Greg Haines - Where We Were

Lorsque s’ouvre The Intruder sur un drone vaporeux et ces fragiles cascades d’arpèges de piano voilés de poussière et d’échos du passé, on ne s’attend pas franchement à être surpris par la quatrième livraison de Greg Haines. Puis les synthés décollent et hurlent tels des sirènes dans la nuit d’une mégapole du futur qui prend vie, et rien ne sera plus jamais pareil.

1. The Intruder
2. Something Happened
3. So It Goes
4. Trasimeno
5. The Whole
6. Wake Mania Without End II
7. Habenero
8. Habenero (version)

date de sortie : 13-05-2013 Label : Denovali

L’Anglais a travaillé un an sur ce disque, jeté à la corbeille des sessions orchestrales entières et autres salves d’arrangements de son compère Peter Broderick, pour finalement revoir du tout au tout son approche de la musique à la lumière (indubitablement claire-obscure) d’influences qui se faisaient jusque là discrètes voire absentes de son classical ambient lyrique et ambitieux. Des polyrythmies africaines (Habenero) aux basses hypnotiques du dub (Something Happened et son final tribal proche d’un Vieo Abiungo) en passant par les pulsations et distorsions analogiques de la kosmische musik (So It Goes) et même un peu d’ambient-techno (The Whole), autant d’éléments qui donnent désormais la cadence à ses lignes mélodiques plus impressionnistes que jamais, mécanique vintage implacable et néanmoins enveloppante contrastant avec l’impro acoustique éthérée des instruments plus traditionnels avec pour liant les percussions du Hollandais Sytze Pruiksma, compère au sein du Alvaret Ensemble.


Passé The Intruder, donc, que préfigurait déjà à sa manière plus émotive le parfait Azure sur l’opus précédent, seules subsistent de Digressions la dramaturgie drone et cette densité brumeuse qui termine ici de balayer le dépouillement poignant des premiers albums de l’Anglais dans le foisonnement abstrait de ses vapeurs de rêve, parfaitement captées dans le flou capiteux de leurs volutes psyché par le mastering de Nils Frahm que l’on avait lui-même pu voir tenté par les même effluves rétro-futuristes dans une veine plus minimaliste le temps de l’EP Juno.


Avec son univers mélancolique et solitaire, à fois volatile et démesuré comme le fantasme aux contours indistincts d’un futur qui ne viendra jamais, profondément singulier tout en s’inscrivant à la perfection dans l’esthétique denovalesque des Terminal Sound System, Witxes ou Bersarin Quartett, Where We Were s’impose ainsi sans plus attendre comme un chef-d’oeuvre d’introspection et de foi en la création, la bande originale des rêveries troublées d’un enfant des 80s tentant d’offrir du romantisme à la grisaille des cités de béton, son Berlin d’adoption aidant. Fabuleux.

Chroniques - 26.05.2013 par RabbitInYourHeadlights
 


2013 au peigne fin : 110 albums "ambient" (+ 30 EPs)

Il y a une vie après Tim Hecker, surtout quand l’intouchable Canadien truste par automatisme tous les bilans expé de l’année avec l’album le plus ostentatoire et par conséquent dispensable de sa disco pourtant hors-norme jusqu’ici (Roly Porter et Oneohtrix Point Never sortez de ce corps). La preuve en 110 albums et 30 EPs, généralement un par artiste (...)



Peter Broderick et Greg Haines, de l'éternité à l'air du temps

C’est aujourd’hui que débarquait en avant-première sur Spotify le très attendu These Walls Of Mine, album de la consécration annoncée pour Peter Broderick avec toute les limites que cela peut laisser présager à l’heure où génie et vulgarisation sont souvent un peu vite associés. Les admirateurs de longue date du multi-instrumentiste touche-à-tout, (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 15 juillet 2020


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends