Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/indierockmag/www/config/ecran_securite.php on line 358
Invaders - Carnival of Sounds - Chroniques | Indie Rock Mag

Invaders - Carnival of Sounds

Images et sons se subliment l’un et l’autre et cela, au sein de la rédaction, nous en sommes convaincus. Ce n’est pas pour rien que nous nous sommes lancés dans le projet IRMxTP dont l’objectif est d’aboutir à une compilation de titres créés en hommage à la série Twin Peaks.

1. Carnival of Souls (Main Title) Voir la vidéo Invaders - Carnival of Souls (Main Title)
2. Freaky Journey
3. Mrs Thomas
4. The Happy Worker
5. Organ Addict
6. Shivers In The Emporium
7. House Of The Brine
8. Main Title Reprise
9. Mary-Go-Round
10. Out By The Lake
11. Hey Johnny, Who’s The Doll ?
12. Totentanz
13. Safe And Sound

date de sortie : 03-02-2017 Label : L’Autre Distribution

Le duo Invaders semble lui aussi s’animer en même temps que les images qu’il contemple. Il s’est donc appuyé sur un film, le Carnival of Souls de Herk Harvey en l’occurrence, pour réaliser un disque aux ambiances à la fois crépusculaires et menaçantes, sorte de prolongement de ce que Last Ex, moitié du quatuor Timber Timbre, dévoilait il y a deux ans.

Basés entre Nantes et Rennes, les deux membres d’Invaders collaborent pour la première fois mais ne sont pour autant pas novices dans le milieu, Nicolas Courret s’étant notamment fait connaître comme batteur d’Eiffel ou de Laëtitia Shériff, tandis que David Euverte, formé au conservatoire, s’est illustré aux claviers et aux arrangements auprès de Miossec ou Dominique A (L’Horizon, Sur Nos Forces Motrices).

De belles garanties qui trouvent d’emblée leur écho sur un Main Title introductif où le synthétiseur entêtant se mêle à une batterie métronomique et carrée tandis qu’une basse en permanence sur le fil accompagne cet ensemble. Invaders parvient à surprendre sur ce titre en ce sens qu’après une césure débute une seconde partie qui, si elle semble faite du même bois que la première, se voit affublée d’un caractère plus libéré.

Carnival of Sounds est en permanence hanté par un aspect menaçant, en phase avec l’esprit du film originel dans lequel des âmes errantes n’épargnent pas les nerfs d’une organiste. Ceux de l’auditeur sont également mis à rude épreuve. Le rétro-futurisme du duo serre le cœur, glace le sang et fait émerger un sentiment de paranoïa aiguë. Tantôt urgent (House Of The Brine et ses nappes de synthé éloquentes ou la seconde partie de Mary-Go-Round où l’accélération du rythme symbolise l’imminence de la menace) ou dépouillé (les légères cordes frottées de Main Title Reprise semblent rôder autour de l’esprit de l’auditeur), ce disque est ouvertement inspiré par les travaux de John Carpenter ou… Angelo Badalamenti. On y revient toujours.

Pour autant, l’univers d’Invaders ne semble admettre aucune limite et une certaine dissonance peut accompagner une batterie free-jazz sur Out By The Lake alors qu’un psychédélisme à la MGMT s’impose sur Totentanz et que Hey Johnny, Who’s The Doll ?, seul titre à admettre des samples vocaux, lorgne lui sur le trip-hop.

Globalement, les longues notes traînantes et les structures dépouillées qui créent un cocon enivrant pour mieux surprendre aboutissent au résultat espéré : Carnival of Sounds constitue une bande originale tout à fait adaptée pour accompagner ce film d’épouvante réalisé il y a plus d’un demi-siècle et l’on ne doute pas que certains extraits sauront « sublimer » les cauchemars des âmes les plus friables.


Chroniques - 06.02.2017 par Elnorton
... et plus si affinités ...
Invaders sur IRM