The Brian Jonestown Massacre - s/t

Il y a deux ans, Don’t Get Lost constituait un point important dans la discographie du Brian Jonestown Massacre en ce sens qu’il s’agissait probablement de la plus aboutie des sorties de la formation à géométrie variable depuis le début du siècle. Entre pop psychédélique et shoegaze, ce disque maintenait une relative accessibilité malgré des expérimentations stimulantes.

1. Drained
2. Tombes Oubliées
3. My Mind Is Filled With Stuff
4. Cannot Be Saved
5. A Word
6. We Never Had a Chance
7. Too Sad To Tell you
8. Remember Me This
9. What Can I Say

date de sortie : 15-03-2019 Label : Differ-Ant

Entre-temps, Something Else avait été publié et sept mois plus tard, Anton Newcombe n’a pas fait tourner ses méninges bien longtemps pour donner au dix-huitième album du groupe son titre homonyme. En revanche, si les expérimentations de Don’t Get Lost paraissent ici relativement lointaines, nul doute que les tissus cérébraux de l’Américain se sont agités pour produire ce disque plus subtil qu’il n’y paraît.

Porté par quelques sommets, ce disque homonyme voit le Brian Jonestown Massacre renouer avec le shoegaze d’un My Bloody Underground. Ainsi, sur Tombes Oubliées, l’introduction électrique aux accords traînants mâtinés de réverbération donne le ton d’un titre à la fois cool et puissant, où la nonchalance brumeuse est érigée en un art de vivre que l’on ne peut qu’être tenté d’imiter.

Sur le premier single, Cannot Be Saved, la voix d’Anton Newcombe est noyée sous des riffs de guitares eux-mêmes immergés dans quelques échos bienvenus. L’affaire pourrait sembler étouffante, mais c’est au contraire une pulsion de vie qui s’en dégage en permanence. Comme si les artifices visant à enrober les parties instrumentales parvenaient au contraire à faire ressortir tout le nectar de ces dernières.


L’air de rien, la tension est toujours au rendez-vous, à l’image d’un We Never Had A Chance relativement basique au niveau de sa construction, l’électricité étouffée des guitares enveloppant les percussions tandis que la voix du Californien se superpose à l’ensemble avec un flegme non feint. Pourtant, l’ensemble fonctionne sur plus de six minutes, sans surprises mais envoûtantes.

Le combo renoue par ailleurs avec les influences sixties déclinées il y a déjà plus de vingt ans sur Take It From The Man ! à l’occasion de Too Sad To Tell You. Le style décliné sur ce court album lui permet de ne pas subir le moindre coup de mou. Et si les nappes pleines de réverbération semblent de prime abord traduire un aspect relativement convenu, les compositions et le sens mélodique d’Anton Newcombe sont suffisamment à la hauteur pour hypnotiser et jouer avec les sens d’un auditeur parfois mis sur le qui-vive pour mieux être rassuré ensuite par ces sonorités enivrantes.

Chroniques - 07.05.2019 par Elnorton
 


Le streaming du jour #1085 : The Brian Jonestown Massacre - 'Revelation'

En net retrait des grands moments d’expérimentation et de liberté que constituaient les deux opus précédents Who Killed Sgt. Pepper ? et Aufheben, ce premier rejeton du studio berlinois d’Anton Newcombe n’en reste pas moins une belle réussite de plus à mettre au compteur des stakhanovistes branleurs de San (...)



The Brian Jonestown Massacre

Chroniquer My Bloody Undergound, 12e disque du Brian Jonestown Massacre est une vraie épreuve. Le dernier né de la bande à Anton Newcombe, savant fou illuminé du rock, est un vrai chemin de croix. Un disque raté comme pas deux, sans queue ni tête. Mais pourtant et comme à chaque fois, le voyage est nécessaire. Prêt pour le grand saut (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 22 juillet 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends