;background-color:#">Fairguson - Tales From the 47 Willows

1. Lost Again
2. Rough Intrusive Moving In
3. Leaving the Captain
4. 47 Willows
5. Coconut In Albert’s House
6. Wide Open Spaces
7. Let It Go Voir la vidéo Fairguson - Let It Go (live)
8. We Never Met Chris Cool Voir la vidéo Fairguson - We Never Met Chris Cool (live)
9. Homecoming
10. Indigo
11. Indian Summer

2009 - Coco Record !

Sortie le : 3 novembre 2009

Fairguson

Voilà déjà près de sept mois que les français Fairguson ont sorti leur premier album et nous n’en avons toujours pas touché le moindre mot, à l’inverse de nombreux webzines fort bien inspirés de s’être penchés sur ce coup d’essai prometteur. Et lorsque l’on prend du recul et jette un œil à tout cela, il est impressionnant de voir à quel point de l’avis de tous, ce Tales From the 47 Willows semble pleinement trempé dans l’univers d’artistes renommés que l’on retrouve cités presque systématiquement. On aurait alors envie de ne pas tomber dans le même piège, de retranscrire par d’autres mots ce qui ressort des compositions alambiquées de Fairguson. Seulement voilà, parler de ce disque sans citer Grandaddy, Midlake ou Neil Young serait presque absurde tant la tentation d’effectuer ce genre de rapprochements est forte. Si bien qu’on en arrive à se poser la question. Et si finalement tout ceci était volontaire ?

Car si les similitudes sont frappantes, il est important d’insister sur le fait que nos français n’ont pas tapé dans la facilité, complexifiant presque à outrance une majorité de leurs morceaux pour les amener là où leurs apparentes muses n’auraient probablement jamais mis les pieds. En se servant de sonorités particulièrement évocatrices et dont l’efficacité n’est plus à prouver, Fairguson aiguise nos papilles avant de nous surprendre au contact d’une sauce toute personnelle. Sur les onze créations de ce premier album, une belle majorité s’étire au-delà de cinq minutes et s’alimente de soubresauts insoupçonnables, parvenant à nous captiver jusqu’au bout. Quand le folk d’autrefois se remet au goût du jour, cela donne Lost Again, Rough Intrusive Moving In, 47 Willows, Let it Go ou Indian Summer. Soit autant de titres parmi d’autres qui font de ce Tales From the 47 Willows un exercice risqué où chaque regain d’attention de l’auditeur engendre un regain d’intérêt. Et c’est aussi ce qui fait que même sept mois après, on a toujours, si ce n’est plus encore, envie d’en parler.


( Pol )





- 17.05.2010 par Pol