EABS - Reflections of Purple Sun

1. Boratka
2. Flute’s Ballad
3. My Night, My Day
4. Flair
5. Introduction (for Janusz Stefański)
6. Purple Sun

2024 - Astigmatic Records

Sortie le : 10 mai 2024

EABS serre les abdos sur un 6e album virtuose

Désormais valeur sûre d’un jazz psyché 70s au groove assassin (cf. ici l’introductif Boratka et le sommet final Purple Sun aux incursions électroniques bien senties) et riche en chemins de traverse, EABS est de retour en quintette après la parenthèse In Search of a Better Tomorrow de l’an passé où la rencontre avec le trio pakistanais Jaubi, passés une paire de titres coltraniens particulièrement élégants, tirait vers l’abstract et un mysticisme plus oriental.

Pas de profond changement ceci dit, et derrière la pochette très Sun Ra ou Heliocentrics de ce 6e opus des Polonais se cache une nouvelle fois un beau melting-pot plus ou moins méditatif (le très ambient/krautrock Flute’s Ballad que n’aurait pas renié Can en guise d’interlude), hypnotique (le rétro-technoïde My Night, My Day aux polyrythmies old school, joliment imbriqué avec le morceau précédent) ou improvisé (les percus d’Introduction), mais qui n’en oublie pas pour autant le jazz moderne tendu comme un arc et riche en arrangements immersifs (synthés planants, claviers cristallins, effets psyché), soli de cuivres et avant et basse virevoltante à la Thundercat, cf. les 10 minutes assez irrésistibles de Flair dont la dynamique explose à mi-parcours en breakbeats virtuoses à la DJ Shadow avant de virer free sans avoir l’air d’y toucher puis de mettre les bouts du côté du versant acide et cosmique d’un Herbie Hancock... brillant, comme le disque dans son ensemble.


( RabbitInYourHeadlights )


Disques - 21.05.2024 par RabbitInYourHeadlights
 


2023 en polychromie - bonus : 10 disques écoutés et/ou sortis trop tard

Au contraire des dilettantes forts en gueule qui ne cessent de se plaindre de "petits crus" où les sorties dignes d’intérêt se compteraient sur les doigts de la main (en général de mauvais disques... est-ce donc si étonnant que le dernier Sufjan Stevens soit dans toutes ces listes ?), les mêmes qui lorsqu’on leur oppose des sélections telles que les (...)