avec ceux qui se classent entre (...)



IRM Netlabel sort le premier EP de Valgidrà & Konejo !

Membres de la rédaction d’Indie Rock Mag depuis plus d’une décennie, ceux qui ne se faisaient pas encore appeler Konejo et Valgidrà ont eu plus d’une occasion d’échanger leurs coups de cœur musicaux, que ce soit par le biais de chroniques croisées, de classements à n’en plus finir, de débats enflammés sur (feu) le forum affilié au site, ou encore (...)



Chroniques // 18 juin 2020
Konejo

Mais comment entamer une chronique de ce Shadow Of A Doubt ? Certes, nous avons l’habitude de parler des disques produits par des artistes dont l’aura est inversement proportionnelle à leur talent et qui, chemin faisant, deviennent de fidèles acolytes. Le risque de complaisance est alors évident mais, bien heureusement, les musiciens que l’on (...)