Modistes dérangés et loups-garous brisés ouvrent le bal en 2012

Le début d’année 2012 s’annonce chargé du côté du label Ici D’Ailleurs dont deux des plus illustres représentants s’apprêtent à sortir leur nouvel opus.

Révélé l’an dernier par le lyrisme et l’élégance de son premier album 613 livré dans la foulée d’une série d’EPs tout aussi remarquables quoique plus confidentiels, Louis Warynski aka Chapelier Fou sera ainsi de retour l’an prochain avec son successeur, sur lequel on ne sait malheureusement rien de plus à ce stade.

Concentrons-nous donc plutôt pour le moment sur l’actualité de Matt Elliott (photo), invité de marque du Chapelier sur l’album sus-mentionné et sans nul doute l’une des grandes sources d’inspiration de sa fusion de boucles électroniques et de spleen acoustique. Après The Dark qui marquait l’an dernier la résurrection en grande pompe de son projet plus électro The Third Eye Foundation (en concert le 12 décembre à la Fondation Cartier pour les amateurs de tourbillons torturés), le Bristolien revêtira donc une nouvelle fois son costume de folkeux mélancolique et habité sur The Broken Man, mixé par son ami Yann Tiersen - qui l’avait convié l’an dernier à prendre part aux choeurs de son album Dust Lane - et prévu pour le 16 janvier (journée décidément à marquer d’une pierre blanche).

Précédé d’un double single en vinyle limité - Dust, Flesh And Bones / The Pain That’s Yet To Come - dont certains exemplaires signés de la main du musicien, le successeur de l’intense Howling Songs qui venait clore en 2008 sur un mode plus électrique la trilogie hantée qu’avait entamée trois ans plus tôt l’ambitieux Drinking Songs, promet plutôt de renouer avec la veine folk plus délicate et métissée du beau Failing Songs, pétrie de ce romantisme désespéré qui ressort déjà des titres même des chansons de l’album. "Le dernier était déjà triste, mais je pense que celui-là est le plus malheureux de tous" avoue d’ailleurs l’Anglais à propos de ce cinquième opus à la pochette particulièrement mortuaire.

Une impression confirmée au Point Éphémère fin septembre où l’auteur du génial The Mess We Made vient de révéler quelques-uns de ces nouveaux titres en avant-première avant son départ pour la Grèce pour une série de concerts, cf. ce Dust, Flesh And Bones filmé à Athènes il y a quelques jours à peine :


... et par cette interview où il est notamment question de fantômes, de vies antérieures, de Maria Callas et de la mystérieuse universalité des émotions en musique, entrecoupée d’un second extrait The Pain That’s Yet To Come plus marqué que jamais par le folklore latin et en particulier la musique andalouse :

MATT ELLIOTT - A BROKEN MAN from Annabelle Azadé on Vimeo.

A noter que The Broken Man sera disponible en mp3 dès le 24 novembre et que pour toute précommande en vinyle ou CD à compter de cette date vous recevrez également l’album en version digitale, une décision prise en conscience des inévitables leaks qui se multiplient sur la Toile dès l’envoi des premières copies promo...

News - 04.11.2011 par RabbitInYourHeadlights
 


Interviews // 17 novembre 2008
Matt Elliott, entre quatre yeux... ou cinq ?

The Third Eye Foundation dormant d’un œil depuis quelques années, il en restait toujours deux à Matt Elliott, reconverti en folkman hanté, pour louvoyer en solitaire dans les eaux tristes des folklores slaves ou yiddish les soirs de pleine lune et finalement trouver sa voie, ou plutôt sa voix, utilisée plus librement et intensément que jamais sur (...)



La nouvelle compil' JFX à télécharger librement dès demain !

Symbole d’un beau retour de flamme ces derniers mois pour le label lyonnais, un sixième volet des fameux JFX Bits verra le jour demain en libre téléchargement. Sixième compilation en 6 ans consacrée aux nouveautés et inédits d’artistes du roster Jarring Effects ou simplement appréciés du label, JFX Bits #6 comptera 23 titres brassant toute une (...)



Chroniques // 13 janvier 2017
Matt Elliott

Qu’ils sont agaçants les vieux fans, ceux de la première heure, qui aiment à rappeler qu’ils étaient les premiers à avoir flairé le bon filon et que leurs talents de défricheurs leur avaient permis de découvrir tel artiste « à l’époque où c’était bien ».




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 20 janvier 2020


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends