Pajo en catimini

Malgré un CV des plus impressionnants (Slint, Tortoise, The For Carnation, The Palace Brothers, Stereolab, Royal Trux, Matmos, ses projets solo Aerial M et Papa M... et on passera bien évidemment sur l’épisode Swan), David Pajo demeure un type discret. Pour preuve, la sortie le 24 février dernier, dans la plus grande confidentialité et toujours sous son seul patronyme Pajo, d’une compilation de reprises des Misfits captées en 2004 sur un vieil enregistreur à cassettes et finalement éditées cinq ans plus tard à mille exemplaire vinyles uniquement, toujours pas sold out.

Un exercice pourtant passionnant qui permet à l’américain de transformer du tout au tout les hymnes cradingues des précurseurs de l’horror punk (période Glenn Danzig bien évidemment) au contact de son jeu de guitare épuré et de sa voix presque désincarnée, véritable toile blanche qui permet à l’auditeur de projeter dans ces 9 chansons ses propres émotions. Un cachet lo-fi fin 60’s début 70’s façon Jackson C. Frank finit d’imposer Scream With Me en petit classique instantané de 25 minutes à peine, à l’image de cette sublime relecture de Where Eagles Dare, illustrée en vidéo par une virée adolescente en noir et blanc shootée dans les rues de New York à l’époque de l’enregistrement par Maximilla Lukacs :

On attend donc avec la plus grande impatience la sortie du véritable successeur de 1968, un autre classique qui ne nous aura guère quitté depuis 2006. Et justement, entre un premier album l’an dernier avec son groupe de heavy metal (!) Dead Child et une tournée en guest de luxe des Yeah Yeah Yeahs qui suit son cours, Pajo a semble-t-il trouvé le temps de mettre la touche finale au fameux Evila annoncé depuis février sur son myspace. Aucune autre info pour le moment mais cette fois c’est promis, on vous tient au courant.

News - 04.06.2009 par RabbitInYourHeadlights
 


Chroniques // 25 mars 2017
Papa M

David Pajo est un artiste tourmenté et ce dernier opus de Papa M en est peut-être la preuve la plus évidente. Si la dernière sortie de celui qui a tenté en 2015 de mettre fin à ses jours - en raison d’infidélités de madame, qui prit ensuite la poudre d’escampette avec les enfants - a été décriée par une partie conséquente des critiques, c’est sans doute (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 17 juillet 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends