Les Hannon/McCartney du cricket ?

On savait depuis début janvier que Neil Hannon s’était mis au travail sur un nouvel album de The Divine Comedy, successeur du superbe Victory For A Comic Muse (2006) désormais confirmé pour une sortie dans l’année, mais il semblerait également que ses vacances chez les popeux magnifiques de Pugwash en 2008 aient donné au dandy irlandais un petit goût de revenez-y.

En effet, après avoir épaulé au songwriting son facétieux compatriote Thomas Walsh sur 11 Modern Antiquities, les deux compères pris à faire les foufous sur le clip d’At The Sea à voir ou à revoir ci-dessous ont décidé de remettre ça avec un projet entièrement consacré au... cricket (!).

L’humour anglais potache et décalé du film H2G2 dont il interprétait la chanson-titre en 2005 sur une compo du multi-instrumentiste de The Divine Comedy Joby Talbot aurait-il contaminé pour de bon l’auteur de Liberation et Absent Friends  ? Son lourd passif de showman pince-sans-rire aurait tendance à confirmer nos soupçons, et l’annonce officielle du projet il y a quelques jours via myspace ne peut qu’abonder en ce sens : "Ladles and Jellyspoons, I give you The Duckworth Lewis Method !!! A kaleidoscopic musical adventure through the beautiful and rather silly world of cricket. Few have attempted to encapsulate the King of Sports in song. None have succeeded. UNTIL NOW !!"

Vous l’aurez compris, le duo s’appelle donc The Duckworth Lewis Method, du nom de ses deux inventeurs messieurs Duckworth (alias Thomas Walsh) et Lewis (alias Neil Hannon), et l’album, qui verra la participation d’un mystérieux groupe répondant au nom de The Nightwatchmen ("Les Veilleurs de Nuit") est décrit comme "fou et néanmoins divertissant", "une fabuleuse alchimie", "le son de l’été 2009" ou encore "possiblement l’album le moins nécessaire de ces dernières années". On en salive déjà, d’autant que le groovy et baroque The Age Of Revolution en écoute sur le myspace flambant neuf de nos deux amis, avec son petit arrière-goût de ska et son gimmick de trompette façon années 30, colle aux dents comme un vieux chewing-gum toujours frais.

Côté Pugwash enfin, un deal de 5 ans signé avec Andy Partridge, l’autre invité de luxe de 11 Modern Antiquities, verra cette année la première sortie du groupe sur le label APE du légendaire songwriter de XTC : Giddy, un best-of de leur quatre premier opus, que Partridge compare déjà au White Album des Beatles. "Better than McCartney, fatter than Lennon", ainsi décrit-il Thomas Walsh avec l’humour qu’on lui connait, ce dernier ne semblant pas trop s’en offusquer de la part de l’une de ses idoles de jeunesse. Par ailleurs, 11 Modern Antiquities pourrait également ressortir courant 2009 avec un nouvel artwork, peut-être quelques morceaux bonus et on l’espère une meilleure visibilité en Europe et ailleurs.

News - 27.01.2009 par RabbitInYourHeadlights
 


Ce soir chez Neil Hannon, c'est indie disco.

Le problème quand Neil Hannon décide de se séparer de Parlophone et de publier un album sans grand fracas promotionnel sous le label Divine Comedy Records, c’est que trois jours avant sa sortie on ne sait toujours pas vraiment ce qu’il en est. Ainsi, tout au plus connait-on de ce Bang Goes The Knighthood, auto-produit et enregistré entre Dublin (...)



Chroniques // 26 octobre 2016
The Divine Comedy

Petit retour en forme de l’un des plus grands songwriters, mélodistes et arrangeurs du dernier quart de siècle, Foreverland nous rappelle que certaines histoires d’amour durent toujours... même avec un groupe dont les plus belles heures appartiennent vraisemblablement à (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 16 décembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends