John Vanderslice - Emerald City

1. Kookaburra
2. Time To Go
3. The Parade
4. White Dove
5. Tablespoon Of Codeine
6. The Tower
7. The Minaret
8. Numbered Lithograph
9. Central Booking

2007 - Barsuk

Sortie le : 24 juillet 2007

John Vanderslice, spationaute de la folk-pop

Comment ça, du réchauffé, John Vanderslice ? Certes sa voix ressemble à celle de son compatriote Conor Oberst aka Bright Eyes, mais sa musique est bien plus libertaire. OK on retrouve là le métissage pop et la fièvre d’un Spoon - groupe que l’américain connait doublement bien pour avoir apporté sa touche à l’excellent Gimme Fiction en 2005, par le biais de son studio d’enregistrement Tiny Telephone qui a également vu passer ces dernières années des groupes du calibre de Death Cab For Cutie, Okkervil River, Deerhoof, Nada Surf ou encore les Mountain Goats, avec lesquels John Vanderslice a également tourné - mais avec un son analogique unique et transcendant, à la fois vintage et cosmique, à rapprocher de l’univers d’un Jim Noir par exemple.

John Vanderslice a donc tout de l’explorateur sonique au contraire, et d’ailleurs Alias ne s’y est pas trompé en remixant le magnifique Exodus Damage (extrait de son précédent opus, l’excellent Pixel Revolt ) pour son album/compilation Collected Remixes sorti en mai dernier. Car si l’on commence tout juste à entendre parler de lui de ce côté-ci de l’Atlantique, le bonhomme est déjà bien connu des amateurs américains de folk-pop hors-cadre, avec pas moins de six albums à son actif depuis 2000.

Mais si Pixel Revolt enfermait dans une bulle en apesanteur ce mélange d’americana acoustique, d’instrumentation jazz, de chamber pop à l’anglaise et de sonorités synthétiques aériennes, parfaitement en phase avec la poésie imagée de ses chansons intimes aux accents philosophiques, le songwriter/bidouilleur décide cette fois de faire ses bagages, quitter sa bulle et partir en voyage pour ouvrir sa musique au monde extérieur. Les 9 chansons d’ Emerald City donnent ainsi l’impression, par leur écriture plus narrative et rythmée et leur construction particulièrement ouverte, d’aller sans cesse de l’avant, jusqu’au bout de la route.

C’est un peu comme si l’américain devait en passer par le décollage cosmique de Kookaburra, la folk sèche et tendue de Time To Go, une Parade emmenée par le fantôme d’Elliott Smith en personne, le bricolage pop à la Ed Harcourt de White Dove, l’électro pointilliste de Tablespoon Of Codeine, le folk-rock saturé de The Tower, la construction nu-jazz d’un splendide Minaret à l’architecture moderne et l’urgence désorientée de Numbered Lithograph, pour enfin se comprendre lui-même au détour introspectif d’un Central Booking nostalgique et rêveur. Nous, en tout cas, on l’avait compris depuis le début : John Vanderslice a l’étoffe des héros.


( RabbitInYourHeadlights )

Disques - 25.07.2007 par RabbitInYourHeadlights
 


Articles // 8 février 2010
L'Overd00's : 2007

L’overd00’s du Forum Indie Rock ici retranscrite par la rédaction est le fruit de deux mois passés par nos membres à dresser le bilan de la décennie qui vient de s’achever. Tout au long des semaines à venir, nous allons vous faire replonger dans le meilleur des années 2000, 11 articles qui viendront fleurir la Une du Mag, résultat d’une élection (...)



John Vanderslice fait comme les Ro(u)mains

De Spoon à Deerhoof en passant par Death Cab For Cutie, Okkervil River, les Mountain Goats ou encore Nada Surf, on ne les compte plus nos groupes de chevet à être passés par le studio Tiny Telephone de John Vanderslice. Mais pour toucher au plus près ces délicieuses sonorités analogiques rétro-futuristes devenues la marque de fabrique de cet ingénieur (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 11 novembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends